jeudi 17 octobre 2013

Starship Troopers, des fusils et des femmes








En revanche, j'ai vu Show Girls du même Verhoeven et qui n'est pas vraiment très glorieux pour ses personnages féminins (90% des persos, pourtant), mais j'ai quand même l'impression que c'est très liè au milieu choisi (le strip tease à Vegas) plus qu'à une volonté de faire un film genré. Bref bref. Starship Troopers est mieux de toutes façons, regardez le, c'est assez intéressant au niveau politique aussi !

 Big bisous belles bouteilles bien burinées !


EDIT : Comme plusieurs personnes m'ont demandé pourquoi je ne parlais pas du film plus en détail, je vais y répondre ici, en répondant à un commentaire posé : 

"Anonyme a dit...
Hallucinant cette critique de Starship Trooper. C'est comme si ton opinion féministe t'avait fait complètement occulter que ce film, regardé au premier degré comme tu l'as fait, est un brulot totalitaire/facho qui appelle les jeunes à se sacrifier pour la patrie, à supporter les pires traitements de la part de leur hiérarchie/aînés, à détruire les "aliens" qui ne font que défendre leur planète, à les torturer et expérimenter sur eux alors mêmes qu'ils sont des êtres sensibles et intelligents, etc. Les hauts officiers sont carrément habillés en SS !

Ça montre bien la dangerosité de la guerre des sexes : à tout voir par ce prisme-là, à tout juger par des critères aussi réducteurs que le nombre de femmes par rapport au nombre d'homme, on ne voit même plus la monstruosité de ce que tout le monde accepte."

Tout d'abord, je ne mène aucune guerre des sexes, je prône simplement l'égalité entre eux, d'où la démarche que j'ai avec ces critiques. En effet, je ne cherche nullement ici à donner une critique complète de films, je choisis sciemment d'exclure l'intrigue, ou la qualité des acteurs, ou même le message politique, parfois, comme c'est le cas pour cet article ; je me concentre uniquement sur le sexisme ordinaire contenu dans les films et qui passe le plus souvent inaperçu. 
Je ne traite que de cet aspect là parce qu'il me semble que c'est celui où je peux être pertinente. Il y a probablement des tas de critiques sur internet sur le totalitarisme de Starship Troopers qui sont bien plus fines que celle que je pourrais écrire. De plus, le sexisme dont je parle plus haut est très souvent excusé ("boah, c'est pas grave, le film est quand même bien") alors que ça me semble très important qu'il soit montré comme mauvais et dangereux. Dans ce film, je trouve que son absence est positive et je le pointe du doigt pour dire que ce n'est pas impossible de faire des blockbusters avec plein de femmes non genrées sans les dénaturer.
Voilà donc pourquoi et sur quoi je fais ces critiques.

Ensuite, j'ai plutôt vu le film comme une critique du totalitarisme. Rien que le fait que les officiers soient habillés en SS le montre, je trouve. Il y a clairement, tout le long du film, des sous entendus contre la guerre et le système politique (le petit exposé du début où on nous montre bien que les non-militaires sont injustement privés de droit, ou encore le débat télévisé qui dit clairement que les humains n'ont jamais cherché à comprendre les insectes et les ont tout de suite attaqué). 


Le "prisme du féminisme" ne m'aveugle donc pas encore, pas d'inquiétude. 

18 commentaires:

202 a dit…

Et encore, tu oublis de dire que Rico est très décérébré.
Toutes les phrases marquantes qu'il dis dans le film lui ont ete dites par d'autres personnages; Aucune personnalité le gars a part son Grooos flingue...
Tu as le dialogue pour accueillir les bleus, quand il traite le boss final d'insecte perspicace, j'en oublie parcequ'il y en as pleins pleins

duanra a dit…

En fait c'est un film à prendre au second degré, (je ne parle pas de l'égalité entre les sexes).
Une bonne critique sociale.

Anonyme a dit…

Hallucinant cette critique de Starship Trooper. C'est comme si ton opinion féministe t'avait fait complètement occulter que ce film, regardé au premier degré comme tu l'as fait, est un brulot totalitaire/facho qui appelle les jeunes à se sacrifier pour la patrie, à supporter les pires traitements de la part de leur hiérarchie/aînés, à détruire les "aliens" qui ne font que défendre leur planète, à les torturer et expérimenter sur eux alors mêmes qu'ils sont des êtres sensibles et intelligents, etc. Les hauts officiers sont carrément habillés en SS !

