mercredi 30 décembre 2015

Harry Potter l'enfant prodige mais pas trop












Me revoilà avec donc ma traditionnelle note des fêtes de fin d'année (en 2013, c'était Love Actually ; en 2014, the Nightmare Before Christmas) avec 1) du retard (pour cause de scanner absent) 2) des films qui ne sont pas vraiment des films de Noël mais qu'on m'a demandé plusieurs fois + que j'avais très envie de faire !!!

Harry Potter, comme je l'ai répété 500fois dans la note, c'est vraiment une oeuvre très très importante pour moi, j'y suis attachée comme je ne suis attachée à rien d'autre et je suis consciente que du coup j'ai peut être laissé échapper deux ou trois trucs : les commentaires sont là si vous voulez rajouter quelque chose bien sûr !
(et tout pareil si vous pensez que je me trompe sur une critique !)

Comme c'est une oeuvre assez énorme, même en restant concentrée sur les huit films, c'est vrai que j'ai du aller vite parfois (par exemple ne pas trop développer sur la grossophobie, ou le manichéisme, ou même Rogue, etc etc) ; j'espère que c'est quand même clair et lisible !

Quelques liens :

- un des nombreux articles sur la nouvelle Hermione pour Harry Potter and the Cursed Child (la pièce qui est plus ou moins un tome 8, si vous n'aviez pas suivi)
- un site qui recense tous les jeunes acteurs de la série (pratique pour voir les trois Lavande Brown...)
- ma note sur la "féminité" critiquée, pour plus développer le point à ce sujet présent dans la note
- le passage avec Eloïse Midgen, dans HP4
- une photo où Daniel Radcliffe est très beau comme d'habitude + une vidéo où il est toujours le plus mignon, check à mon moi de 9 ans qui avait du flair.
- bisous à tous


Vous pouvez comme d'habitude retrouver cette note sur mon tumblr + ma page facebook + à LUNDI pour une nouvelle note HO HO HO.

J'espère que la note vous aura plu, plein d'amour à tous et je vous souhaite une belle fin d'année et beaucoup, mais beaucoup, de fun.

43 commentaires:

Mortis Ghost a dit…

Super intéressant comme d'hab et en plus trop beaux les dessins un milliard de bravos gravés dans la lumière

Sandre Lepile a dit…

Concernant Dumbledore, JK Rowling a refusé qu'il ait une histoire d'amour hétéro dans un des films, car il était gay. Ce n'est pas un revirement pour profiter d'un non-dit. Et concernant le tweet sur Hermione, il me semble que l'auteure ne dit pas que l’héroïne est noire, mais qu'elle pourrait être noire et qu'au final ça changerait pas grand chose à l'histoire.

Barouff a dit…

Chaque fois que par mégarde je tombe sur cette page, je me demande si son auteur ne souhaite pas l'instauration de quotas pour que notre joyeuse société puisse être représentée dans son ensemble.
Je serais curieux d'avoir son avis avisé sur la dernière saison de South Park qui a déjà au moins le bon goût d'une représentativité totale à défaut d'un rôle majeur et valorisant des personnages féminins.

Mirion a dit…

Mortis : merci tu es le plus aimable de tous les êtres humains !!!! Ta bonté n'a d'égale que ta splendeur, ça c'est 100% sûr

Sandre Lepile : je ne savais pas qu'elle avait refusé une histoire d'amour hétéro (avec qui ??) ; ce qui me gêne c'est qu'elle a sorti ça comme preuve qu'il y avait des perso LGBT (pareil pour son tweet sur Poudlard inclusif), alors que c'est hypocrite quand on voit la quantité d'élèves qui ont des histoires d'amour hétéro. En gros, je ne critique pas Dumbledore et sont traitement en soi, juste l'absence de relations qui sortent de l'hétérosexualité à côté, comparé aux autres histoires d'amour.

Barouff : ohlala mais ça devient fatigant ce truc des quotas, j'en ai déjà parlé mille fois et je vais encore le redire : non je ne veux pas de quotas, seulement une PRISE DE CONSCIENCE de ces problèmes et de leurs conséquences. Ahlala.
Et je ne regarde pas SP car je ne trouve ça ni très bon ni très drôle, mais chacun ses goûts hein.

Zélie a dit…

C'est un article très intéressant, merci !

J'ai aussi lu les livres quand j'étais enfant, et je pense avec le recul que le personnage d'Hermione m'a aidé à me construire. Notamment à l'entrée au collège (à l'âge des héros au début de l'histoire !) quand les autres enfants se moquaient de moi parce que je prenais les études au sérieux.

