lundi 27 janvier 2014

Friendzone + Girlfriendzone : le combat des choses nulles










HEY ! Enfin un nouvel article du même style que celui sur l'humour, youpi !
Je trouve ce sujet de la girlfriend zone intéressant puisqu'on entend peu parler alors qu'elle est vécue régulierement. Encore une fois, comme pour mes autres articles, je ne pense pas avoir la science infuse et non, je ne pense pas que TOUS LES HOMMES sont de vilains nice-guy-violeur-en-puissance-macho, comme on me le demande parfois en commentaire. C'est un comportement qui existe, représenté sous la forme d'un personnage, mais ça ne veut pas dire que c'est un portrait type de la majorité des hommes. VOILA.
(oh, et je parle ici de la friendzone garçon/fille, parce que c'est la plus clichée et la plus problématique puisque la plus représentée et la plus "théorisée", et pas parce que c'est impossible que ça arrive autrement, bien sûr)

Des petits liens pour aller plus loin :
- probablement le meilleur article d'internet sur le nice guy, sur lesquestionscomposent
- le topic de Reddit sur le girlfriend zoning
- une définition de la girlfriend zone sur urban dicionary
- deux articles affreux sur la friendzone et comment en sortir, je les poste parce que j'en parle dans l'article, mais vous êtes pas obligé de cliquer pour leur faire des vues, hein : ici et ici (et encore, ce ne sont pas les pires)

pour finir, une vidéo qui illustre très bien la girlfriend zone, et qui est en plus très drôle (normal vu qu'il y a Matt Berry et Rich Fulcher, qui jouent par exemple dans The Mighty Boosh) :


hihihi


J'espère que ça vous a plu et intéressé, et je vous dis à mardi prochain (oui oui, comme je serai à Angoulême je ne pourrais pas poster lundi, pardonnez moi mes amis).

PS : c'est pas du cinéma, mais je poste quand même la note sur le tumblr car je suis sans foi ni loi.

PS2 : Je serais donc à Angoulême ce week end, avec mes trois fanzines à défendre avec mes dents : CRÊVE CHAROGNE, LE LOYER numéro 5 (et pas 4 comme je l'ai dis la semaine dernière en me trompant), et LAUDANUM numéro 2 ! Retrouvez moi au FOFF ou en voguant dans la ville (je serais probablement toujours prés d'Alison Bechdel à pleurer d'amour) !
Je donnerai probablement des infos quand je serai là bas sur facebook ou twitter !

PS3 : je participe au 24h de la Bande Dessinée d'Angoulême cette année encore !

big bisous bien brulants

83 commentaires:

  1. C'est super Marion, en plus je ne connaissais pas cette expression le "friendzoning", on en apprend tous les jour et puis je ne suis plus de la première jeunesse, mais quand j'étais jeune j'ai perdu quelques amis potentiels comme ça. Heureusement les vrais amis garçons existent bel et bien. Ouf ! Avec un peu de maturité et moins d'apriori on y arrive.
    Lucie 44 ans

    RépondreSupprimer
  2. bravo c'est très bien d'avoir parlé du gfzoning
    et les dessins sont vraiment de mieux en mieux

    RépondreSupprimer
  3. Suoer article, très intéressant!

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce que tu fais référence au livre "Les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus" ?

    Je n'ai jamais voulu lire ce livre, tant les gens qui m'en parlaient semblaient s'enfoncer dans des clichés sexistes et qu'ils justifiaient de surcroît de manière biologique.

    Si tu l'as lu, je suis curieux d'avoir ton opinion.

    Pierre

    RépondreSupprimer
  5. Ha le girlfriendzoning... Un mec à qui j'ai dit "Euh ben je pensais qu'on était amis en fait" m'a sorti "A ton avis pourquoi je passais du temps avec toi ?" eeet le fameux "l'amitié homme femme ça n'existe pas". Je lui ai demandé "pourquoi" il m'a répondu "à cause de l'attraction sexuelle obligatoire duh". Je lui ai fait remarqué que j'étais sortie avec une meuf et des mecs et que donc, avec cette logique de merde, je n'aurais jamais d'amis. Il m'a sorti "Ah ben euh j'avais jamais pensé aux bisexuels". TADAAAM
    Enfin, il n'a jamais compris qu'il m'avait carrément insultée deux fois dans la même soirée.
    Big up Marion pour cet article !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as pas tout à fait tord, mais tu sembles négliger l'attraction sexuelle comme barrière quand même. Cette barrière existe, car malheuresement c'est nous qui l'avons créé. Personnellement je vois les choses comme ça, je n'envisage pas l'amitié homme-femme sans sexe. Pour moi c'est tout bonnement pas possible, passer du bon temps avec une fille avec qui je ne couche pas, ce n'est pas possible, car du fait que je ne peux pas avoir ça, je vais être focalisé là-dessus, et c'est une grosse barrière pour une amitié saine.
      Le problème c'est que de nos jours, en france en tout cas, c'est HYPER tabou le sexe. C'est genre vu comme un truc interdit uniquement envisageable dans le cadre d'un couple sur le long term. En gros, la libido en france c'est un gros mot, car on n'est pas sensé voiloir des choses sexuelles. Car c'est mal, dégoutant, mal vu. Et c'est vraiment triste. y'a quoi de mal à vouloir passer une poignée de minutes sympa avec une personne qu'on apprécie?

      Ce sont peut-être les hommes qui disent que l'amitié homme-femme est impossible, mais c'est parce que ce sont les femmes qui la rendent impossible.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  6. Il y a un pendant féminin à ce problème et je parle là en tant que mec : les filles/femmes qui ne se définissent que dans la relation de séduction. C'est la même réduction, mais intégrée par une meuf, qui n'envisage pas d'avoir une relation avec un mec si c'est pas une relation de séduction (qu'il y ait sexe ou non en fait, juste la question de la séduction sexuelle est constamment sous-entendue alors même que c'est hors-cadre).
    Ça donne par exemple la meuf que tu rencontres, qui va placer son copain dans la conversation assez vite, de façon complètement déplacée, pas vraiment parce que c'est quelqu'un d'important dans sa vie, mais avant tout pour te signaler qu'elle a un copain, qu'elle est pas dispo et que donc c'est pas trop la peine de continuer à lui parler - alors que tu t'en branles et que tu lui parles parce qu'elle est là.

    Ou alors la fille qui va te faire comprendre très vite que tu lui plais pas en tant que mec, alors que c'est pas la question, et que tu viens à peine de faire sa connaissance en tant que personne.

    Ce sexisme intégré par les femmes, c'est aussi important que le sexisme pratiqué par les hommes (je sais, c'est les deux faces d'une même pièce). Attention : je viens pas chouiner sur les malheurs de l'homme, hein... je dis juste que le sexisme, c'est un système global, que les femmes intégrent malheureusement comme les hommes.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je suis un mec, j'ai déjà friendzoné une fille. C'est pas systématiquement genré comme approche je pense.

    RépondreSupprimer
  8. Supers, ces articles, j'adore!

    Juste... là je n'ai juste pas bien saisi la nuance entre friendzone et girlfriendzone, vu que dans les deux types d'exemples que tu cites, c'est la fille qui se refuse à l'homme.

    Et que pour le coup, j'ai très souvent entendu cette expression de "friendzone" pour les filles aussi, face au potentiel refus de l'homme: cette vieille légende que si tu restes pote trop longtemps avec un mec, que tu en te montres pas "féminine" (alias sexy vulgaire "tiens ma chatte est prête") il ne va pas comprendre et vous allez devenir ami.

    Pour le coup, si sexiste que soit cette théorie, je la pense aussi sexiste pour les filles que et les garçons. Non?
    En tout cas j'adore ces petits articles bien piquants. C'est tellement intelligent et bien vu (big up à celui sur love actually, LE film inattaquable...)

    Des bises!

    RépondreSupprimer
  9. je suis d'accord avec les 3/4 de ce qui est écrit, et je n'ai malheureusement jamais réussi à avoir de réels amis mecs étant donné qu'ils pensaient à plus, ce qui n'était pas mon cas

    et qui m'a amené à désormais penser que l'amitié filles/garçons n'existe pas, désolée hein, qu'il y a TOUJOURS quelque chose derrière (que ça vienne de la fille comme du mec) sauf dans le cas d'amitiés entre couples

    c'est triste malheureusement :/ mais du coup je n'ai absolument aucune confiance dans les filles qui parlent à mon mec sans les connaitre moi même, rapport à mon passif :/

    compliqué tout ça, ton blog est super en tout cas, cela fait plusieurs fois que j'y lis des bds intéressantes dans ce style !! j'enregistre !

    RépondreSupprimer
  10. Bon serieux je trouve que c' est un peu rapide cette reflexion .
    Et ultra generalisé .

    Perso je pense que j' ai testé un peu les 2 côtés . Et je pense que c' est un peu vite fait et un peu manichéen de voir direct le mec qui est là pour baiser .

    Quand on devient pote avec quelqu' un ben on devient ami, donc on se comprend . Donc on s' aime et on se deteste en même temps, mais c' est clairement pas du "je veux la baiser, pas la comprendre"

    Et surtout la relation aussi devient assez transparente, on sait tres bien qu il y a une relation ambigue, et y a une entente ou un truc .

    Et je pense qu il y a un côté pute aussi, évidemment . faut pas le nier . En tout cas moi y a un côté en moi qui aime bien être convoité . Et j en ai déjà parlé à des gens, je suis pas le seul, c' est juste normal .
    Et y a un autre côté en moi qui comprend que ça puisse faire mal et qui le regrette . Et un autre côté en moi qui a aussi juste envie de rester ami .

    Et tout ça, l' autre personne le comprend tres bien . Parcequ' on est potes, et que quand on est potes ben on se comprend .

    Donc voilà je sais pas, on est pas forcément nazis, on est juste baisés et on vit avec .

    RépondreSupprimer
  11. Pff ça se dit féministe et pourtant ta note elle passe pas le Bechdel test.
    Espèce de fake feminist girl.

    RépondreSupprimer
  12. Ces textes évoquent aussi le mythe du gars gentil si ça t'intéresse !

    http://lesquestionscomposent.fr/toutes-des-salopes-ou-le-mythe-du-mec-trop-gentil/

    http://lesquestionscomposent.fr/poire-le-nice-guy-portrait-robot/

    Très bonne analyse du "concept" !!

    RépondreSupprimer
  13. C'est génial bravo mirion, surtout le dessin de sexe qui parle.
    Une bonne idée de s'intéresser à ça. Perso j'arrive rarement à avoir des amis garçons assez proches à cause de ce problème relou.
    Jviendrai vous faire des bisous pendant les 24H de la bédé!

    LOVE

    RépondreSupprimer
  14. S'il vous plait, LISEZ l'article jusqu'au bout et le petit texte dessous... Je dis clairement que oui, le boyfriendzoning ça existe, que ça peut exister dans des relations hétéro ou homosexuelles et que non, tous les hommes ne se comportent pas comme ça avec chaque fille qui leur plait...

    Pourquoi je parle ici du friendzoning des garçons et du girlfriendzoning : parce que, si on regarde autour de nous ou sur internet, c'est ce qu'on voit le plus. Il existe une pelleté de même, des tas de sites pour t'expliquer comment éviter cette situation et pourquoi les filles font ça (avec de la pseudo biologie qui est en fait de la psychologie de comptoir), des tas de copains qui vont se plaindre de s'être fait friendzoner, etc. On essaye de théoriser un comportement comme mauvais alors que personne ne DOIT une relation amoureuse à quelqu'un d'autre. Et forcément, ça mène à des dérives et donc au GFzoning.

    Kaze, je dis aussi très clairement que je ne parle pas des relations de "vraies" amitiés, qui correspondent plus aux cas 1 ou 2. Je parle des gens qui arrivent avec comme objectif d'avoir une relation amoureuse/sexuelle avec l'autre, point barre. Du coup, non, ils ne se comprennent pas, puisqu'il n'y a de volonté de connaître l'autre que dans un sens.

    Diglee : Oui, c'est une théorie sexiste dans les deux sens, la même pièce nulle quoi. La girlfriendzone, c'est simplement le "revers de la médaille" de la friendzone pour le garçon. Après, bien sûr, ça peut exister, une fille qui se fait friendzoner, et encore une fois c'est un peu débile comme raisonnement (on peut pas pécho à tous les coups + ça aide, d'être clair dans ce qu'on veut), mais il y a moins de "théories" dessus, comme je le disais plus haut. Mais c'est le même problème à la base !