Ça montre bien la dangerosité de la guerre des sexes : à tout voir par ce prisme-là, à tout juger par des critères aussi réducteurs que le nombre de femmes par rapport au nombre d'homme, on ne voit même plus la monstruosité de ce que tout le monde accepte.

Elosterv a dit…

Oups, trolling...

Osef a dit…

Ouh là, y en a un qu'à pas compris le film, au-dessus... J'aime bien, parce qu'à l'époque, déjà y avait des lazzi sur le côté fasciste, alors que c'est précisément ce que le film critique en sous-texte (assez lourdement, d'ailleurs). Quand on le revoit aujourd'hui, c'est tellement flagrant... mais bon.

Tu as pas parlé de l'instructeur-sergent qui ressemble à Jean-Pierre Bacri, comme Michael Keaton ressemble à Julien Lepers...

Mais pour le côté non-genré, oui, tu négliges un truc : vu que c'est le côté totalitaire militariste qui est mis en avant dans le film (une société toute entière tendue vers une guerre ridicule et de plus perdue d'avance, faut voir les bestiaux qu'ils ont en face !), tout le monde est enrôlé, homme et femme (genre Tsahal, en fait), et du coup, les clichés sexistes sont forcément balayés, mais par le totalitarisme... d'une certaine façon, je ne suis pas sûr que ce que tu trouves bien car non-genré, n'était pas quelque chose de pensé par Verhoeven comme mal car totalitaire...

thomas matmut a dit…

Anom> Je ne comprends pas pourquoi tu ne signes pas de petit pseudo. Il est valable ton com, faut pas avoir peur. Dans ce film, il y a la satire d'un système politique à tendance fasciste, en même temps, une très grande proportion de femmes dans l'armée. Il est assez évident dans le film que les deux ne sont pas liés. Alors pourquoi le réalisateur a fait ça? peut-être que décrire un monde dystopique n'est pas une excuse suffisante pour exclure les femmes à ses yeux? ou il voulait montrer des évolutions positive comme négative dans le futur?

thomas matmut a dit…

mince la réponse de osef et bien meilleur. pardon.

Mirion a dit…

202 : haha tellement (mais du coup, il est encore plus le héros typique de blockbuster !)
le petit discours à la mort de Dizzie pue bien du boule aussi.


Anonyme : je t'ai répondu sur l'article

elostlove : ah ça...

Osef : ah oui, tiens, je n'avais pas vu ça comme ça. Comme il n'y a pas vraiment de remarque là dessus (dans le genre "les douces femmes sont trop malaisées de faire la guerre", un peu comme dans Lady Oscar). Mais c'est vrai que je ne connais pas assez bien verhoeven pour en être sûre...
En tout cas, vu l'engouement autour du personnage de Dizzie, je me dis que ça a peut être été bénéfique finalement même si l'intention était mauvaise ?

202 a dit…

Voui hihi ! Rico, le gars qui devrait eviter de parler en public...

Sinon, encore le commentaire sur le soit disant fascime du film ?
Deja, ca manque totalement de second degres comme reaction, c'est un peu comme dire que le dictateur de Chaplin est une apologie du nazisme...

Après il faut un peu se renseigner, déjà le bouquin est une critique d'une société fasciste ensuite faut connaitre un peu le réalisateur.
Si on y regarde bien la société de StarShip trooper est le prolongement de celle des Robocops. Les robocops glissent lentement vers une société voyeuriste (les pubs hallucinantes similaires a celles de StarShip etc) et totalitaire...

Enfin, ça sens la personne qui ne vois les choses qu'a travers le prisme d'un antifascisme totalitaire sans aucun recul (Na!).
Musique de fond : Reve d'un monde de Didier Super...

Lilou a dit…

L'autre jour j'ai demandé "Etoiles, gardes-à-vous!", le livre dont s'est inspiré Verhoeven. Pour la petite histoire une petite c*nne de bibliothécaire s'est moqué de moi quand je lui ait dit "Starship Troopers, quoi !". Encore une qui prend le film au premier degrés et qui peut se la raconter en dénonçant une énième grosse bouse patriotico-américaine alors que le film est beaucoup plus subtil que ça !!!
Enfin bref, le livre et le film n'ont absolument rien à voir à part le nom des personnages, des lieux et la guerre contre les insectes. Le livre de Heinlein élabore des théories sur la guerre et le monde militaire, sa place par rapport à la société civil etc... dans un contexte de guerre froide vraiment prégnant dans le livre. La majeure partie du livre se passe dans le camps d'instruction. Les insectes : êtres sans conscience individuelle, collectivistes à l'extrême, fanatiques sont l'ennemi communiste par excellence.