Izanami a dit…

C'est toujours aussi bien de te lire *___*

Pour Dumbledore, en fait, c'est une réplique prévue dans le 6ème film qu'elle a demandé d'ôter. Au début du film, Dumbledore vient chercher Harry pour l'emmener chez Slughorn alors qu'il devait retrouver la serveuse du café où il était juste avant pour un rencard. Dumbledore se pointe, Harry laisse la fille sur le carreau avec regrets et, après avoir transplané, Dumbledore devait lui dire, outre le "désolé pour ton rendez-vous manqué", que cette jeune fille lui rappelait une jeune femme qu'il aimait bien étant jeune, etc. C'est là que Rowling, lisant le script, a expliqué aux réalisateurs que cette réplique ne convenait pas à Dumbledore, parce qu'il est gay ! Reconnaissant d'ailleurs qu'elle n'avait peut-être pas été assez claire sur ce point dans ses livres. ^^

Aurélien Fernandez a dit…

Oui à tout, et on est content du cast pour le prochain film (Team Poufsouffle tu vas faire quoi)

Lexy D a dit…

Je ne sais pas si ça a été dit dans les commentaires, mais JK Rowling fait aussi une critique du racisme et du sexisme ordinaire, dont on ne se rend pas compte: les Dursley sont adorables, mais ont des réflexes proches du racisme ( leur traitement des créatures magiques) et du sexisme ( lorsque Skeeter prétend qu'Hermione est une gold digger qui passe d'Harry à Krum pour la gloire dans le 4 ( Ron dit que sa mère appelle ce genre de personnes des gourgandines)), montrant que le racisme ne touche pas que les méchants fachos, en d'autre terme que ce n'est pas que chez les autres

Champotte a dit…

Héhé, tu devrais faire une note (ou te pencher) sur la série Treme : je viens de finir l'avant-dernière saison, et elle est absolument parfaite au niveau de la représentation ! Je crois qu'il n'y a rien de plus "niquel" dans le genre. Des blacks, des blancs, des nanas au fort caractère, des mecs pleutres, des gros des minces des jeunes des vieux...
Dommage que ça n'ait pas eu assez de succès pour que ce soit renouvelé :(

Bisous virils (enfin pas trop), et merci pour les messages que tu fais passer sur ton blog !

Olphy a dit…

Pour le coup, j'avais deviné que Dumbledore était gay bien avant de lire ce tweet... quand j'avais quoi, 12 ans ? La description de sa relation avec Grindelwald dans les bouquins m'avait mis la puce à l'oreille, et puis deux beaux garçons brillants et jeune enfermés dans une pièce tout un été... huhuhu :D
Enfin bref, super article comme d'habitude ! Je te rejoins sur la plupart des points que tu as expliqués, par contre concernant Rogue (le Rogue des bouquins) J.K a bien dit qu'il n'était PAS gentil mais le personnage le plus "gris" de la saga. Et pour la grossophobie, Neville est rond aussi jusqu'au dernier tome mais bon mener une révolution au sein de l'école ça fait mincir aussi haha
Par Ginny je la déteste dans les films, enfin son adaptstion. Elle est beaucoup plus intéressante et vive dans les bouquins, et on sent beaucoup plus son alchimie avec Harry ! Quant à Fleur, les films ont fait l'impasse sur le moment où elle dit à Molly que ce n'est pas parce que Bill est défigué qu'elle va le quitter <3

Anonyme a dit…

Ah oui, des critiques de livres !!
Y'a pas mal de choses à dire sur les classiques (Jane Austen, Zola, d'Aurevilly...) et sur les news (Geek Girl, Motherpship, Lucie Corvus...) !

folio a dit…

une note excellente, comme toujours!

Ah oui, il ne faut pas oublier que, même si j'adore harry potter, que c'est une série qui a bercé mon enfance toussa, JKR a un gros problème de racisme dans ses œuvres: on peut tout de suite penser aux rares poc qui sont quand même, faut l'avouer, des gros gros stéréotypes u_u
Angelina Jones qui est "la black tout le temps énervée qui ne fait qu'hurler sur Harry", ou même Cho Chang qui est comme par hasard à Serdaigle, ne sert qu'à faire un parallèle entre Ginny qui elle, est forte et courageuse alors que Cho, bien, tout le contraire: faible, pleurnicharde et c'est vu comme un mauvaise chose (alors qu'elle est en deuil, ce qui serait normal mais pas aux yeux de harry et ça, c'est juste???)

Donc, je pense pas que ce soit intentionel de la part de jkr mais que c'est une chose qu'il faut remarquer

strohmian a dit…

Merci pour cette super note! A part ça, quelque chose qui ne m'avait pas choquée à l'époque où j'avais lu les livres, mais qui me désespère maintenant,c'est le comportement ultra abusif des Dursley avec Harry (du moins dans les 3 premiers livres). Sérieusement, ils devraient être en prison pour mauvais traitements, entre la séquestration, les violences physiques et verbales, le fait de ne pas le nourrir comme il faut, etc etc.
Et meme dans le livre je trouve que ce côté méchants = moches (et souvent gros) et gentils = jolis ressort beaucoup, ça m'agace un peu.
Enfin merci pour m'avoir donné envie de les relire quand même, je passe des vacances fort sympathiques :)

Musculus a dit…

Mais qui dit « Pas de souce » ? En vrai ? Qui ?