    Ensuite, réponses en vrac : oui, le sexisme est souvent complétement intégré par les femmes, Pierre Bourdieu en parle très bien dans "La domination masculine" ; oui, l'amitié fille/garçon est possible, il faut faire attention à 1/ ne pas se monter la tête avec toutes les idées reçues, 2/ éviter toutes les théorisations de son expérience personnelle, qui, comme son nom l'indique, est personnelle et unique et donc influencée.
    Oui, je fais référence à "Les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus", que je n'ai heureusement pas lu mais donc j'ai souvent entendu des extraits par les gens le lisant autour de moi (vomir). Globalement, je pense que c'est une des pires choses qui soit arrivée à l'humanité.


    SINON, merci BEAUCOUP pour vos encouragements et vos liens, vous êtes vraiment les plus gentils !

    (merci Lucie Durbiano pour le plus chouette commentaire jamais vu !)

    RépondreSupprimer
  15. C'est GENIAL j'ai strictement rien compris mais ça a l'air ENORME ce qu'il se passe en Angleterre tu as bien raison quand tu dis que ce pays a dix ans d'avance !

    Est-ce que tu veux bien être mon amie s'il te plaît ne me FBdézone pas !

    RépondreSupprimer
  16. Très bon article mais deux précisions :

    - La fille aussi peut tomber en friendzone. On est donc loin d'être sur quelque chose de spécifiquement patriarcal.

    - Ca reste quelque chose qui touche les jeunes de 15 à 25 ans, un homme et une femme mûre savent plus au moins se maîtriser.

    - Sauf feeling, un individu qui aborde avec une envie de relation n'a pas accepter une "amitié" ... et l'inverse aussi ! Il vaut mieux s’éjecter que d'accepter quelque chose qui sera vécu comme du "second choix".

    C'est un peu comme accepter d'avoir une relation sérieuse avec quelqu'un alors que tu souhaites juste du sexe ... ou d'accepter une sexe friend alors que tu souhaites une relation.

    Ce problème a une dimension féministe mais ça reste quelque chose plus généralement psycho-sociologique : l'envie de possession, l'enfant a qui on refuse son jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la première partie tu as la réponse dans l'article, elle parle du cas majoritaire.

      Pour le deuxième point: "- Ca reste quelque chose qui touche les jeunes de 15 à 25 ans, un homme et une femme mûre savent plus au moins se maîtriser."

      Non, juste non, ma copine m'a d'ailleurs demandé de gérer une partie de sa messagerie à cause de ça, parce qu'elle était draguée par des hommes de 40-55 ans et qu'elle était trop gentille pour arriver à les repousser correctement (ils prenaient ça pour du "attrape moi si tu peux"). Quand je m'en suis occupé, de leur dire que c'était un "non" de manière claire mais polie elle s'est en général faite insulter de salope justement, parce qu'elle refusait de se faire des hommes qui s'en foutaient de qui elle était et qui avaient d'ailleurs l'âge d'être son père. Et je doute que ce soit un cas isolé puisqu'elle en avait presque une dizaine sur les bras quand elle m'a finalement demandé de l'aide et que d'autres sont arrivés ensuite.

      Le jour où les gens comprendront le point abordé ici et arrêteront de rejeter la faute sur les autres garçons/les autres hommes/les jeunes/les filles qui aguichent (biffez les mentions inutiles à votre discours) on fera un magnifique pas en avant.

      Troisième point c'est plutôt simple, une relation amoureuse durable et fonctionnelle c'est en général celle qui inclut des personnes qui s'aiment mais aussi qui se connaissent, donc ça inclut de l'amitié, ce que tu es en train de dire c'est que si tu ne peux pas tout gagner ça ne sert à rien de participer.

      On enchaîne avec la quatrième partie, de la relation qui devient sérieuse alors que ce n'était pas prévu, oups? J'ai eu une sexfriend, pendant un bon moment, puis petit à petit on a commencé à se confier l'un à l'autre, à se connaître parfaitement, à savoir exactement ce qu'on voulait, à voir que ça correspondait et actuellement on est dans une relation amoureuse qui fonctionne très bien depuis 5 mois (et imho elle aurait pu commencer plus tôt si l'un des deux avait fait sa déclaration plus tôt mais le contexte nous a fait rester "seulement" sexfriend plus longtemps).

      Et histoire de terminer en beauté avec le dernier point, une fille (ou un homme) est une personne et non un jouet, non c'est non, le jour où les gens le comprendront les filles n'auront plus besoin de faire des pirouettes dans tous les sens pour éviter les sujets sensibles et/ou choisir les bonnes personnes, que ce soit comme amis ou partenaires, c'est justement parce qu'elles ont parfaitement intégré qu'une grande majorité des hommes sont sexistes qu'elles se sont adapté.

      Supprimer
  17. Très bonne note ! :)
    Intéressante et juste. Il faudrait placarder "arrêtez de lire Mars et Venus" sur tout les murs.

    Ton lien vers l'article "Poire" des questionscomposent et très intéressant également, du moment qu'on ne lit pas certaines réponses de l'auteure en commentaires. Tant elle perd en crédibilité en réagissant parfois aussi hystériquement qu'un Finkielkraut (avec la grossièreté en prime) et en énonçant des généralités tirées de sa seule expérience personnelle. :/
    Parce que la violence ne donne pas plus de force de conviction.

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir,

    Sympa la BD. Ca met certaines choses au clair.

    Toutefois, quelques petites remarques.

    Sur la partie Friendzone, en réponse à "Quoi ? Toutes les filles ne sont pas intéressées par toi ??", si le "problème" vient du mec, il n'est pas apparu ex nihilo. Avoir une mère castratrice peut engendrer ce genre de "problème" justement.

    Si le mec ou la fille (puisque on admet que ça peut marcher dans les deux sens) en prend conscience, ça ne suffit pas si il ou elle s'est comportée comme ça toute sa vie. Neurologiquement on ne peut changer ses mentalités du jour au lendemain, notamment en demandant aux personnes d'être moins naze.

    Du coup, il y a encore dans ce genre d'article une façon de dire "Vous avez un problème, démerdez vous". C'est bien de proposer des liens pour approfondir le sujet mais aucune solution de vraiment proposée. C'est pas un simple changement d'habitude comme trier ses déchets au lieu de tout mettre dans la même poubelle ce dont on parle. Et comme j'ai l'habitude d'anticiper pas mal de choses, dire "Allez en thérapie !", non, ce n'est pas proposer une solution.
    A la limite, il faudrait le genre de thérapie qui annihile toute émotion et qui supprime la production d'hormones (genre devenir un Cyberman, c'est cool les Cyberman) mais je ne sais pas si ça vaut le coup.

    Bien à vous !

    RépondreSupprimer
  19. je me demande si un jour on aura droit à un billet sur la servitude volontaire....le coeur du problème. Parce que même si j'adore ce que tu fais, je me sens à chaque fois relativement blessé par ces notes.
    Combien de fois des filles qui me plaisaient ont préféré aller voir dans les bras du grand méchant loup ? La réalité est là. Elle ne te plait pas, elle ne me plait pas.... mais elle est là.

    Cordialement,

    Un garçon qui, de fait, est né trop gentil.... et qui le restera pour préserver son éthique...aussi tragique cela soit il.

    RépondreSupprimer
  20. ...rien compris...

    bon... En gros je peux continuer à avoir toutes sortes d'amis et à tomber amoureux parfois et si c'est déjà une amie il faut que je sois plus précautionneux pour ne pas risquer de perdre une amie?
    Suffit d'être normal en fait, non?

    RépondreSupprimer
  21. Et hop,un lien vers un excellent blogueur qui aligne sur son tableau de chasse un site de conseils de drague particulièrement gratiné
    http://odieuxconnard.wordpress.com/2014/01/27/le-petit-seducteur-edition-2014/

    RépondreSupprimer
  22. Comme Blogger bugge en m'expliquant que mon commentaire de 3960 caractères fait plus de 4096 caractères, je le poste là : http://pastebin.com/3xnnCwRA

    Je m'excuse pour la gêne occasionnée.

    Ü

    RépondreSupprimer
  23. Super chouettos article, le féminisme et l'amitié peuvent remplacer tous les os manquants du monde.

    Désolée pour tous les gens qui ont mal lu ton post, ils enlèveront sans doute leurs œillères un jour.

    RépondreSupprimer
  24. J'avoue avoir du mal avec cette BD dans lequel le féminisme fleurte ouvertement avec la misandrie... et je trouve ça vaguement glauque.


    Je me sens clairement concerné par la friendzone que j'ai souvent connu. Ma réaction dépend toujours de ce que je cherche... si je suis par exemple inscrit sur Meetic et que après un rendez vous, une femme me dit: je veux être ton ami... et bien non, désolé, je suis sur un site pour avoir une relation amoureuse, pas des amis... parce que ça j'en ait déjà largement assez dans ma vie. Et donc non je ne préfère pas revoir la personne (à moins alors que j'ai découvert THE personne qui doit absolument devenir mon amie parce qu'elle est tellement exceptionnelle... mais soyons franc, j'ai déjà de très bons amis qui n'ont normalement pas besoin d'être remplacée).
    Donc en effet, je suis peut être qu'un "vil salop violeur en puissance goujat" mais en effet, je refuse souvent de revoir la personne.


    Je suis un "hyper gentil"... et ce n'est pas pour autant que j'attend quelque chose en retour des femmes... pour ma part, j'attend, un jour, un "retour de l'univers". Genre à force de faire des trucs plutôt bien et positif, j'ai l'espoir secret qu'un jour le destin me retourne la pareille.
    Je n'attend rien en retour de ma gentillesse (sinon ce serait interessé et donc pas vraiment gentil) et je ne les vois pas les femmes comme des vagins sur pattes... et c'est bien ce qui me dérange dans cet article qui en gros résume= si la fille refuse alors que le type est un hypergentil alors le type veut la violer (j'exagère à peine).

    Je pense qu'un peu de modération serait de prime et également précisé que ce genre de cas peut AUSSI arriver aux gens de même sexe!!

    RépondreSupprimer
  25. Et si on est clair depuis le début de part des sous entendus, qu'on s'est embrassé et tennu la main et qu'à la fin c'est juste pour rester ami, on appelle ça comment ?

    RépondreSupprimer
  26. Pas mal ! On entend tellement parler de la Friendzone (enfin, "tellement"...) qu'on ne pense pas assez au problème opposé, celui des filles. Après je sais pas à quel dimension on peut étendre le problème, ayant vécu dans plusieurs villes les relations hommes/femmes évoluent énormément suivant la culture, l'âge, etc... Mais bon, j'adhère et je partage :)

    RépondreSupprimer
  27. Je viens de lire les commentaires je suis encore plus perdu. Si on s'autofriendzone est-ce qu'on est un connard, un progressiste ou un énorme connard de progressiste ?

