dimanche 24 avril 2011

La photo du dimanche #5

adrien brody


ET BIEN OUI, AUJOURD'HUI C'EST SEX APPEAL. Et j'ai le droit parce que je suis en concours et que c'est dur. Rester 6h dans une salle à réfléchir sur le travail des femmes de 1800 à 1946 ou à se demander si les sciences sont la représentation du réel, et ben ça crève (et je dis pas ça pour qu'on me plaigne, je m'en fous). Et donc, satisfaction oculaire avec le sieur Brody. Toc.


Je dis ça, mais le mec, c'est quand même un des acteurs les plus cool du monde hein. Enfin moi perso ça m'enerve presque. C'est vrai qu'il fait parfois des choix douteux dans sa filmographie, mais quand on voit Le Pianiste (coeur coeur) ou The Darjeeling Limited, on peut pas vraiment en douter. Je vendrais bien mon âme aux illuminati pour jouer comme lui, tiens. Et puis regardez donc son discours des Oscars.


Donc voilà, Adrien Brody je t'aime et vive les grands nez. Salut les mecs !


4 commentaires:

ENS meuf a dit…

ah, mais tu t'es dessinée dans ta robe de salope. Elle a la côte, en ce moment.
Je t'aime!

Queque a dit…

Ralalah, je l'attendais troooop le Brody !
Dommage que sa carrière soit en pente douce vers la nullité. Parce que depuis le Pianiste, il y a eu Le Village (qui n'est pas mal), The Jacket (qui n'est pas terrible), King Kong (qui est affligeant) et Splice (qui est repoussant).
Mais bon... il a un grand nez !

RedMarion a dit…

Mais quand même Quentinou, je suis pas trop d'accord, parce qu'il a aussi fait Fantastic Mr Fox, Manolete, The Brothers Bloom, High School qui a l'air assez funky et Midnight in Paris. Un peu trop sexy le mec, mais un peu bipolaire.

Coco a dit…

A un hombre de gran nariz, de Francisco de Quevedo (1580-1645)

Érase un hombre a una nariz pegado,
érase una nariz superlativa,
érase una akquitara medio viva,
érase un peje espada muy barbado.

Era un reloj de sol mal encarado,
érase un elefante boca arriba,
érase una nariz sayon y escriba
era Ovidio Nasón mal narigado.

Érase el espolón de una galera,
érase una pirámide de Egipto,
las doce Tribus de narices era ;

Érase un naricísimo infinito,
frison archanariz, caratulera,
sabanon garrafal, morado y frito

Merci les criquets pour votre poésie, quand j'ai étudié ce texte je me suis sentie dans l'obligation de le partager :

C'était un homme à un grand nez collé
et c'était un grand nez superlatif
c'était un alambic à moitié vif,
c'était un poisson-sabre et ébarbé ;

c'était aussi un gnomon mal pointé,
un éléphant renversé et massif(...)