Laurier Richard a dit…

Juste pour dire que j'aime tes chroniques d'amour et que cela fait un bien fou de te lire!!!
Merci pour cette chronique sur HP, il y avait des choses que je n'avais jamais remarqué (fatphobia)

Pour répondre à celleux qui parlent de "quotas" en râlant : OUI la représentation c'est la vie! (littéralement)
(D'ailleurs c'est marrant c'est souvent / always des blanc-hes qui se plaignent des fameux "quotas" mais par contre ça les gêne pas quand y a que des hétéros blanc-hes cisgenre :P )

Je t'envois mille ondes positives en formes d'arc-en ciel et de licornes

La Renarde a dit…

Hello !

Alors globalement, j'ai trouvé ça fort intéressant, même si s'attaquer à une saga qui a bercé mon enfance et que j'ADULE (genre, vraiment) est compliqué. Chapeau pour ça !

Par contre (bah oui, c'était trop beau) je ne suis pas du tout d'accord avec "l'hypocrisie de Rowling". Vraiment pas.
J'écris aussi et même si, évidemment, je suis une bouse par rapport à Rowling, je sais comment fonctionne la mise en place d'une histoire. Pour te donner un exemple, je suis en train d'écrire un roman avec un tas de personnages ; je SAIS que TEL personnage est homosexuel, que cette fille est amoureuse de son amie, bref, des tas de choses qui existent dans l'histoire mais qu'il n'est pas utile de mentionner, tout simplement parce que c'est impossible de tout dire !
Je trouve ici que c'est un peu maladroit de dire qu'elle est hypocrite, pour être honnête, et j'ai ressenti un profond sentiment d'injustice (ouais, je suis excessive quand on parle de Rowling). Parce qu'elle ne l'est pas. Elle, de son côté, a TOUJOURS su que Dumby était gay. Et oui, pour un film, lorsqu'elle a relu un scénario, elle a refusé que Dumbledore parle "d'une fille qu'il avait connu plus jeune", parce que pour elle c'était évident qu'il était gay. Et personne n'a su qu'elle avait fait cette modification avant qu'elle le déclare officiellement des années plus tard.
Parce que pour elle, ça n'avait aucune importance. C'était normal. Si, dans une histoire, on devait se pencher sur la vie de tous les personnages, on en sortirait pas. Et je vais t'avouer quelque chose : les auteurs ne choisissent pas l'orientation sexuel des personnages. Bon je vais passer pour une dingue en disant ça, mais j'en suis persuadée. Quand j'ai découvert au fil de mon écriture que deux de mes personnages masculins se faisaient de l'oeil (parce que l'évolution de mon histoire va dans ce sens), j'ai été la première surprise. Et pourtant, je ne les montre jamais ensemble. Parce que je ne peux pas (ça casse le rythme, ce n'est pas cohérent avec la scène précédente, BWEF). Et dans son cas, si ses perso principaux sont hétéros, malheureusement on sera beaucoup plus confronté aux relations hétéros.
Bon, et pour la couleur de peau, je pense que c'est pareil. Mis à part des cas exceptionnels, J.K.R ne précise jamais la couleur de la peau, parce que ça n'a pas d'importance pour elle. (Le "c'est un peu ce qu'elle refait avec Hermione" m'a fait tiqué...).
Bref, tout ça pour dire : l'hypocrisie, pas d'accord du tout du tout du tout du tout.

Pour la relation Ron/Hermione aussi je ne suis pas d'accord avec tout (et je parle des films). Par exemple, Hermione n'est pas souvent "réduit à la passivité". Dans le 1, Hermione et Ron aident Harry de manière égale. Dans le 2, c'est Hermione qui ne peut rien faire, oui, parce qu'elle est figée. Mais il ne faut pas oublier que dans le 3, c'est Ron qui est cloué au lit, et sa situation est bien plus ridicule que celle d'Hermione, puisqu'elle, même figée, a continué à les aider avec la page arrachée qu'elle tenait dans la main ! :D

Bon, j'ai l'air de râler sur tout, mais j'aime toujours autant ton boulot (même si c'est la première fois que je commente). :)

Je dépose des tas de fleurs et de cookies pour me faire pardonner. Et des bisous.

La Renarde a dit…

"m'a fait tiquER..."

(Pardonnez les fautes, il est tard, tout ça tout ça.)