    (sinon bien vu la captcha antispam qui t'oblige à taper ton code de carte bleue)

    RépondreSupprimer
  28. Ça aurait pu être marrant car j'aime bien ce format pour faire des critiques sociales, mais sans vouloir être méchant :
    Moi je vois ici une nana qui, non contente de n'avoir rien compris au concept du "nice guy", vient nous donner la leçon en pointant un doigt accusateur dans notre direction (les hommes) grâce à un texte réducteur au possible voir même dangereux de raccourcis (la culture du viol ? Sérieusement ? ).
    Passons sur les sources sérieuses (ironie inside, bien que je trouve ça super de citer ses sources, ce n'est pas assez fait sur le net) comme google (!) ou FTS (re !).
    Bref, je vois surtout quelqu'un qui raconte son point de vue en étant incapable de se mettre dans la peau de l'autre, en jugeant et dédaignant un comportement qui, précisons le quand même, n'est pas une généralité et qui, quand bien même, n'est pas forcement une tare. Mais ce qui se cache vraiment derrière tout ça, c'est que vous n'êtes pas capable d'accepter qu'un homme puisse vous désirer mais ne pas être amis avec vous. Et oui, dans ce monde qui n'est pas celui des bisounours, on ne peut être l'ami de tout le monde. Et on peut désirer une personne, sexuellement parlant, sans être un connard, un lourdeau, un violeur en devenir, un macho etc. On peut avoir du désir et du respect. Et on peut ne pas vouloir être votre ami si vous ne partagez pas ce désir. Désolé.
    Tout ça pour dire que, même si je vous encourage à continuer, peut être faut-il voir les choses d'un point de vue plus large et plus réaliste pour faire des critiques intéressantes. Parce que là, ça ne vole pas bien haut pour moi... Je retrouve le discours faussement féministe que je connais chez certaines et qui est selon moi une erreur car vous ne faites que reproduire ce que vous reprochez aux hommes c'est à dire vulgariser, étiqueter, juger, insulter, refuser le dialogue et j'en passe avec ce genre de comportement.
    Tout comme cette manie qu'ont les femmes d'affirmer que l’amitié homme/femme existe forcement, mais qu'on est juste des gros pervers.
    Comprenez bien une chose : vous pouvez être totalement honnête en disant que vous pouvez avoir une relation d'amitié avec un homme, que vous en avez déjà eu et que vous n'avez jamais été tenté. Là n'est pas la question et loin de moi l'idée de vous traiter de menteuses. Mais peu importe la volonté que vous avez, si les hommes en face vous disent que ça n'existe pas pour eux, alors c'est baisé parce qu'il faut que les deux partis soient d'accord pour que ça fonctionne. Attention, je ne suis ni en train de dire que l'amitié homme/femme n'existe pas, ou qu'au contraire elle existe. Et je me garderait bien de vous donner mon opinion là dessus car ce n'est pas le propos. Je met juste en avant le fait que beaucoup de gens (même dans ces commentaires) disent "pour moi ça existe donc ça existe pour tout le monde". On ne peut malheureusement pas imposer sa volonté à tout le monde, et il serait temps pour ces gens là de s'en rendre compte.
    En espérant faire avancer le schmilblick.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ma pensée. Critiquer sans essayer de comprendre ne mènera pas grand monde, pas bien loin... Sans être un nice guy, j'ai l'habitude de me faire friendzoner et j'ai bien assez d'amies pour en vouloir plus. Et la majorité des "on reste amis" consiste en des "tu es moche" ("tu as le charisme d'un Bayrou enrhumé" pour les puristes du physiqueQuiComptePas). On est d'accord que ça fait moins mal mais si on essaie de comprendre l'autre côté ça parait vite logique comme comportement.

      Supprimer
  29. Je connaissais pas le concept. Et je dois admettre qu'il est 1/ clairement exposé ici 2/ bien déconstruit 3/ des alternatives sont proposées de façon cohérentes. MON DIEU Marion mais tout ça est très bien! (Je ne t'offrirai pas mon sexe comme bon point parce que j'ai tout bien lu alors accepte juste ce petit "Youpi bravo"). Tout est dit.

    RépondreSupprimer
  30. Je suis pas certaine d'avoir saisi la différence entre friendzone et girlfriendzone. Enfin tel que tu le présentes, ça m'a juste l'air d'être deux points de vue différents sur le même objet, non ?
    En tout cas merci pour le joli résumé que tu fais dans tes conseils tout à la fin, moi je vais m'efforcer d'arrêter d'être la pire des nazes, parce que j'ai couché avec un garçon puis je l'ai friendzoné puis je l'ai embrassé quelques fois parce qu'il a une belle bouche, puis je l'ai refriendzoné, il a docilement accepté toutes ces étapes et moi je me sens comme un gros bâtard qui fait n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  31. Très bon article, merci !
    Une amie en avait fait un dans le même style, je t'invite à y jeter un coup d'oeil, cela pourrait élargir la panoplie de liens à suivre. ;)

    http://roter.schnee.over-blog.com/article-niceguys-friendzoners-et-autre-douchebags-vous-valez-mieux-que-a-les-mecs-98947331.html

    Son style est plus... particulier, bourré d'humour et très bien pensé aussi. :) Bravo à vous toutes pour faire ces articles !

    RépondreSupprimer
  32. Très sympa, pas toujours clair, mais sympa. Me posant d'éternelles questions sur les relations ça alimente mes réflexions. Par contre je trouve (ou alors j'ai raté un coche, ce qui est possible) que ça ne va que dans un sens. D'expérience personnelle j'ai aussi connu l'inverse c'est à dire des filles qui expliquent clairement qu'elle ne veulent que de l'amitié, et rien d'autres (au passage c'est pas mal réducteur de ramener une relation souhaitée à du cul direct mais bref), accepter sans malaise cette situation (au point même de pouvoir en rire de tenps en temps) puis un jour se faire cueillir par sa pote qui te claque "pourquoi t'as jamais essayé de me séduire ?" ha. Ok.

    Puis je pense aussi que tout le monde doit se détendre, fille garçon, homme et femme. Si à un moment il n'y a pas d'ambiguité puis qu'il y en a plus tard comme ça sans prévenir, faut pas s'en formaliser et faire selon les ressentis de l'un et l'autre. Des séduit(e)s peuvent rester ami(e)s, des ami(e)s peuvent être séduit(e)s, au premier jour, des années plus tard, aboutir sur une histoire ou non, devenir un oneshot sexuel, ou adopter un principe de sexfriend… Tout est possible. Faut juste cesser de vouloir rentrer dans une case. Et vivre au jour le jour les relations humaines.

    RépondreSupprimer
  33. J'avoue ne pas comprendre les réactions de certains de mes mâles congénères qui trouve ce sympathique post misandre. Non, je ne comprends pas.

    J'ai trouvé, à la lecture, que c'était fort bien fait, et assez clair, et que les erreurs ne viennent pas QUE des mecs. Les femmes friendzonées et les mecs boyfriendzonés existent.

    Ce qui me dérange c'est de croire que ce n'est que l'entrejambe qui nous intéresse, mais bon, j'ai trop d'exemple de mecs un peu crevard autour de moi pour ne pas comprendre que certaines femmes peuvent songer que c'est une généralité.

    Par contre, petite remarque : je ne connais aucun mec qui ai un jour considéré une demoiselle comme une allumeuse parce qu'elle se comportait en amie. Le souci vient, comme je viens de le connaitre récemment, des ambiguïtés de certains/certaines plus que du fait de se faire rejeter. Récemment, j'ai rencontré quelqu'un, qui me plaisait, et a qui je l'ai dit dés le départ. J'ai été direct et franc. Et en retour, pendant un mois, j'ai eu droit à justement une ambiguité terrible : " nan mais tu sais que je veux te séduire quand même" "oui" "et" "et je sais pas..." Et le pire, c'est qu'on a effectivement eu des relations avant cette ambiguité.

    Mais quand les choses sont claires, à moins que l'homme ne soit un gros con ( et pas le nice guy qu'il imagine être), il comprendra.

    Donc plus que de parler de Friendzone/girlfriendzone, je préfère voir ça comme soit un défaut de communication entre deux personnes intelligentes, soit que l'une des deux n'est pas honnête ( que cela soit avec elle même ou avec les autres.)

    Je m'explique sur le dernier point. J'ai connu un cas où la demoiselle cultivait l’ambiguïté sur la relation amicale/amoureuse. Non pas parce qu'elle n'était pas sur de ses sentiments ( elle n'était pas amoureuse), mais parce qu'elle se sentait rassurée d'avoir quelqu'un de gentil qui l’idolâtrait. Et inversement, j'ai connu des ( oui des, j'ai plus de cas de mecs pas clair que de femmes pas clair) mecs qui tout en cultivant l'amitié avec des dames, se montraient juste assez tendre pour que celles ci imaginent une histoire.

    Nul n'est parfait, en fait. Le "toutes des putes" ou le "tous des connards" m'a toujours donné envie de gerber plus qu'un cubi de villageoise.

    Une dernière remarque sur le "nice guy". Je me considère comme un " nice guy", mais ca ne veut pas dire que c'est un idéal. Je suis suffisement lucide sur moi pour savoir que j'ai fait du mal autour de moi, souvent sans le savoir ( mais pas tout le temps... J'ai des squelettes dans le placard comme tout le monde). Il n'y a pas de "mec bien" ou de "fille bien", il y'a celui/celle avec qui tu es bien et qui te fais te sentir bien.

    RépondreSupprimer
  34. (suite)

    Je ne vais pas raconter ma vie personnelle, mais j'ai fait du girlfriendzoning il y a quelques mois. La demoiselle m'a renvoyé dans mes cordes, gentiment et clairement, non pas parce qu'elle me considérait comme un ami, mais parce que son ancienne relation s'était très mal passé et qu'elle ne se sentait pas d'essayer de nouveau. Sur le moment, je l'ai assez mal pris, et j'ai ressenti de la colère. On avait énormément partagé, et je sais qu'elle aussi aurait voulu mieux me connaitre. Je le sais par des amies communes, et je le sais aussi parce que je me suis excusé depuis de mon comportement d'alors. Je crois qu'on s'était tout les deux boy/girlfriendzoné, mais qu'on étais pas encore prêt. J'espère la revoir un jour, pour l'instant je me contente de lui parler de temps en temps via le net.

    Enfin, je finis mon (long) message sur l'amitié homme/femme. Elle existe. Mais elle ne peut exister que si il n'y a pas d’ambiguïté et donc si dés le départ lui ou elle pose les bases : on se voit en tant qu'ami. Si l'un est trop infatué par l'autre, il ne pourra pas, mais n'aura pas de rancœur.

    J'ai une amie très belle, drôle, brillante sur tous les points, mais qui ne m'a jamais intéressé malgré tout ça. Ca me permet de tout lui raconter et inversement. En fait, quand je réfléchis, j'ai beaucoup d'amies, toutes sont exceptionnelles, mais aucune ne m'a jamais intéressé pour autre chose que de boire un coup ou bien parfois des galipettes ( bon, ok, une seule dans ce cas, mais dés qu'elle a rencontré son homme, on s'est arreté, tout en restant tres proche).

    Bref, ce n'est pas réellement un souci hommes brimés, femmes méchantes, ou hommes obsédés femmes proies, mais surtout un probleme de communication et de discussion.

    Comme le disais une de mes amies : " ca va sans dire, mais ca va mieux en le disant"... Mais le mieux c'est de le dire vite : je parle pour mon cas personnel, mais un mois d'ambiguité m'ont totalement détruit psychologiquement, alors même que je n'avais pas réellement de sentiment pour la demoiselle.

    Donc, mesdemoiselles, la prochaine fois que vous buvez un verre avec un ami, dites lui ; et vous messieurs, la prochaine fois que vous buvez un verre avec une demoiselle qui vous plait, dites le lui. On sais jamais, on peut avoir des bonnes surprises, des fois.

    RépondreSupprimer
  35. J’aime bien ton point de vue,
    ça transpire un peu le féminisme mais pas trop,
    c'est pertinent dans une certaine mesure et ça laisse le débat ouvert (apparemment tout le monde n'a pas saisi les nuances mais c'est pas grave c'est le jeu eheh).
    J'suis assez d'accord avec toi sur ce que tu avance. Après si on rapporte ça à chaque individualités, on pourrait obtenir une véritable mosaïque de comportements mais la partie que tu as traité est assez justement observée.

    Bravo à toi et j'aime beaucoup tes dessins au passage ;) !

    http://99lefanzine.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  36. Malgré ses qualités(humour de la forme bd etc) je trouve ce post réducteur et me sens peu concerné. Il m'arrive comme le disent certains commentaires d'être intéressé par un fille pour diront nous son sex appeal(pas seulement son vagin, tout le reste aussi, ses pieds, ses seins, ses oreilles) et d'en trouver certaines absolument magnifiques mias pour d'autre. Jamais d'envie de viol. Et quant au friendzoning, ce ne sont que des cas d'espèces, idiots, venant de personnes faibles(garçons et filles) qui ne résument en rien les relation hommes/femmes. Il faut l'assumer nous sommes tous des "proies" objets de désir (ou de répulsion potentiels). L'amitié pour moui est un stade plus agréable à manioer que l'amour mais de même nature. Maintenant que nous ne copulons plus uniquement pour procréer le plaisir que l'on peut trouver dans cet acte est hautement humain. Humain et donc partagée par des personnes des 2 sexes. Mais nous vivons à une époque , dans une civilisation, qui comme la plupart associe l'idée de raltion sexuelle avec celle de relation spirituelle.
    Ce n'est le cas qu'à divers degrés, y compris de façon différentes avec un même personne(jeune couple/vieux couple).
    Ce post manque forcément de NUANCE, quasiment autant e VERITE et REDUCTEUR que "Les hommes viennent de Mars, Les femmes vienent de Venus, les enfants du Soleil et vive les navettes Spatiales"
    Vouloir combattre la conneries de certains schémas sociaux machiste, castrateurs c'est bien, mais exposé le contraire, ce n'est pas l'autre extrême(culture du viol!) les mecs refusent l'amitié(ben oui, je veux juste que l'on baise tous les deux, si possible en se parlant un peu avant, c'est nul?) Bref bonjour les schémas archétypaux des deux côtés de l'exposé que propose ce Post!!