######SPOIL#######
Ce qui est poilant dans le film c'est de voir Barney Stinson en costume de SS manipuler mentalement une reine insecte à dans la scène finale.

Lilou a dit…

Pour pas être trop hors-sujet aussi, faut dire que la place des femmes dans Starship Troopers peut être le prolongement d'un film sorti à la même époque et portant précisemment sur la place des femmes dans l'armée : A Armes Egales avec Demi Moore.

Anonyme a dit…

Pff encore une fois dès qu'il y a un truc un tant soit peu féministe il y a des trolls pour le descendre, comme quoi ça irrite !

C'est la première fois que je commente sur ton blog mais je tenais à te dire que vraiment j'apprécie tes critiques notamment centrée sur la profondeur des places féminines, y en a trop peu et ça fait du bien d'en lire. Si tous les films n'étaient pas consacrés sur le macho male de base ou la nana de service (à placer dans soit la nana forte et indépendante qui va révéler un côté sensible pour le héro, soit la nana ben qui sert à rien) on aurait pas besoin d'appuyer ce sujet tout simplement.

Et s'intéresser à un aspect en particulier d'un film ne veut pas dire qu'on occulte le reste c'est complètement con (comme si le blog Eschergirls occultait l'histoire des persos duh). Ca me rappelle l'argument "But what about the men ??" qu'on retrouve trop souvent.
Bref y a encore du progrès pour certains, mais sinon j'espère que tu vas continuer ta série de critiques dessinées.

Mirion a dit…

Eh ben, vraiment, merci beaucoup !

mëgaboy a dit…

chic tout ça ! je me souviens de ce bon vieux starship trooper. par contre j'avais un souvenir de dizzy carrēmment camionneuse lesbienne clichē.

Anonyme a dit…

C'est tout à fait par hasard que je découvre ton blog, Mirion, et je dois dire que je suis carrément bluffée! Au bon sens du terme, bien entendu! Ta Bd est vraiment géniale, à la fois ironique mais aussi pleine de bon sens. La façon dont tu illustres la condition féminine dans un monde à la base, d'"hommes", m'a beaucoup plue. Evidemment, comme on peut le lire, ça ne plaît pas à tout le monde... C'est dingue, tout de même, dès qu'une femme se met à défendre la cause des femmes, on la fait tout de suite passer pour une féministe chevronnée anti-mecs! Bref, moi j'adore, tout comme j'adore ton blog rempli d'originalités! Ne change rien et continue car tu possèdes un style qui t'es propre et qui ne ressemble pas à ce qu'on peut voir en général dans les blogs! Et c'est ça, qu'on aime!

Bonne continuation!

Lynda

Poignonec Maurèen a dit…

Super trop bien!!

Par contre je suis choquée j'ai vu genre 50 fois starship troopers et je n'avais même pas remarqué que neil patrick harris y jouait !! trop cool

Léa Kissling a dit…

je découvre ton blog, il est super.
et si jamais, dans la série de sf top avec des nanas qui débottent: BATTLESTAR GALACTICA. tant de bonheur.
(et le bouquin de starship trooper vaut le détour)

Maeglin a dit…

Il s'agira probablement de mon unique commentaire sur ce blog, donc je vais commencer par ce qui me parait le plus important : mes félicitations à l'auteure, qui parvient à concilier l'intelligence du propos (dans le fond comme sur la forme) à un humour riche et varié. Chapeau bas.

Concernant cet article précisément, je voulais surtout répondre à l'EDIT que vous avez rajouté après coup suite à un commentaire relativement véhément. Verhoeven lui-même a défendu, dans une interview récente, l'idée que son film était bien une critique du totalitarisme et de l'embrigadement (ceci étant, c'est assez transparent dans sa filmographie en général, et bien présent dans ce film en particulier). Par curiosité, j'ai également lu le livre, dans lequel je pensais trouver le même genre de critique, mais avec la profondeur supplémentaire que peut donner ce format. Force est de constater que, même en ayant en tête le film et son propos, je ne les ai pas retrouvés dans le matériau d'origine. Peut-être l'ai-je mal lu ou interprété, mais il m'est au contraire apparu comme une apologie du patriotisme guerrier contre les menaces extérieures (que l'on peut voir comme l'étranger ou le communisme, selon la lecture... J'ai pour ma part tendance à croire qu'il s'agit des deux à la fois).

Tout ceci, bien entendu, n'invalide pas votre propos, fort juste, sur la représentation dans ce film :)