Elsie a dit…

Je voudrais nuancer un point : oui, les filles "nulles" sont féminines, et les filles "bien" n'accordent pas d'importance à l'apparence, mais... chaque fois qu'il y a une réflexion dans ce sens, c'est du strict point de vue d'Harry ou de Ron, de même pour la différenciation très forte "les-filles-sont-pas-comme-nous". Ce qui est logique : c'est des ados qui ont assez peu de filles dans leur entourage, et qui n'ont pas vraiment reçu une éducation féministe ! Enfin, c'est comme ça dans les livres, alors dans les films, qui sont beaucoup plus "objectifs" puisque pas totalement à travers les yeux d'Harry, ça se voit beaucoup.
A mon avis l'auteure ne s'en est pas rendue compte, mais ç'aurait été bien qu'elle fasse dire à Hermione que ce n'est pas bien et qu'on peut être féminine et sympa...

Adeline P. a dit…

Hello !

Je lis tous tes articles depuis déjà un sacré bout de temps, mais HP marque mon premier commentaire (et c'est loin d'être étonnant :D)

Merci pour ce super article, comme toujours, très intéressant et intelligent.

La seule chose (je crois) avec laquelle je ne suis pas d'accord, c'est ton analyse pour Ginny. Ca a été une de mes plus grosses déceptions dans les films. Elle est vraiment réduite à un pot de fleur, on comprend pas du tout pourquoi Harry tombe amoureux d'elle (dans les films). Alors qu'elle est super intéressante dans les livres et que ça semble évident qu'Harry s'intéresse à elle. Enfin, pour avoir plusieurs amis qui n'ont pas lu les livres et juste vu les films, ils sont nombreux à ne pas comprendre l'intérêt qu'Harry porte à Ginny. Et je les comprends, elle sert à rien.

C'est marrant, parce que personnellement j'ai beaucoup aimé les films jusqu'au 3 et à partir du 4 j'ai détesté. Mais vraiment détesté. C'est tellement WTF par moment, et y'a tellement de choses importantes passées sous silence qui font que l'histoire n'a ni queue ni tête, alors que d'autres choses qui sont beaucoup moins importantes (genre tous les moindres petits détails des différentes histoires d'amour) sont mille fois grossies. J'ai l'impression que si j'avais pas lu les livres, j'aurais pas aimé l'histoire d'Harry Potter en fait. Et pour en revenir à mes amis qui ne les ont pas lu, ben ils sont un peu dans ce cas : ils trouvent que la fin de l'histoire est bof.

Bref, sinon pour le reste je suis entièrement d'accord (et même si je l'étais pas, on s'en fout hein) et merci pour tes supers dessins et tes supers analyses, c'est vraiment hyper instructif et ça me permet de partager des choses accessibles et intelligentes sur Facebook :D

Bisous !

Léna MF a dit…

Merci pour cette note vraiment excellente, à la fois drôle et juste (oui j'ai explosé de rire au "et oui je suis dans un arbre et oui yolo", d'ailleurs j'en ris encore).

Je suis vraiment super contente de lire quelqu'un qui ne trouve PAS que Rogue est un héros absolu. Je hais ce type. Merci d'avoir dit que c'était le pire des nices guys, vraiment, merci!
En fait je ne sais pas qui je hais le plus entre James et Rogue. Je n'ai jamais compris pourquoi Lily était tombée amoureuse de James alors qu'elle semblait le détester à la base. Comme si ce mec avait cessé du jour au lendemain d'être un crétin prétentieux. Mé bon.

Je pense que tu as abordé la majorité des problèmes des films, mais de même qu'Adeline dans les commentaires, je ne suis pas d'accord avec ton encensement de Ginny dans les films. Dans les bouquins oui, elle est épique et vraiment super badass (je l'aime d'ailleurs d'amour), mais dans les films, OMG quelle potiche! ("Harry, tu veux bien remonter ma fermeture éclaire? Harry, ton lacet est défait!" ARRRRGH!). Pourquoi ont-il fait un tel traitement de ce personnage si génial?

J'ai rien de plus à ajouter à ta note, je la trouve vraiment très bien.
Vivement la prochaine :D

Anonyme a dit…

Super note, très intéressante. Je suis en train de lire les livres en anglais (je n'avais lu que les derniers) et je me suis rendue compte comme toi que la grossophobie était hyper présente, de façon totalement décomplexée. :/

Sinon, est-ce que tu sais comment on pourra avoir accès à la suite ? (Harry Potter and the cursed child), càd si on pourra voir un enregistrement de la pièce, lire le script...? Je me dis que vu le succès d'Harry Potter, iels vont bien être obligé de le publier pour le rendre plus accessible.