    RépondreSupprimer
  37. On a un petit cadeau d'outre atlantique ce matin:
    http://www.xkcd.com/1325/

    Sinon, du peu que j'en sache, le terme friendzoning fait référence au fait qu'il soit difficile de sortir du status d'amis une fois entré. Sans doute en rapport avec la "magie du début" qui n'existe plus si on est déjà amis depuis longtemps. Je suis pas sûr que le terme ait un lien direct avec le sujet de ton article. Très interessant à part ça.

    RépondreSupprimer
  38. Whouu, ct'intéressant, j'avais jamais envisagé tout ca sous cet angle, et ca m'a permis d'identifier mon malaise avec certaines personnes.

    Sinon jserais curieuse de te voir parler un peu plus de livre Mars et Venus quand même.

    Et tu as sans doute du le voir passer, mais je te le partage quand même :
    http://www.lidd.fr/lidd/9252-majorite-opprimee-quand-roles-masculins-et-feminins-sont-inverses

    RépondreSupprimer
  39. wowww...
    Mais quelles prises de têtes....
    Alors déjà, les gars... vous faites surtout pas chier avec ces conneries, devenez homo, je vous jure c'est le TOP !!!!
    Bises ;)

    RépondreSupprimer
  40. Je ne sais pas si tu le sais déjà, mais Art de séduire (un site équivalent à French touch seduction) a créé un sujet rien que pour ton article. Si si.

    C'est drôle et affligeant, je te laisse décider...

    http://forum-seduction.artdeseduire.com/debats/58536-la-reaction-des-files-au-concept-de-la-friendzone.html

    RépondreSupprimer
  41. Ma réaction est mitigée à la lecture de cette planche. S'il est toujours utile d'égratigner les nice guys auto-proclamés, en montrant qu'ils sont en réalité des êtres sournois qui exercent une manipulation afin d'extorquer un consentement, et qui usurpent une qualité essentielle (la gentillesse - qui n'est authentique que si désintéressée), quelques éléments me paraissent contestables :

    - le discours ambiant (en tous cas en milieu féministe) à propos des nice guys/poires suggère que ces derniers seraient les seuls à recourir à la sexualité transactionnelle. Cette dernière est malheureusement omniprésente, elle prend de multiples formes comme par exemple la quête d'une compagne socialement valorisante (mince), d'un partenaire protecteur (figure paternelle) ou encore les couples fondés sur l'urgence reproductive (fréquente chez les trentenaires avancés nullipares). Les nice guys utilisent comme monnaie la gentillesse, d'autres l'investissement paternel ou même tout simplement leur corps.

    - la planche diffuse l'idée que la sexualité "brute" (CAD un désir qui naît sans interaction/complicité préalable) est malsaine, et que ce comportement serait spécifiquement masculin. Il n'est pourtant pas rare de croiser des femmes pratiquant la sexualité occasionnelle avec des hommes qui ne leur inspirent pas particulièrement de sympathie. Ou d'autres (nombreuses sur les sites de rencontres) qui fonctionnent sur le principe "Bon allez il est temps de me caser, je suis là pour trouver un compagnon, pas me faire des potes, j'en ai suffisamment". On est bien en présence de personnes qui envisagent leur prochain comme un "boyfriend material".

    - le fait est que dans une société sexiste, où les différences de genre sont valorisées et artificiellement cultivées, être plus "viril" est bel et bien un atout qui permet de séduire davantage. De la même manière que "féminiser" son apparence ou son comportement dégage énormément de perspectives affectives et/ou sexuelles pour une femme. Disons que chacun a sa part de responsabilité dans la perpétuation du Patriarcat... Y compris les femmes (responsabiliser les gens ne signifie pas les culpabiliser). En outre, à un individu régulièrement rejeté et qui en souffre, je me verrais mal dire "Allez, reste toi-même et prends ton mal en patience". D'autant qu'on peut être plus viril sans se muer en PUA, ou être plus féminine sans devenir Rachel Greene. C'est évidemment pas très éthique (en tous cas dans une perspective féministe), mais tous et toutes n'ont pas l'outillage psychologique nécessaire à l'expérience de la solitude durable.

    - les rapports amicaux ne sont pas toujours exempts d'un jeu de séduction parfois pervers. Et qui, là encore, peuvent être tout autant pratiqués par les hommes. Comme par exemple ceux qui sont incapables de sexualiser une amie (car elle ne colle pas assez à ses critères dictés par les conventions genrées : trop grosse ou trop "masculine" de comportement) mais qui entretiennent un certain flou afin d'être désirés et regonfler leur ego. De tels individus peuvent bien entendu être des nice guys auto-proclamés. Bref, les choses me paraissent un peu plus complexe que celles décrites dans cette planche.

    RépondreSupprimer
  42. Super article plein de vérité et d'humour. J'adore!

    ... MAIS je dois hélas me joindre à ceux qui vont protester comme quoi "Weuh, l'autre, les gentils mecs y sont pô tous kom ça, eh!" Et c'est sur le point comme quoi le Nice Guy (le "soi-disant bon gars", comme j'aime l'appeler) désire du sexe comme récompense de sa gentillesse. Parce que dans les faits, c'est on ne peut plus faux. Voilà pourquoi je crois bon de remettre les pendules à l'heure sur le sujet dans le lien suivant:

    http://steverequin.wordpress.com/2014/04/30/la-reputation-injustifiee-des-soi-disant-bons-gars/

    Rassurez-vous, ceci n'est ni un reproche ni une démolition en règle de ce billet et de son auteure. Je comprends pourquoi beaucoup de femmes en arrivent à cette conclusion. Je fais juste expliquer pourquoi elle est erronée, voilà tout.

    RépondreSupprimer
  43. Je pense que dans les questions de friendzoning ou de girlfriendzoning, il y a une relation presque mathématique mais centrale qui est fondamentalement oubliée:

    La probabilité que dans une relation entre deux personnes d'une durée t satisfaisant uniquement les desseins de l'une d'entre elles que la seconde personne se sente flouée ou utilisée par la première quand t tend vers l'infini est de....1!

    C'est la clé de la dénonciation récente sur le net de la friendzone, l'impression de se faire flouer ou utiliser et le fait que ce soit réel ou pas ne compte pas car le sentiment demeure. Et c'est une impression que personne ne souhaite avoir.

    Dans une situation de friendzone, le mec a attendu que t tende vers l'infini en espérant qu'une relation amoureuse aboutisse or c'est la relation mathématique qui s'est vérifiée. Dans le girlfriendzoning, c'est juste un refus finalement assez sain à mon goût de relation dissymétrique.

    D'ailleurs la critique du girlfriendzoning provient, selon moi, d'un ego blessé des femmes comme si tous devraient s'intéresser à son intellect. Ce n'est le cas pour personne donc ne vous prenez pour des privilégiées chères demoiselles.

    RépondreSupprimer
  44. Un immense merci pour cet article salvateur ! \o/
    Ce que tu fais est vraiment super !

    RépondreSupprimer
  45. Je suis parfaitement d'accord avec "lonch de Bourgogne".
    Je n'ai jamais non plus considéré une amie comme allumeuse parce qu'elle se comportait en amie.
    Par contre, comme lui, j'ai rencontré une nana avec qui j'ai vraiment accroché rapidement et je lui ai dit (je suis plutot direct).
    Elle m'a dit que nous étions qu'amis mais elle a entretenu une ambiguité pendant des mois. (regards qui en disent longs, caresses par ci par là...)
    tout en sachant que je commençais à avoir des sentiments pour elle.
    Je pense qu'elle adorait se sentir convoité par un mec.

    Donc là oui je pense que je peux commencer à utiliser le terme "d'allumeuse". Et là oui ce genre de fille mérite vraiment des coup de pied au c**. (et je suis gentil)

    Ca m'a bien bousillé psychologiquement.
    A la fin j'ai craché tout le morcea à cette nana qui n'a évidemment jamais reconnu cette ambiguité.

    RépondreSupprimer
  46. ça m'est arrivé tellement souvent comme situation...
    En plus, je ne capte pas que on me "drague", du coup ça mène à des situations ou je ne comprends pas ce qui arrivent et, effectivement, Osef, quand on m'approche en soirée, je signal assez rapidement que je suis prise (conséquence des situations gênantes arrivées auparavant). Parfois, en étant juste gentille, on fait passer un message sans s'en rendre compte.

    RépondreSupprimer
  47. Ahah c'est un peu androphobe et caricaturale tout ça non ? OUI certaines filles aiment bien se faire apprécier par les garçons et en jouent, pas toutes heureusement! Puis, la friendzone existe pas de l'autre côté ? Non biensûr puisque les hommes sont tous des violeurs homophobes... BREF... pourtant ça partait d'une bonne intention ;)

    RépondreSupprimer
  48. Et l'amour dans tout ça ?

    La friendzone ce n'est pas une question de ressentiment mais d'amour. Un fin dosage d'amitié et d'amour. Et honnêtement, le critère essentiel qui différencie deux amis de deux amants : c'est l'attraction sexuelle. Tout du moins elle est le levier, l'impulsion qui fait passer de l'un à l'autre. La friendzone n'est qu'une relation amicale biaisée par l'amour.

    Ce qui la définie c'est que les deux restent amis malgré tout. Un mec ne va pas construire une relation amicale avec une fille en espérant simplement la baiser salement au bout du compte. Il va en rester au copinage. Le fonctionnement d’un mec est assez simple, s’il se déclare « ami et attiré sexuellement » (Sincèrement j’entends. En son âme et conscience, pas devant les potes entre deux pintes), cela veut dire qu’il est a-mou-reux !!

    Parce que le « friendzonage » ce n'est pas que le bon vieux râteau qui te déchiquète les tripes et réduit ton courage à néant. C'est aussi tous les sentiments qui ne sont jamais avoués et qui font que la relation débouche sur de l'amitié plutôt que sur :
    a) de l’amour
    b) rien du tout, parce que tu perds les deux
    Il y a des mecs (et des filles) transis d'amour qui se contentent de l'amitié parce qu'ils sont terrorisés à l'idée de se jeter à l'eau et de perdre à la fois un amour et une amitié.

    Et puis il y en a marre d’entendre que les mecs ne sont que des gros pourceaux incapables d'aimer qui ne pensent qu’à baiser à couilles rabattues. Et que seules les filles sont capables d’éconduire et d'aimer en secret. On se retrouve face à une opposition des sexes sur le modèle : selon les femmes les dragueurs sont des gros dégueulasses / selon les hommes les dragueuses sont des salopes qu’ils vont pouvoir facilement tringler dans les chiottes.
    J’ai bien plus souvent entendu mes amiEs dire « Celui-là je me le taperais bien » ou « Ce soir je baise » plutôt que « Mais que fait mon prince charmant ?? ».

    Alors certes, il y a certains connards qui considèrent qu’une meuf qui refuse de baiser sous couvert de cette amitié garçons-filles est une putain d’aguicheuse ingrate, et alors là je ne vois pas du tout ce qu’il y a de « friendly » là-dedans. Mais il y en a d’autres qui sont également capable de dire à une meuf « je pensais qu’on étaient amis ».


    Donc oui la friendzone existe et effectivement, elle n'est pas ce que tu décris.

    RépondreSupprimer
  49. J’ai aimé la BD, je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires (principalement parce que je suis au bureau), cela dit je suis en désaccord avec ce qui est dit ici…

    Cet article remplace le cliché de la Friendzone, par un autre cliché qui consiste a dire que les hommes tombant amoureux de leur amie sans que ce soit partagé se comporteront forcemment comme des gros machos frustrés ou des puceaux désepérés.

    Et qu’est ce que c’est que ce délires ???? La friendzone positionne les femmes comme “nous devant quelque chose” Whuuuut ??? Notre reaction la plus banale c’est “grosse biatch !” Whuuuuut ? Non mais attendez la on va ou ??? C’est de la victimisation intensionnelle. Et ou sont les sentiments dans ce discours ? C’est pas possible de tomber amoureux d’une personne qu’on connait deja?

    La friendzone (comme la girlfirendzone ) pour moi c’est bien la preuve qu’on est differents (bin oui c’est scientifique les hormones toussa…), et que nous ne réagissont pas de la meme maniere. Oui quand vous vous nous voyez comme un gentil copain copain nous on fantasme en vous voyant vous lacher, etre vous-meme… Quand la femme se sentira en sécurité et rassurée, capable de se lacher et de tout partager, bin l’homme se sentira rassuré, mais aussi protecteur, compris, et pourra alors voir une partenaire potentielle. Certe c’est une vision hétéro mais hé ! Je soutien a 100% les mouvements homosexuels, mais on a quand meme le droit de penser et d’agir comme un hétéro ou bien ? De plus vous faites un total silence sur le fait que les relations amoureuses PEUVENT partir d’une friendzone, et seront d’autant plus belles qu’elles seront basées sur des intérets communs, un partage allant bien au dela du physique.