Bises !
C

Anonyme a dit…

Ce blog est tellement drôle. Il arriverait à faire culpabiliser l'abbé pierre, sans déconner. Paix à son âme ;)

A quand un article pour montrer la "mysogynie ordinaire" des shampoings leader price? D'après une statistique personnelle, une majorité d'hommes sont présent sur les étiquettes... :/

Anonyme a dit…

"L'énorme majorité des personnages est blanche" : et alors ? ; "aucune représentation LGBT" : et alors ? ; "la majorité des personnages sont des mecs" : et alors ? (oui je dis beaucoup "et alors", et alors ?). Je suis volontairement un peu provocateur, mais moi ça ne me pose pas de soucis, parce que je considère que c'est une question de choix. Si un auteur a envie de faire une histoire avec que des mecs blancs et hétéros, il a le droit de le faire. Rajouter un personnage féminin noir ou homo ça ne rajoute pas forcément quoique ce soit à l'histoire (parfois même, ça peut plomber un film, je ne vise personne, ah bah si en fait je parle de Tauriel dans le Hobbit...), l'absence de personnages de couleur, féminins et LGBT ne nuit donc pas forcément au scénario d'une histoire.

Je rappelle aussi qu'une histoire c'est une histoire, c'est pas un manifeste sociétal, un roman/film/série n'a pas pour mission de faire progresser les idées féministes anti-racistes ou pro-lgbt. Et je rappelle enfin, que ça se passe dans l'autre sens : c'est la progression de ces idées dans la société qui donne des séries/romans/films avec des personnages noirs/féminins/lgbt, ce n'est pas l'inverse, et heureusement, parce que des idées qui cherchent à s'imposer par l'art, ce sont d'une, des idées qui ne prennent jamais, et de deux des idées pas très jojo en général...

Je trouve pas Hermione spécialement dévaluée, elle a ses défauts et ses qualités comme les deux autres, mais elle est clairement le personnage le plus intéressant des trois, celle qui comprend tout, et sans qui le rouqin et le petit binoclard n'avanceraient jamais tellement ils ne comprennent jamais rien à rien (que ce soit pour les questions sentimentales, ou pour faire avancer l'intrigue). Et j'exagère à peine.

J'avoue que le passage sur la critique de la "féminité", je ne le comprends tout simplement pas. Pour moi le féminisme, c'est justement de considérer qu'hommes et femmes peuvent être égaux, et que les valeurs "masculines" ne sont justement pas réservées aux hommes, et qu'une femme peut être brave tenace ,forte etc... Donc qu'une Ginny ou une Luna soit forte tenace et courageuse, ça devrait vous faire plaisir. En râlant, et en disant "mais euuuh ce sont des valeurs masculines", vous allez dans le sens de l'anti-féminisme qui considère qu'une femme forte et courageuse c'est pas une vraie femme, voire que c'est pas possible...

Anonyme a dit…

(Suite du message précédent)

Et à l'inverse, que les personnages féminins nazes collent aux "valeurs fémnines", ça devrait là encore vous faire plaisir : ça montre quelque chose de très vrai, c'est que quand on enferme les personnages féminins dans la vision "traditionnelle" (positive ou négative) de la femme, ça donne rarement un personnage intéressant...

Et puis pour Dolores et Rita Skeeter, vous vous focalisez sur des détails. Si on déteste Dolores, c'est pas parce qu'elle est en rose, vieille petite fille ou hypocrite, c'est d'abord et avant tout parce c'est une collabo raciste et sadique, vous croyez pas ? Si on déteste Rita, c'est parce c'est la carricature de l'infâme paparazzi prête à détruire la vie des autres pour faire un bon papier... Le fait qu'elles soient (sur)maquillées, rose, avec des sacs en peau de crocodile ou je ne sais quoi d'autre, c'est un bonnus, histoire d'être sur que le tableau du personnage infect et détestable soit complet.

Je vois pas trop en quoi les Vélanes sont sexistes, ce sont des créatures non-humaines enchanteresses, comme il y en a plein dans les contes et légendes, le rapport avec le sexisme, il est quand même assez flou...

Pour Fleur, c'est vrai qu'elle est pas terrible, mais franchement est ce que Viktor Krum (qui arrive en même temps qu'elle) est plus intéressant ? Je veux dire, oui Fleur se limite à être belle et française, mais Viktor lui se limite à être joueur de quiditch et roumain, c'est pas mieux... Et je vois pas en quoi le fait qu'elle arrive dernière soit un problème, surtout quand on sait que le Tournoi des Trois Sorciers était truqué de toutes façons...

Je trouve pas qu'il y ait seulement une opposition "fille cool VS filles nulles", il y a plutôt (comme dans toutes les histoires) "personnages cool VS personnage snuls", avec d'un côté les personnages masculins ou féminins qui sont cools (Herminone, Ginny, Dumbledore, Hagrid...) et les personnages nuls chiants et irrécupérables (Rusard, Dolores, Crabbe/Goyle, et surtout HARRY).

Marie Meier a dit…

j'ai beaucoup aimé cette note sauf peut être ce qui concerne, entre autre, Dolores Ombrage et compagnie. ok, surtout Dolores parce que je l'aime beaucoup ( oui c'est comme ça ) et en particulier le fait qu'elle assume une différence dans un monde trés codifié, surtout niveau vêtements. Le fait qu'elle aime le rose, les trucs kitsch n'enlève rien à ce qu'elle est. Elle assume aussi une ambivalence. Peut être que mieux comprise, elle aurait fait de meilleurs choix. toujours est il que dans le monde des sorciers comme dans le monde réel, quand tu sembles différente c'est toujours mal perçu ( par les hommes ET par les femmes ). Je me reconnais beaucoup dans Ombrage, d'autant plus celle des livre, beaucoup plus que dans Lestrange qui se plie aux conventions malgré tout. J'espére juste avoir fait de mailleur choix dans ma vie ah ah ah. Idem pour Rita Sketter, qui au passage n'est pas si malveillante que ça, elle a juste une certine ambition ( ce que l'on refuse assez souvent aux femmes aussi ). Pour Fleur rien à dire mais en même temps elle est aussi représentative d'un type de femmes. En gros j'ai toujours préféré être une fille " nulle " qu'une fille cool. Dans Breakfast club j'ai toujours préféré Allison à Claire d'ailleurs. Je pense aussi que Luna se trouve dans la catégorie filles nulles, ce qui la rend cool à mes yeux....

Mirion a dit…

Merci encore pour tous vos commentaires cool puissance maxi, vous êtes bien les plus aimables !!
Oh, et merci à celleux qui m'ont expliqué pour JKRowling par rapport au film et à l'orientation de Dumbledore !
Réponse aux questions du coup :

- Lexy D : Je ne trouve pas que c'est une critique ordinaire (j'imagine que tu parles des Weasley ?), mais au contraire plutôt problèmatique (puisque ça n'est pas du tout critiqué, et que les filles arrêtent d'être des "gourgandines" quand elles prouvent qu'elles correspondent aux critères de la famille ?)

- Olphy, Adeline P., Léna MF: pour le perso de Ginny, je suis mille fois d'accord sur le fait qu'elle est beaucoup moins intéressante dans les films que dans les livres (c'est pour ça que je n'ai pas développé beaucoup son perso). Mais je trouve que ce qui est montré de son évolution est positif, et surtout que c'est assez clair qu'elle est très indépendante. Cependant, oui, ses relations avec à peu près tous les perso sont super bâclées et c'est très énervant, et à mon avis c'est surtout ça qui rend le perso si fade !

- Musculus : tous les gens cool disent "pas de souce" voyons

-La Renarde : Je ne dis absolument pas qu'il faille à chaque fois donner l'orientation sexuelle des perso, au contraire, et je crois aussi que Rowling a écrit Dumbledore en sachant qu'il était gay. Ce qui est hypocrite, c'est de brandir ça comme un étendard d'inclusivité (ce qu'elle fait un peu et que les fans font beaucoup) alors qu'au final, ben, concrètement, on a aucune histoire d'amour homosexuelle développée - ce qui ne serait pas un problème si il y avait zéro histoire d'amour, mais les hétéros en ont environ un milliard donc c'est pas mal naze. Et c'est pareil pour la couleur de peau : elle sait bien qu'un lecteur générique va lire le livre d'une auteure blanche en pensant que les perso non définis sont blancs, parce que c'est comme ça que ça marche souvent (d'autant plus qu'elle précise pour certains perso). Et j'aimerais bien qu'elle reconnaisse ça et qu'elle en parle clairement, mais bon, c'est déjà cool qu'elle soutienne ça aujourd'hui.
Et effectivement, dans le 3, c'est le moment où Hermione brille et c'est vraiment chouette.

-Elsie : je ne suis pas trop d'accord : même à travers les yeux d'un perso sexiste, il est possible de sous entendre qu'il l'est et que c'est nul, et c'est pas vraiment fait ici (à part Ron tourné un peu en dérision parfois)

Mirion a dit…

(suite)

- Anonyme "Cursed Child" : Merci !! Non, aucune idée, désolée (mais oui j'imagine qu'il y aura au moins le script ?)

- Anonyme "Leader Price" : ah ça on rigole bien, mais t'as déja vu le tumblr woman tax ?

- Anonyme relou (déso mais c'est vrai) : Alors bon déjà le ton méprisant tu peux faire sans, c'est quand même plus cool hein. J'ai déjà répondu mille fois à ces critiques donc je vais plutôt te filer des liens d'articles que j'ai fait sur le sujet car bon,hein, voilà :
. un article sur l'importance de la représentation (première partie de ton commentaire) : www.mirionmalle.com/2014/07/representation-pour-tous.html

. un article (qui était en lien dans celui-ci.....) sur la dévaluation des caractéristiques attribuées aux femmes (la fin) (parce que bien sûr que non je ne crois pas à la féminité/virilité naturelle, pff, et je crois à l'égalité, mais il faut prendre en compte la dimension sociale) : http://www.mirionmalle.com/2015/06/les-personnages-feminins-forts-bagarre.html

VOILA.