    Si vous vous le demandez encore oui je suis concerné, ma copine et moi sommes meilleurs amis depuis 5 ans, et en couple depuis 1…

    Sachez que mon amie et extremement portée sur le feminisme, n’accepterais aucun manque de respect de ma part sur ce plan la. Cependant malgré ca elle a quand meme avoué que si elle a craqué, c’est JUSTEMENT parce que j’ai cessé de me comporter comme Mr Nice Guy comme vous dites. Et non ca ne veut pas dire essayer de la frapper ou la violer … -_-

    Tout ca pour dire que je ne cherche pas la preuve que les filles sont stupides et ne savent pas ce qu’elle veulent comme c’est apperement ce qui est dit de nous dans la bd, mais plutot que c’est a cause de ce genre de discours quelque peu nevrosé que les filles hétéro n’osent meme plus s’avouer a elle meme que ca leur fait du bien d’avoir un gars qui a aussi un cote bad boy, ou bien qu’elle peuvent craquer et coucher avec leur ami comme bon leur semble, ou qu’elle peuvent vivres plein de choses avec un gars qui a des sentiments, sans forcemment craquer du moment qu’il y a un respect mutuel. On est dans les sentiments, tout est possible merde…

    Cela dit mon coup de gueule ne concerne qu’une partie des cas cites ici. Je comprends totalement le point de vu des filles qui se font constamment bombarder de fausses gentillesses par des mecs uniquement intéressés. Je comprends également le manque de respect pour un gars qui se demanderait a quoi ca sert de se lier d’amitié “si on peut pas baiser” …

    Mais ne blamez pas trop ces gars qui sont partis après vous avoir avoué leur amour, c’est pas facile a vivre parfois tres handicapant pour le moral, et je comprends que dans certains cas il faille aller de l’avant. On est pas des machines…

    RépondreSupprimer
  50. ????
    Mais pour les derniers commentaires, avez vous LU la note ?
    Où voyez vous que je dis "tous les mecs sont comme ça ce sont des gros violeurs et amour et amitié ne se mélange jamais" ? C'est précisement L'INVERSE de ce qui est dit ici !
    Checkez un peu l'explication sur ce qui est gênant dans le CONCEPT de friendzone, qui est le dernier des trois cas que j'explique et qui est une amitié FACTICE dans le but de séduire une fille sans lui dire, en lui mentant sur la nature des sentiments et en lui en voulant si elle refuse cette demande. Il y a une idée que gentillesse chez un homme = devoir de sexe chez une femme, ce qui est TOXIQUE et DANGEREUX.
    S'il vous plait, avant de taper un pavé agressif, lisez attentivement la note, ça nous évitera à tous de s'énerver.

    RépondreSupprimer
  51. Le problème n'est pas de le dire, mais de la commprendre.

    gentillesse chez un homme = devoir de sexe chez une femme ? Mais dans quel monde vis-tu ? On n'en est plus au droit de cuissage.
    amour = sexe, désir = sexe, alcool = sexe a la rigueur. Mais gentillesse = devoir d'écarter les cuisses !!!
    Quand on te lit on a l'impression que le sexe est une corvée pour les femmes, que ça leur est désagréable. Qu'elles le consentent aux hommes.

    Un mec sur de lui va draguer une fille pas essayer de s'en faire une amie. Tu confonds le fait de friendzoner quelqu'un avec celui de lui mettre un râteau.
    Les filles friendzonent les mecs qu'elles n'ont pas envie de baiser, pas ceux qui leur plaisent...
    Putain. J'ai été ami pendant deux ans avec ma copine actuelle et c'était tout a fait sincère. j'avais des copines, elle des mecs. Point barre. Si je m'étais mangé un rateau j'en aurais pas non plus chié une pendule, c'est des choses qui arrivent.

    Si tu tombes sur un mec qui te traite d'allumeuse parce qu'il a eu l'idée de jouer la carte de l'amitié pendant longtemps avant d'oser t'avouer qu'il ressentait autre chose et que tu lui dis "niet", c'est qu'il est blessé. Mais bon on s'en remet.

    Quand un mec te fait bander, tu vas pas te dire "super, mon futur meilleur ami". Par contre son pote le gros tromblon boutonneux mais super drole et gentil, lui ce sera ton pote. Oui, lui il est drole et gentil parce que pour etre frienzonable, il faut être au moins gentil. C'est super hypocrite, jamais t'entendras une meuf dire "putain ce mec il est laid, violent, raciste et stupide, j'ai vraiment envie qu'on soit amis, mais j'espère qu'il est sincère".

    RépondreSupprimer
  52. MAIS ENFIN
    JE
    VOYONS
    désolée mais je crois que tu ne comprends pas du tout ce que je dis.
    Si tu lis la note, tu vois que je développe ce que le concept de friendzone sous entend. Je vais réexpliquer ici brièvement : la "friendzone", c'est se dire tout d'abord qu'il n'y a pas de passage possible entre l'amitié et l'amour/le sexe, ce que je critique (comme toi, apparemment). On voit chez les garçons (car c'est un concept pensé de façon hétérocentré et pour un point de vue masculin) qui se pensent "friendzoné" une amertume d'avoir été GENTIL avec la fille et de n'en obtenir qu'en retour que l'AMITIE de celle ci, et du coup de trouver qu'elle JOUE avec lui. Alors qu'en soi, c'est juste que la fille n'a pas d'attirance pour un type, comme ce dont tu parles dans ton commentaire, et qu'elle en a le droit.
    Il y a aussi le fait que, contrairement aux cas que tu cites, LE GARCON NE VA PAS VOIR LA FILLE EN ETANT CLAIR SUR SES INTENTIONS. IL y a une idée de "je vais être super gentil, ne pas la draguer, ne rien tenter, faire semblant d'être son ami innocent en espérant qu'elle me tombe dans les bras". Comme je le montre dans la note, il arrive en présentant une volonté d'AMITIÉ alors qu'il veut en fait de l'AMOUR/du SEXE ; et il est ensuite furieux/dégoutée que la fille accepte ce qu'il lui propose (l'amitié) et pas ce dont il rêve (la relation amoureuse ou sexuelle). Et donc son raisonnement c'est "j'ai été gentil, elle pourrait au moins coucher avec moi en échange, quelle salope" alors qu'en soi, non, être gentil c'est censé être quelque chose de gratuit, sinon ce n'est plus vraiment de la gentillesse. Et ça entraîne sur cette piste dégueu de "ah les filles choisissent jamais les bons mecs elles veulent que des bad boys gnagnagna" et c'est dangereux.

    Donc voilà mais si après tu ne comprends toujours pas je précise que :
    - oui je pense qu'on peut tomber amoureux en étant ami avant, ou après, ou n'importe quoi, c'est même exactement ce que je dis dans la note, la seule condition pour ça c'est d'apprécier la personne pour ce qu'elle est (et donc pas de la voir uniquement comme du girlfriend material, de réaliser qu'il y a quelqu'un derrière)
    - bien sûr que je pense que les filles ont du désir sexuel, je suis quand même assez bien placée pour savoir un truc aussi basique. Et que BIEN SÛR qu'elles peuvent aller voir un type dans le seul but de le séduire parce qu'elles le trouvent sexy.

    RépondreSupprimer
  53. - et enfin, je ne pense pas qu'il y ait un souci avec la séduction en soi. Je ne dis pas du tout dans la note que draguer c'est mal et macho. Tout le monde peut draguer, c'est super cool, la vie est belle ; le seul truc, c'est d'être honnête et à l'écoute. Si on veut draguer quelqu'un, alors on ne fait pas semblant d'être son ami pendant des mois si le seul but qu'on veut c'est coucher avec. Et naturellement, on peut aussi aller voir quelqu'un dans le but de le séduire et se rendre compte qu'on l'apprécie aussi en tant qu'ami, et soit additionner drague + amitié, ou switcher sur l'amitié seule. Tant qu'on est honnête sur ses intentions (et ça veut pas forcément dire aller voir quelqu'un en lui disant "salut je te drague" bien sûr) et qu'on attend pas quelque chose dont on ne donne aucun indice à l'autre ; et qu'on écoute ce que l'autre veut, par exemple en n'insistant pas si l'autre refuse vos avances, ben TOUT VA BIEN.

    Par contre je pense qu'"un mec qui te traite d'allumeuse parce qu'il a eu l'idée de jouer la carte de l'amitié pendant longtemps avant d'oser t'avouer qu'il ressentait autre chose et que tu lui dis "niet"", c'est un gros con et rien d'autre. On s'en fout qu'il soit blessé, c'est pas la faute de la fille si elle veut pas de lui romantiquement. Et c'est tout.

    RépondreSupprimer
  54. J'ai jamais dit que la fille était responsable. Et evidemment que c'est une réaction conne.
    Ce que je veux simplement dire c'est tu ne restes pas ami pendant des mois avec une fille sans rien montrer dans le seul but de coucher avec elle. Ça n'existe PAS.
    Soit ça reste ambigu et c'est plus du flirt, sans amour ni amitié.
    Soit c'est juste un manque de confiance/courage par peur de la perdre, à la fois en tant qu'amie et amante potentielle. Et dans ce cas c'est une souffrance.
    Car non, on ne reste pas ami avec quelqu'un qui vient de nous faire une declaration et que l'on a rembarré et vice-versa...
    Ce qui me gêne c'est la division : les filles sont naives et les mecs perfides...
    Que dire d'une fille qui sait pertinemment qu'elle plait au mec et qui ne fait rien ? Alors que lui pense avoir ses chances.

    RépondreSupprimer
  55. Si le sexe était un peu moins sacralisé, on pourrait simplement considérer ça comme une activité mutuellement agréable, et n*quer entre amis comme on va au ciné ou à la plage.

    RépondreSupprimer
  56. J'allais écrire un très long pavé pour t'expliquer en quoi ta BD était sexiste, dénigrante et outrancière puis j'ai lu la note en bas. Je veux bien croire en ta bonne foi, cependant elle risque d'être très mal interprétée (comme je l'ai fait, mea culpa), utilisée hors contexte, etc. Je pense que tu aurais du faire une approche égalitariste du sujet, en traitant de manière égale les deux sexes, directement dans la BD parce qu'il faut avouer qu'elle est assez choquante en l'état. Un tel sujet mérite une grande précaution et les commentaires au-dessus de moi le prouvent bien.


    Sinon, à tous ceux, hommes et femmes qui prétendent que l'amitié fille-garçon n'existe pas, qu'il y a forcément quelque chose derrière, j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous : la mauvaise c'est que vous avez eu de mauvais amis, la bonne nouvelle c'est que vous pouvez vous en trouver de meilleurs. Les hommes ne sont pas tous intéressés par leurs amies et vice-versa. C'est absurde. On peut très bien être ami avec sa propre sœur, est-ce qu'il y a un désir derrière ? Certainement pas (du moins je l'espère pour vous) et il n'y a pas de raison que cela soit différent pour des ami(e)s qui ne soient pas de la famille ! ;)


    Des bises.

    RépondreSupprimer
  57. Si, comme tu le dis, tu as lu les commentaires, alors tu as certainement vu celui où j'expliquais que non, ma bd n'était ni outrancière ni sexiste mais traitait simplement d'un cliché très genré, d'où les généralités, qui sont la pour expliquer le fonctionnement de ce système et pas pour dire que tous les hommes sont comme ça, comme je l'ai dit douze millions de fois mais apparemment j'aurais du l'écrire en gros et en rouge à côté de chaque dessin.

    RépondreSupprimer
  58. "mais apparemment j'aurais du l'écrire en gros et en rouge à côté de chaque dessin"

    J'essaie de lire votre billet, mais j'avoue moi même avoir beaucoup de mal à distinguer le message de fond des sarcasmes, de l'ironie exprimée tout au long de l'article.
    Un exemple, le cheminement du viol : je ne sais pas si vous pensez sincèrement que le type "hyper gentil" va construire un tel raisonnement ou s'il s'agit d'ironie, d'une satire... Sinon, "hyper gentil" n'est que le déguisement d'un co***rd dans ce cas très particulier qui doit représenter une très forte minorité (sans ça, c'est bisounours qui engage la troisième guerre mondiale) : mais comme vous parlez de "généralité" et que votre article le semble effectivement, je me sent un peu face au mur si d'un coup on évoque une catégorie à l'évidence aussi minoritaire et qui plus est d'une manière aussi marquée.