- Marie Meier : Merci ! Et je ne dis que tout le monde doit détester Ombrage et tout, mais dans les livres et surtout les films, tout ce qui relève de la féminité chez elle est perçu comme nul et ridicule et c'est ça que je critique (et ça diminue aussi sa dimension de méchante, alors que bon, elle est terrifiante). Pareil pour Rita Skeeter. Et Fleur, j'ai répondu un peu plus haut dans un commentaire : c'est surtout qu'elle est dans les films un petit tas de clichés, snife.

MERCI ENCORE ET LOVE INFINI

Anonyme a dit…


Bah le mépris je veux bien l'enlever, mais dans la mesure où je sais pas où tu l'as vu, ça risque d'être compliqué... A la limite la seule personne envers qui je suis un peu méprisant, c'est ce pauvre Harry, mais comme il existe pas, je pense qu'il s'en remettra.

Après si tu me trouves relou t'es pas obligé de "répondre" tu sais...

Je persiste : un auteur est libre de créer les personnages qu'il veut. A partir du moment où c'est son choix, le critiquer parce qu'il y a pas de personnages comme ci, ou de personnages comme ça, c'est pas très intéressant.

Une histoire comme Harry Potter avec une majorité de personnages masculins et blancs aurait quelque chose de gênant si les femmes présentes y étaient mal traitées, mais c'est pas le cas ici.

Justement les valeurs "féminines" que tu défens parce que vitales pour la société (douceur, "maternité", prudence etc...") sont présentées sous un jour favorable dans Harry Potter, Mrs Weasley est maternelle et douce dans une certaine mesure, tout en étant à la fois capable d'être puissante. Hermione dans le 5 se montre prudente et sent bien que les visions d'Harry à la fin sont un piège, Harry qui veut se la jouer en Thug Life imprudent (et viril ?) fonce tête baissée dans le piège de Voldemort et résultat : son parrain meurt.

Chez les personnages féminins mauvais que tu cites (Dolores et Rita Skeeter) il n'y a pas de valeurs féminines positives, aucune douceur chez Dolores qui est une collabo raciste et sadique, aucune prudence particulière chez Rita (en tout cas c'est pas la tendance qui prédomine chez elle, ni ce qui est dévalorisé) etc... les femmes sont donc plutôt mises en valeur.

VOILA

Mirion a dit…

Ben je réponds parce que j'avoue que ça m'ennuie, parce que ces commentaires reviennent souvent alors que je les ai déjà traité mille et mille fois (notamment dans les liens que je t'ai envoyé). Et oui, c'est un peu fatigant - surtout venant d'un mec (comme j'ai l'impression que tu l'es, par rapport au "provocateur"), qui est donc non-concerné par la sous représentation.

Pour le féminin vu comme positif, ok pour les caractéristiques féminines nécessaires, mais par exemple, en quoi le rose ou les petits chats c'est mauvais ? En quoi faire attention à son habillement c'est ridicule ? Et associer ça à de la méchanceté et la faiblesse, sans autre exemple positif, ben oui, c'est pas une bonne représentation.

Enfin, un objet culturel est toujours dans la possibilité de se faire critiquer et analyser, c'est même important, ça veut pas dire qu'on veut restreindre la liberté de l'auteur-e.

olivier a dit…

Critique intéressante, qu'on pourrait allégrement étendre à l'ensemble des éléments de l'ouvrage (scénario abhérant ou incohérent, facilités de construction scénaristique, persos caricaturaux, etc.)

Pour les jeunes, je préferre conseiller :
- Lombres (Un-lun-Dun) de China Miéville (qui répond à toutes les critiques ci-dessus)
- Le cycle de Tiphaine Patraque (Tiffany Aching) de Terry Pratchett.

Bonne lecture (et bon film dans quelques années.

PS. et sinon vous pouvez aussi lire le dernier tome de la Ligue des Gentlemen Extraordinaire.

Anonyme a dit…

T'as le droit de pas répondre, mais t'as aussi le droit de répondre tkt.

Oui je suis un mec (blanc et hétéro aussi), et alors ? Je pense que ça me retire pas pour autant le droit de donner mon avis, ou je me trompe ?

Bon déjà la personne qui aime le rose les chats, et fait attention à elle, et qui va se sentir mal à cause de Dolores, j'ai envie de dire qu'il lui en faut peu...

Après le rose, les chats, et le soin des vêtements ne sont pas systématiquement associés à Dolores, si je me souviens bien, Hermione porte une robe rose pour le bal dans le 4, tout comme Pavarti, et quand elle achète un chat dans le 3, elle ne passe pas du côté obscur pour autant (le chat est même essentiel à l'intrigue du 3). Quant au soin aux vêtements, on a des personnages sympathiques qui y attachent une certaine importance, comme Minerva ou (dans une moindre mesure) Dumbledore.

Ne pas oublier aussi que le rose, les chats, et le soin au vêtement sont des détails de Dolores, et que ses principaux traits de caractère sont le racisme, la soif de pouvoir, le sadisme, et la collaboration... On la découvre au procès de Harry entrain d'essayer de virer notre binoclard préféré, et on la quitte entrain d'envoyer des nés-moldus à Azkaban... C'est donc normal qu'elle soit détestée.