    Là non plus, je ne sais pas si c'est du sarcasme, mais on voit le garçon qui refuse de se remettre en question (là ou c'est marqué "le pauvre") tandis que justement le concept du "friendzoning" consiste précisément en une remise en cause du comportement du garçon ou de la fille qui se serait embourbé dans une relation avec quelqu'un suite à comportement inadapté... Donc, pas vraiment le genre de ceux qui veulent pas se remettre en cause justement.

    En tous cas, ce que je sais, c'est que si quelqu'un est super gentil avec moi, m'offre plein de petits cadeaux...etc, cette personne risque (très très) rapidement de me faire peur, et pour le coups, je vais vraiment me mettre sur la défensive et ne risque pas d'envisager quoique ce soit avec cette même personne, mais c'est malheureusement de la sorte que certains s'y prennent pour essayer de séduire, parcequ'ils ne savent pas faire...
    Ceci-dit, si cette même personne change de comportement, je pourrait tout à fait revoir ma position vis-à vis d'elle, ce qui ne me ferait pas pour autant me sentir stupide a posteriori de ne pas avoir voulu envisager quoi que ce soit ni même incapable de savoir de qui j'ai envie :
    En fait, ne pas coucher avec quelqu'un un jour et puis accepter quelques semaines plus tard, ce n'est pas tellement ce que j'appelle "ne pas savoir ce que je veux", si cette envie découle d'un changement de comportement (au contraire même, par définition), donc les "théories" sur le friendzoning, quand elle poussent au changement de comportement, ne sont à mon sens pas si nulles que ça, sans ça, les mêmes personnes continueraient à utiliser la même stratégie infructueuse, et là on resterait vraiment dans un mécanisme auto-destructeur...
    Celà me semble aussi valable pour les "vrais" amis, et puis toc, un jour, un changement, un déclic, alors, pourquoi pas ? On a tous des amis qu'on pourrait tabler de la sorte de "trop gentil" ou "trop proche" pour... Non ? Après, on peut aussi se diriger vers un simple sex-friend...


    "à tous ceux, hommes et femmes qui prétendent que l'amitié fille-garçon n'existe pas"

    En tous cas, il est vrai qu'au delà du problème de savoir si une tension sexuelle quelconque est inévitable ou non dans le cadre d'une amitié homme/femme, je n'ai jamais compris en quoi la première devrait empêcher la seconde : la pratique grandissante du sex-friend semble pourtant démontrer qu'amitié et sexe ne sont pas incompatibles, et de plus les relations amoureuses platoniques montrent tant qu'à elles que sexe et amour (je parle d'amour amoureux bien sûr) ne sont pas mutuellement exclusifs...

    RépondreSupprimer
  59. "qui se pensent "friendzoné" une amertume d'avoir été GENTIL avec la fille et de n'en obtenir qu'en retour que l'AMITIE de celle ci, et du coup de trouver qu'elle JOUE avec lui. Alors qu'en soi, c'est juste que la fille n'a pas d'attirance pour un type, comme ce dont tu parles dans ton commentaire, et qu'elle en a le droit.
    Il y a aussi le fait que, contrairement aux cas que tu cites, LE GARCON NE VA PAS VOIR LA FILLE EN ETANT CLAIR SUR SES INTENTIONS. **IL y a une idée de "je vais être super gentil, ne pas la draguer, ne rien tenter, faire semblant d'être son ami innocent en espérant qu'elle me tombe dans les bras"."

    En réalité, c'est bien le mécanisme, mais il fonctionne de manière exactement inverse : par expérience, je constate que les gars qui ne draguent pas parceque ce sont vraiment des quiches en drague, il faut appeler un chat un chat, subissent... ce qui n'est pas le cas de ceux qui savent s'y prendre.
    Et encore 'savoir s'y prendre' est un bien grand mot, et pour avoir passé quelques soirées étudiantes, voilà comment ça se passe le plus souvent (je suis très sérieux) :
    - le garçon ou la fille, qui ose, s'avance vers la personne qui l'intéresse ;
    - "tu baise ?"
    - "oui !" / "non !"
    Du coups, comme me disait une copine "Baudelaire et l'époque des grand poèmes, c'est révolu".

    Mais bref, ceux qui n'osent pas (tous ceux qui sont un peu timides)... bah, ils rentrent seuls. **Et quand ils veulent tenter leur coups, ça traîne en longueur dans ce qui ressemble à une amitié parcequ'ils sont incapables de jouer carte sur table, ce qui ne veut pas dire qu'ils mettent volontairement en place une stratégie aussi tordue, faut pas pousser mémé dans les ortilles... Je crois qu'il faut pas aller chercher plus loin, c'est pas une stratégie, c'est plutôt du subi (mais quand on prête un raisonnement aussi machiavélique à quelqu'un, faut pas non plus s'étonner qu'il puisse prendre la mouche).

    En bref, c'est pas le garçon qui se dit "je vais être super gentil, ne pas la draguer ne rien tenter, faire semblant d'être son ami innocent en espérant qu'elle me tombe dans les bras", comme quelqu'un l'a dit plus haut, ça, ça n'existe pas ; la réalité, c'est plutôt l'inverse, à savoir un gars qui n'ose pas jouer carte sur table et qui se retrouve malgré lui dans cette configuration.

    RépondreSupprimer
  60. >>"LE GARCON NE VA PAS VOIR LA FILLE EN ETANT CLAIR SUR SES INTENTIONS."<<

    En ce qui concerne les "théories" sur la friendzone, je me suis mis à en lire quelques une pour comprendre de quoi il en découlait.
    Ce que j'en retire, c'est des textes qui expliquent que d'un point de vue évolutif, la gentillesse n'est pas un critère de sélection [ce qui vaudrait aussi bien pour les hommes que pour les femmes](ce qui est démenti pour les rapport à long terme, pour ceux à court terme, je ne trouve pas de source).
    Néanmoins, il est écrit des truc du genre :
    - "si vous lisez ce livre, c'est que vous cherchez de l'aide parceque vous n'arrivez pas à séduire "CETTE" fille".
    >>"Le premier conseil pour séduire une file et y parvenir est d’être clair dans vos intentions et dans votre discours."<< (et vu les positions que tu critique, je me dit que tout n'est finalement pas à jeter dans la "théorie" de la friendzone)
    - "Si vous vous reconnaissez dans ces phrases, c'est que ce livre est fait pour vous :"
    Et donc rapidement on arrive à des trucs du genre :
    "Vous jouez trop la carte de l'humour et devenez un vrai 'clown'"
    "Vous êtes tombé dans le piège de la confidence ; vous êtes trop gentils et êtes un véritable 'chien-chien' prêt à se faire balader partout"
    Sans déconner, je vous jure que le terme de 'chien-chien' je ne l'invente pas... Et là je me dit, "mon vieux y'a intérêt à vouloir sacrément se remettre en question pour lire ça jusqu'au bout et surtout à pas être dépressif".

    En bref, on fait un archétype d'un groupe d'individu précis qu'on affirme pas du tout séduisant mais au contraire étouffant (nice-guys) et on lui dit de changer pour le devenir...
    (mon vieux, de là à conclure que les femmes ou les hommes (parceque ça marche dans les deux sens) sont des idiots qui ne savent pas ce qu'il veulent... Enfin, je ne sais pas, mais si tu acceptes finalement quelqu'un parcequ'il a changé, c'est au contraire que tu sais ce que tu veux, et c'est précisément ce que conseille cette (pseudo-)littérature).
    Mais en gros, non, ce que je constate, c'est qu'on est absolument pas sur des affirmations qui visent à victimiser ce fameux "nice-guy" en sous-tendant que les gens ne savent pas ce qu'il veulent ou de qui ils veulent, bien au contraire, on est sur un ensemble d'affirmation qui poussent ce "nice-guy" à la remise en cause de ses comportements, donc bon...


    "la "friendzone", c'est se dire tout d'abord qu'il n'y a pas de passage possible entre l'amitié et l'amour/le sexe, ce que je critique (comme toi, apparemment)"
    Mais justement, la littérature qui décrit les nices-guys critique aussi cette position, sinon, je pense qu'elle ne prétendrait pas donner des conseils pour passer de cette "friendzone" à un rapport amoureux... Si ?

    RépondreSupprimer
  61. ouin ouin quelle dure vie vous devez avoir les garçons ouin ouin

    RépondreSupprimer
  62. Mouais, m'enfin tout féministe que je sois, ce genre de planches part du principe que le type qui se sent friendzoné veut juste sauter la fille. Le fait qu'il puisse être amoureux n'est jamais pris en compte, après tout un mec, tout ce qu'il veut, c'est du sexe, c'est bien connu.

    RépondreSupprimer
  63. Alors non je n'ai jamais dit ça et si tu avais lu l'article pour de vrai tu l'aurais vu ; je parle ici spécifiquement du concept du nice guy et de la friendzone, y'a même un passage spécifique pour parler des différents cas mais j'imagine que c'était mieux de scroller rapidement pour pouvoir mettre un commentaire méprisant ;););););)

    RépondreSupprimer
  64. Je me suis toujours senti proche du féminisme sous un bon nombre d’aspects, mais j’ai un vrai problème avec les féministes contemporaines. Je trouve que bon nombre d’entre elles s’attardent dans une guerre des sexes stérile sur de fausses polémiques, et la question de la « friendzone » et des prétendus « nices guy » fait partie des sujets sur lesquels je me sens véritablement irréconciliable avec ce type de féministes. C’est à travers ton blog que j’ai découvert pour la première fois le point de vue des féministes extrémistes sur le sujet, et après des semaines de réflexions et de visite d’autres blogs, j’estime logique que ce soit ici que je livre le fond de ma pensée.

    Commençons par le commencement. Tu présentes un cas de figure du garçon qui se comporte de façon gentille et attentionnée avec une fille dans un but purement désintéressé, celui de coucher avec elle. Et quand la fille refuse, il la traite de « salope » et rejette toute la faute sur elle. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce cas de figure, tu le sors de ton chapeau. Je veux bien croire que ce type de mecs existe –après tout ce n’est pas comme si j’avais encore des illusions sur l’imbécilité humaine-, et que tu aies pu en rencontrer. Mais ils ne constituent qu’une infime minorité du groupe des nices guy. Des gentils garçons n’ayant pas beaucoup de succès auprès des filles, j’en connais plein autour de moi, la plupart sont mes amis. Je me considère comme faisant partie de cette catégorie moi aussi. Et parce que je les connais bien je suis bien placé pour dire que les nices guy ne sont pas gentil pour plaire aux filles : ils le sont naturellement. Je ne cherche pas à séduire une fille en me montrant attentionné avec elle, je le fais parce que j’ai envie de lui faire plaisir et parce que j’ai le sentiment que c’est la bonne façon de se comporter. Se montrer gentil de façon désintéressé me semble non seulement immoral, mais en plus idiot car ce n’est pas le critère principal de la plupart des filles pour choisir le mec avec qui elles veulent sortir. Ce qui m’amène au deuxième point.

    Car, je suis désolé, c’est un fait que la plupart des filles –la plupart, pas toutes, j’y reviendrai- seront toujours plus attirées par un mec arrogant égoïste et superficiel, mais qui a beaucoup confiance en lui, que par un mec gentil et attentionné, mais discret et introverti. C’est un fait, ça ne sert à rien de le nier : je n’ai qu’à lever les yeux en soirées et regarder comment les couples se forment pour le constater. Elles n’agissent pas comme ça parce qu’elles sont masochistes ou stupides. Parce qu’elles ont le sentiment qu’elles doivent se fier aveuglément aux conventions sociales pour être heureuses dans leur vie, et que les conventions sociales ont décidé par décret que ce genre de mec devrait être le plus intéressant, le plus valorisé par la société. Je tiens quand même à nuancer mon propos à plusieurs niveaux. Tout d’abord, je tape ici sur les filles, mais je pourrais tout autant taper sur les mecs, qui eux aussi pour la plupart choisissent leur copine en fonction des apparences et des conventions sociales –mais c’est un autre débat. D’autre part, beaucoup de filles changent de critère en grandissant, l’expérience jouant forcément. Mais surtout, il y en a toujours pour avoir leurs propres critères, indépendant de ceux que leur dicte la société. Il y en a même pour être attirées par des garçons parce qu’ils sont gentils et attentionnés –je le sais car j’en ai déjà croisé plus d’une.

    Cela dit, tu marques un point lorsque tu attaques les pick-up artists, en citant notamment le site French Touch Seduction. Quelques soit mon hostilité à l’égard des féministes radicales, je déteste bien plus les être prétentieux et superficiels qui encouragent le caractère transactionnel du sexe dans notre société et qui mentent à des jeunes hommes désespérés, tout en prétendant tout savoir sur les relations humaines et donnant des leçons à tour de bras.

    RépondreSupprimer
  65. "mais apparemment j'aurais du l'écrire en gros et en rouge à côté de chaque dessin"

    Pas forcément. Mais un peu plus que trois minuscules cases sur une BD de 20 pages ça aurait été pas mal. Ça aurait donné une image d'ensemble beaucoup moins agressive et caricatural à ton propos.

    Il me vient à l'esprit une question idiote: comment tu fais pour savoir qu'un nice guy que tu friendzone a s'est comporté avec toi de façon gentille par pur intérêt ? Tu lis dans ses pensées ? J'ai l'impression que beaucoup de filles désespérées de voir un ami s'éloigner d'elles parce qu'il était amoureux et qu'il a été déçu dans ses espoirs (ce qui est une réaction normale, c'est pour se protéger de la douleur) reportent la faute sur lui en l'accusant de ne pas concevoir d'autre relation qu'amoureuse avec une fille.

    RépondreSupprimer
  66. 1/2

    La friendzone dévirilise effectivement l'homme qui en est victime, attendu que la femme voit cet homme comme un être désexualisé, parfois même comme un "petit frère". Si on est ami avec quelqu'un, c'est qu'on ne conçoit pas de relation sentimentale ou sexuelle, donc la valeur sexuelle de l'ami(e) est nulle. Qu'est-ce qui vous choque ?

    Vous dites que l'amitié homme - femme est possible. Soit, mais sous quelle(s)s forme(s) ?
    Je conçois qu'un homme et une femme, en couple chacun de leur côté ou amis de très longue date, puissent entretenir une amitié saine, mais quand vous avez affaire à un homme célibataire qui n'a pas de grande expérience avec les femmes, posez-vous des questions.
    Aussi surprenant que cela puisse vous paraître, l'être humain est un mammifère, un animal, et la reproduction est au cœur des préoccupations des individus normaux. Cessez donc de vous étonner que les hommes cherchent se rapprochent de vous avec des idées derrière la tête, c'est juste un processus biologique normal.

    "Quand une fille se fait FZoner, elle se voit refuser le statut de personne à part entière, elle n'est visible que via le prisme amoureux ou sexuel"
    -> Bravo, vous avez parfaitement résumé les mécanismes d'attraction entre les mammifères, vous pourriez faire prof de SVT. Un homme célibataire cherche une compagne AVANT de chercher une amie. C'est la pyramide de Maslow, c'est niveau 4ème.
    Votre réflexion sur le statu d'individu propre n'a pas de sens. Philosophiquement, on existe en fonction des autres, on se définit par nos rapports avec les autres. Seule la philosophie individualiste va contre ce principe, mais je doute que vous connaissiez "L'Unique et sa propriété" de Max Stirner.
    Les hommes et les femmes sont différents et compatibles. D'abord dans le couple, puis dans une relation amicale si les deux sont casés / ne sont ouvertement pas intéressés l'un par l'autre. Encore une fois, posez-vous des questions quand un homme célibataire est "juste" votre ami, il y a de grandes chances qu'il ressente quelque chose pour vous.
    L'hétérocentrisme n'est pas une construction machiste mais anthropologique. Au bout d'un moment, il faudrait vraiment penser à ouvrir un bouquin. Ça a l'air de vous choquer que les hommes pensent à se caser avant de se trouver une simple amie. Pourquoi ? Si un homme attend d'une fille une relation, elle ne sera effectivement bonne qu'à une seule chose : la relation. Quand un employeur recherche une secrétaire, il ne recherche pas une standardiste. Vous percevez votre erreur de raisonnement ou pas du tout ? Puisque l'on n'existe que par rapport aux autres (à moins de vivre au fond des bois ou sur une île déserte), les autres attendent quelque chose de nous. S'ils attendent une relation, seule une relation sera possible, l'amitié ne sera pas envisageable.
    Vous voudriez en réalité que les hommes se conforment à VOS attentes, vous faites vraiment une démonstration d'individualisme. Vous devriez lire Stirner.
    Un homme victime d'une friendzone a tout intérêt à couper tous les ponts avec la femme concernée si la relation s'avère impossible, car la friendzone est une situation frustrante et douloureuse. Si vous ne pouvez pas comprendre ça, je ne peux rien faire pour vous.

    RépondreSupprimer
  67. 2/2

    Votre explication est décevante car elle procède par des raccourcis et un amalgame qui fait honte à l'intelligence et à l’exhaustivité du raisonnement. Non, les nice guys ne sont pas gentils en espérant avoir une récompense à la fin, c'est juste leur tempérament. Au risque de vous apprendre quelque chose, beaucoup d'hommes sont naturellement bons, et vous voir ainsi insulter sans vergogne un type de personnalité qui fait cruellement défaut dans notre société néo-libérale a quelque chose d'assez troublant. Est-ce juste de l'ignorance crasse ou de la provocation ?
    Certaines personnes sont timides et n'osent pas afficher leurs sentiments. De là à faire un parallèle avec la soit disant "culture" du viol, c'est juste comique. Sur quelles sources judiciaires vous appuyez-vous pour faire ainsi le portrait robot du violeur moderne ?
    Les memes relatifs à la friendzone et dispos sur internet concernent la situation 1 et 2 du girlffriend zoning, je vous mets au défi de m'en trouver un qui illustre la situation 3. Même chose pour tous les témoignages (innombrables).
    Ce que les hommes victimes de la friendzone disent vouloir, c'est tout simplement l'amour, le sexe n'occupe qu'un rôle mineur. Par définition, un nice guy sans expérience est davantage préoccupé par ses sentiments que par son sexe dont il ne fait rien.
    Par conséquent, dire que les nice guys sont gentils parce qu'ils veulent baiser n'a aucun sens. Le couple et les sentiments sont au centre de leur recherche, le sexe vient bien après. Il serait peut-être temps de laisser tomber vos œillères féministes, vous idées reçues sur la prétendue "culture" du viol. Le nice guy est intéressé, mais pour une relation pérenne, pas juste pour du sexe.
    Le sexe nous dicte notre comportement dans bien des cas mais arrêtez, par pitié, de tout voir en fonction de ça. Le féminisme n'est pas une vérité révélée et beaucoup d'hommes recherchent des sentiments et une relation durable avant de rechercher une partie de jambes en l'air. C'est idiot de dire que le sexe est une récompense puisque ce n'est pas ce que le nice guy recherche. Votre réflexion est tellement formatée, c'est dingue. Toute votre argumentation s'appuie sur le 3ème cas de girlfriend zoning alors que ce cas ne concerne PAS la friendzone (dans friendzone y a friend).



    Votre article incarne la contradiction fondamentale du féminisme qui a cherché à briser le rôle qui était attribué à chaque sexe. Le féminisme a voulu des hommes plus sensibles, plus à l'écoute des problèmes des femmes qui prétendaient alors vouloir une relation basée exclusivement sur la complicité et les sentiments.
    Les hommes qui correspondent à ce modèle (le rêve des féministes) se font friendzone à chaque fois.
    Vous nous dites que les femmes savent choisir leurs partenaires. Pourriez-vous alors nous expliquer pourquoi vous vous faites toujours rouler par des beaux-parleurs, pourquoi vous êtes toujours en train de vous plaindre des hommes ?
    Tant que vous y êtes, pourriez-vous aussi nous expliquez pourquoi on a beaucoup plus de facilités à séduire une femme quand on est entreprenant d'entrée de jeu, quand (effectivement) on vous brusque dans la relation ?


    RépondreSupprimer
  68. FIN

    Au bout d'un moment, il faudrait peut-être penser à regarder la réalité en face. Le comportement des femmes est à l'opposé de leur discours.
    La réflexion "toutes des salopes" procède d'une certaine fatalité. Ce n'est pas parce que les femmes se refusent aux nice guys qu'ils pensent ça, mais qu'ils les voient s'offrir à des connards qui les manipulent pour arriver à leurs fins. En fait, au lieu de dire "toutes des salopes", on devrait plutôt dire "toutes des connes". Après tout, ce sont les femmes qui ont le plus à perdre dans ce contexte : elles se privent des hommes qui cherchent des relations durables et sérieuses pour se précipiter dans les bras des manipulateurs. Mais moi je vous excuse, car je sais que les femmes sont très sensibles aux modes et aux beaux discours (ce n'est pas pour rien si les publicitaires ciblent autant les femmes pour leur vendre leurs produits).



    Votre article est effectivement très comique, mais pas pour les raisons qui vous ont incité à le produire. Disons que c'est un comique ironique. Vous faites votre propre procès, vous dessinez votre propre drame sans même vous en rendre compte, et ça ça vaut tout l'or du monde !

    RépondreSupprimer
  69. Bah, un article écrit par une greluche qui veut tenter de banaliser ou expliquer rationnellement pourquoi même les féministes couraillent les douchebags et badboys machos au lieu de s'intéresser aux bons gars. La plus grosse contradiction du féminisme remarquée par presque tous les hommes: 40 ans de combat pour libérer la femme du mâle oppresseur pour finalement être les premières à craquer pour les machos dans l'intimité. Ensuite, elles s'inventent des théories farfelues disant que les bons gars sont en fait des violeurs potentiels à double face et que les badboys sont juste plus naturels et libèrent la femme de l'oppression du patriarcat. Je vais vous donner la réponse: C'EST DU CAS PAR CAS. C'est normal qu'un mec gentil soit enragé de voire celle qu'il aime se faire enfiler par un porc machos ou un homme à femmes qui a déjà 2 maîtresses dans sa vie alors que lui attend comme un imbécile. La jalousie est humaine, comme quand une femme voit le gars attirant qu'elle aurait souhaiter pour un plan Q partir avec une bombasse siliconé. la femme est jalouse et se dit: '' Mais comment il a pu choisir cette salope?'' Et bien, c,est du slut shaming ça, car vous en auriez fait autant. hahahahahahahah

    RépondreSupprimer
  70. RSAiste : les femmes n'ont pas besoin qu'un homme leur explique ce dont elles ont besoin. Ce sont des personnes dotées d'un cerveau fonctionnel, merci bien. En clair : les femmes entretiennent des relations et couchent avec qui elles veulent, quand elles veulent, et tant que ces relations ne sont pas malsaines, elles n'ont à rendre de compte à PERSONNE. Votre hate-reading n'y changera rien. C'est ce que les féministes prônent : l'égalité des personnes quel que soit leur genre. Si ces femmes déconstruites ne veulent pas de vous, cher poire, demandez-vous donc quel est le problème dans VOTRE comportement. Relisez votre discours puant, par exemple
    (et prière de lire l'article Poire des Questions composent, cité sous le strip).

    Merci Mirion Malle pour cette bd très juste, et bon courage pour relativiser tous ces cracha...commentaires #notallmen #mansplanning qui pleuvent sur cette page.

    RépondreSupprimer
  71. Bonjour Mirion,

    Je passe de temps en temps sur ton blog, que j'apprécie énormément (mais je le lis par petites touches, les planches me donnent parfois mal à la tête graphiquement sur l'ordi ^^). Merci pour ton travail !

    J'en profite pour répondre à Osef qui a "retourné la situation", en écrivant par exemple ceci :

    "Il y a un pendant féminin à ce problème et je parle là en tant que mec : les filles/femmes qui ne se définissent que dans la relation de séduction. C'est la même réduction, mais intégrée par une meuf, qui n'envisage pas d'avoir une relation avec un mec si c'est pas une relation de séduction.[...]
    Ça donne par exemple la meuf que tu rencontres, qui va placer son copain dans la conversation assez vite, de façon complètement déplacée, pas vraiment parce que c'est quelqu'un d'important dans sa vie, mais avant tout pour te signaler qu'elle a un copain, qu'elle est pas dispo [...]"

    Sauf qu'OSef n'a pas compris du tout le problème.

    Si une femme balance assez vite (bon OK, peut-être pas à la première réponse si la question est "quelle heure est-il ?" ^^ ) qu'elle est en couple, c'est JUSTEMENT pour évacuer toute relation de séduction. 8 fois sur 10 une femme est abordée par un homme parce que ce dernier n'a qu'une idée en tête, "se la faire" (je ne parle même pas de relation sentimentale ou sexuelle, mais de rapport de domination). Alors par sécurité, une femme va dès le début poser les bases de la discussion, et oui parfois ça tombe sur les 2 sur 10 qui n'avaient pas d'intention déplacée. Et alors ? S'ils n'avaient pas d'intention déplacée, ils enregistrent l'info et la discussion se poursuit normalement, voilà tout !

    Je suis un homme, sensibilisé sur la question des clichés de genre et du sexisme. Ce paragraphe là-dessus, c'est en discutant avec mes amies, avec ma sœur, avec ma copine, que j'ai pu me rendre compte à quel point c'était *fréquent* qu'une telle relation de domination s'imposait quand un homme aborde une femme (ce n'est pas juste une fois de temps en temps, c'est presque systématique).

    Au passage, petite pique, bien sûr que c'est possible une amitié homme/femme sans arrière-pensée sexuelles. Simplement la société t'inculque, dès tout petit, qu'un couple c'est un homme + une femme, et donc que si un homme et une femme passent du temps ensemble, c'est *forcément* pour terminer en couple... Misère des clichés sociaux !

    RépondreSupprimer
  72. Le problème des féministes est qu'elles ont tendance à assimiler l'homme au matcho, le matcho au harceleur sexuel, le harceleur à l'agresseur, l'agresseur sexuel au violeur. On en arrive finalement à assimiler le pauvre type déçu de s'être pris une veste à un adepte de la culture du viol, ce que vous faîtes sur la fin de la BD. Leur autre grand problème est de mettre du sexsme à toutes les sauces.

    Même dans les articles les plus matchos sur le sujet, personne n'appelle au viol, personne ne considère que la fille DOIT une relation amoureuse/sexuelle, personne n'insulte la fille, ni implicitement, ni explicitement, personne n'appelle à la frapper, personne ne suggère que la fille devrait se forcer ni que quelqu'un devrait la forcer. On y reproche certes souvent à l'homme d'avoir été trop gentil, mais entre ne pas être trop gentil et tabasser quelqu'un, il y a une marge. Arrêtons donc de dire n'importe quoi, l'usage d'hyperboles ne convainc personne, il est juste ridicule. Idem pour l'exagération à outrance. Non, un homme blessé n'est pas un violeur, et tous les problèmes de relations hommes-femmes ne sont pas des problèmes de sexisme.

    Le concept de Friendzone, en lui-même, n'a rien de sexiste. Il veut simplement dire qu'une personne (généralement une fille, mais pas toujours) en a placé une autre (généralement un garçon, mais pas toujours) dans la case "amis" dont elle peut avoir du mal à sortir. Pour des raisons de commodité, je suppose par la suite que c'est l'homme qui est friendzonné par la femme. Les phrases "je préfère qu'on reste amis" ne sont pas des légendes. Dîtes-moi ce qu'il y a de sexiste là dedans.
    Pourquoi nous a-t-elle collé dans cette horrible friendzone et comment en sortir quand on veut en sortir ? Comment éviter de se retrouver avec l'étiquette de meilleur ami sur le front ? Je dirais que c'est tout le débat.
    Souvent, les histoires de Friendzone sont associées à ces amitiés très fortes que peuvent entretenir certains adolescents et jeunes adultes. Ce sont des relations entre l'amitié et l'amour platonique. Il arrive assez fréquement que l'un des deux (souvent le garcon, mais pas toujours) tombe amoureux et que l'autre veuille que les choses restent comme elles sont. Passé 25 ans, hommes comme femmes ont tous compris que ce type de relation est voué à l'échec.
    Voilà de quoi on parle, le sexisme et le féminisme n'ont rien à faire là. Tout au plus, on va être amené à dire que femmes et hommes ne raisonnent pas pareil, ce qui est une réalité qui s'explique par des raisons biologiques et surtout sociales.

    RépondreSupprimer
  73. Bonjour à tous,

    En temps qu'ancien Nice Guy devenu bad boy qui Girlfriendzone à peut près tout ce qui bouge, je peux peut-être apporter quelques précisions/éclaircissements à cette discussion intéressante.

    "Les filles sont trop stupides pour savoir avec qui sortir ou coucher"
    Qu'est-ce qu'on s'en fout de savoir si elles sont trop stupides ou pas. De toute manière, on ne peut pas se passer de leur consentement, c'est la loi. Mon problème est d'arriver à mes fins, savoir si la fille est trop conne ou pas est vraiment le cadet de mes soucis. C'est là que la question "à quoi ça sert d'être gentil" intervient. La réponse, bien entendu : À RIEN, sauf éventuellement à devenir son ami si ça vous amuse. Ce n'est pas en étant gentil que l'on saute une fille, ce n'est pas en la battant non plus et encore moins en devenant son ami.


    Girlfriendzoning

    Êtes-vous d'accord avec l'affirmation suivante : les relations amicales, amoureuses ou sexuelles ne sont possibles qu'avec consentement mutuel. Chacun peut vouloir aucun, un ou plusieurs de ces types de relations. Si deux personnes veulent la même chose, alors elles établissent la-dite relation. Autrement dit, on est dans son bon droit quand on décide de friendzoner quelqu'un, de le Boy/Girlfriendzoner ou de le Sexfriendzoner.

    Je ne vois pas tellement le problème que vous pose la GFZone si vous êtes d'accord avec mon paragraphe précédent. Effectivement, il m'arrive souvent d'avoir des besoins physiques et d'acoster des filles pour tenter de les satistaire (si possible à la fois la fille et mes besoins physiques). Si il s'avère que c'est mort, je me tire. Je voulais du cul, elle veut autre chose, il n'y a donc aucun moyen de s'entendre. Je me fiche de savoir qu'elle est capable d'amitié, ce n'est pas ce que je cherche. Quand à considérer qu'elle n'est bonne qu'à ça, vous allez beaucoup trop loin. Qu'est-ce que j'en ai à faire qu'elle soit bonne à autre chose ou pas ? Cette question ne se pose tout simplement pas. Si elle me dit "on reste amis", je prends ça pour ce que c'est : une simple formule de politesse qui ne veut rien dire, tout comme "bonjour" ou "merci". C'est juste plus élégant que "casse-toi pauvre con".

    Une femme a pour seule solution reporter le moment de dire qu'elle n'est pas intéressée pour que je continue à lui parler.
    Techniquement, elle pourrait, oui, mais pourqui faire ? Ce moment arrivera fatalement puisque je vais tenter ma chance assez vite. Mon seul et unique objectif est de la mettre au plumard. Si je n'y parviens pas, alors parler à la fille n'a aucun intérêt pour moi et je la zappe. Même si elle parvient à ne jamais se mettre dans une situation où je peux me lancer, je finirais assez vite par arrêter de lui parler.
    Quand bien même elle parvenait à reporter longtemps ce moment où je comprends que c'est mort et m'arracher quelques heures de conversation, ça lui apporterait quoi ? Elle n'aura obtenu qu'un simulacre d'amitié, l'amitié factice que je donne aux filles avec qui je veux coucher.
    Si elle veut vraiment trouver un mec qui lui parlera sans arrière pensée, elle a au contraire intérêt à faire comprendre au plus vite qu'elle n'est pas intéressée. Plus vite on sera d'accord sur notre désaccord, plus vite nous pourrons tous les deux aller trouver quelqu'un qui cherche la même chose que nous. Elle fera ainsi fuir les gens comme moi et ne resteront que les mecs qui ne veulent que parler. À moins que... elle ne cherche un Poire à ballader !

    RépondreSupprimer
  74. La nuance entre les deux est assez légère je trouve, c'est surtout une différence de point de vue sur le même phénomène, ou alors j'ai pas compris.

    Sur l'amitié, j'aurais tendance à penser que quel que soit le genre, on a toujours une ambiguïté s'il y a un minimum d'intérêt d'ordre sexuel pour l'autre (là il y en a qui vont dire qu'ils ne peuvent être amis qu'avec des filles pas à leur goût). Si cette ambiguïté est assumée, et pas sournoise, ça ne pose pas de problème.

    Après c'est comme tout, il faut s'auto-analyser un petit peu (par exemple si des fois on pense un truc sexiste ou raciste parce que vieux conditionnement, on s'en rend compte, on le dit surtout pas à voix haute, et c'est comme ça qu'on se corrige à la longue).

    RépondreSupprimer
  75. super intéressant et bien expliqué.
    la friendzone je connaissais le terme, ça a commencé avec un épisode de Friends. Je trouve d'ailleurs que la série How I met your mother, bien que comportant de notables défauts fasse du bien au monde dans le sens où on a enfin un personnage féminin principal qui existe en dehors de la dualité célibataire / en couple.

    y'a un autre truc qui entretient le mythe de la récompense sexuelle, ce sont les demoiselles qui demandent sans cesse des services en faisant comme si il y avait une récompense sexuelle à la clé. je sais, c'est loin d'être majoritaire et les hommes s'imaginent des promesses partout.
    mais j'ai déjà connu des personnes, de façon intime capables de telles promesses formulées à l'oral.
    pas les meilleures relations à avoir si on cherche du durable à mon humble avis.
    je rappelle que c'est minoritaire, mais ça existe.


    cependant c'est dommage que la définition des dessins entrave la lisibilité.
    Toi aussi, dis oui à la haute def pour toucher le monde! *o*

    RépondreSupprimer
  76. Hello,

    Je suis un mec cisgenre hétéro et qui a grandi en France dans une "bonne petite famille catho". Pour autant je ne pense pas être ni machiste, ni homophobe et ne véhicule pas consciemment la culture du viol (je peux le faire inconsciemment du coup et cherche à comprendre cela afin de pouvoir arrêter).

    Bref, je suis un monsieur tout le monde qui a plein de bonnes intentions et qui ne cherche pas "juste à baiser", mais à avoir une relation avec une fille qui l'attire.

    Pendant trois ans, j'ai créé de très belles amitiés avec des garçons et des filles. Cependant pendant ces trois ans je n'ai pas eu de copine. Je n'ai pas dragué toutes les filles que je rencontrais ; je n'ai pas coupé les ponts avec une fille parce qu'elle ne voulait pas sortir avec moi et j'ai continué ma vie telle quelle.

    Pendant ces trois ans, j'étais toujours hyper gentil avec les filles. Plusieurs m'ont même dit : "c'est étonnant qu'un mec aussi gentil que toi soit célibataire"...
    J'ai ensuite commencé à bosser dans une nouvelle boîte où un collègue (devenu ami) m'a conseillé d'arrêter d'être "aussi gentil", de "moins considérer les femmes" etc... (vous voyez le tableau).

    J'ai essayé cette technique et les faits sont là : je sors aujourd'hui depuis plus d'un an avec une féministe qui m'a dit qu'elle était sortie avec moi parce qu'elle me trouvait un petit côté "bad boy" (ses mots pas les miens).

    Du coup... quand j'étais gentil, je ne pensais pas que les filles me devaient quoi que ce soit. J'ai d'ailleurs comme dit plus haut créé de belles amitiés avec des filles dont je suis tombé amoureux à un moment donné. Mais le fait est que si toutes me trouvaient gentil, je suis resté célibataire.
    Alors qu'à partir du moment où j'ai commencé à faire mon "bad boy", à moins bien me comporter avec les filles et à faire mon mec moins gentil, j'ai trouvé 3 copines successivement en 2 mois de temps (je sors depuis plus d'un an avec ladite 3e copine, tel que susmentionné).

    Je ne cherche pas à véhiculer la culture du viol. Et je ne parle ici que de mon expérience personnelle, à moi. Mais quand j'en parle autour de moi ou que je regarde sur internet, je rencontre beaucoup de mecs dans la même situation !

    Alors oui je le dis aux mecs et aux filles : pour un mec cisgenre hétéro, il faut arrêter d'être gentil si on veut trouver une copine.

    RépondreSupprimer
  77. @Commentateur anonyme précédent :

    Inutile de préciser que vous n'êtes pas un violeur et que vous ne véhiculez pas de "culture du viol". Il est possible d'être un "bad boy", voire même limite matcho et même carrément matcho sans être ni un violeur, ni un homme violent.

    Pour le reste, je pense que les femmes aiment les mecs gentils pour s'en faire des amis et les bads boys pour avoir des relations amoureuses et sexuelles. Sauf qu'elles ne le formulent pas ainsi, ce serait trop gênant pour elles. Ce serait admettre qu'elles condamnent au célibat tous les mecs gentils. Quand elles voient un mec gentil, elles voient un type sympathique, sociable avec lequel elles ont grand plaisir à parler. Elles se disent que ce mec va forcément finir par rencontrer quelqu'un (mais pas elles).

    RépondreSupprimer

parce que la violence ne résout rien.