Ajoutons aussi que je trouve assez original l'idée d'une méchante d'héroïc fantasy haute comme trois pommes, aux airs de "petite fille" avec ses habits roses et son goût pour les chats... Ca change des méchants ténébreux amateurs de serpents (Voldemort) et de monstres sanguinaires.

Et enfin je dirais que de manière général, Rowling n'est pas tendre avec ses personnages, et qu'on est dans un monde d'adolescents, où les moqueries sur le physique et l'habillement sont monnaie courante...

Anonyme a dit…

Hello, je suis mille fois fan de HP et de toi donc merci pour cet article!!
Juste, je viens de finir de relire (pour la au moins quinzième fois) le tome 7 et je voulais juste rappeler qu'en fait, quand Rogue apprend que Harry est destiné à mourir, il est assez choqué et dégoûté. mais comme l'ont dit d'autres dans les commentaires, je crois pas que Rowling voudrait qu'on le considère comme un héros, il était effectivement courageux et il est la preuve que même chez les pires personnes, l'amour peut amener à faire des choses bien <3 <3 hihi

Continue Mirion Malle tu es super chouette <3 <3 <3

Aude a dit…

Quand même, le fait que ce soit Ron qui soit bon aux échecs et pas Hermione, c'est un gros cliché. Ok, les filles réussissent bien à l'école (elles savent bachoter et rabâcher) mais dès qu'il faut de la créativité et la fameuse "vision dans l'espace", elles sont nulles. D'ailleurs, on les fait jouer dès 6 ans dans des championnats séparés.

Anonyme a dit…

Je suis une fille, blanche et lesbienne et j'approuve le commentaire d'Anonyme :) Bon le ton est certes cinglant, mais les idées sont bonnes.

Jorevvk a dit…

Salut Mirion, j'aime beaucoup ce que tu fais et tes dessins et c'est pour ça que je pense que ça vaut la peine que je te dise pourquoi je ne suis pas du tout d'accord avec ton post.

D'abord je sais que je te parle de fan à fan, alors je me demande pourquoi tu associe des critiques envers les films avec JK Rowling, ça n'a rien à voir: soit tu choisis de critiquer les films, auquel cas tu laisse JK tranquille, ou bien les livres et tu ne prends pas appui sur des grossièretés des films. Ca m'étonne d'ailleurs que tu n'aie pas fait un post en priorité sur les livres, car je crois qu'il faut montrer aux gens que les films sont sympas mais n'ont ne sont pas DU TOUT représentatifs des bouquins !

Du coup, sur les livres. Je te soutiens à 100% dans ton combat pour la représentation, mais je trouve que là tu t'y prends un peu mal: tu fais du "comptage" de persos noirs/LGBT etc. qui n'a pas de sens ici. Le manque de représentativité est bien la dernière chose qu'on puisse reprocher à Rowling.
Déjà, on est en Angleterre, il n'est donc pas choquant qu'il y ait majoritairement des blancs ! Et d'ailleurs, il y a pas mal de persos noirs et pas du tout cliché (Angelina Jonhson, Lee Jordan, Dean Thomas,Blaise Zabini...) tu n'as même pas parlé de Kingsley <3(qui finit quand même ministre de la magie).

Quand à la relation Hermione-Ron ton analyse sur la différence garçon-fille est franchement tirée par les cheveux, c'est des ados ! Leur relation et les difficultés qu'ils ont à se comprendre sont hyper réalistes et crédibles. Sur le "fat shaming", faut il rappeler l'exemple de Neville qui s'avère être un perso fort, courageux et intelligent.

Quand aux caractères "féminins" des persos filles nulles, j'approuve ce qu'Anonyme a dit: Ombrage est avant tout un perso sadique et assoiffé de pouvoir, le rose et les chat c'est pas vraiment ce qu'on lui reproche; c'est d'ailleurs pour moi la méchante ultime de la série. Dans HP il y a des persos féminins avec des caractéristiques dites "masculines" (d'ailleurs dire du courage/intelligence/force que ce sont des valeurs "masculine" c'est quand même bien dommage), d'autres plus "féminines", et elles sont indifféremment ou cool ou pas cool, comme les femmes dans leur diversité. Il y a des femmes intelligentes, d'autres connes, des femmes courageuses d'autres non, des femmes qui se maquillent et qui sont intelligentes et courageuses etc. Et c'est ce que Rowling nous montre.

Bref bref, tout ça pour dire que c'est bien dommage de faire un décompte de représentation pas vraiment subtil, surtout à propos d'une œuvre qu'on devrait mettre entre les mains de tous les enfants pour leur apprendre l'égalité et la tolérance.

J'aimerai bien savoir ce que tu penses de tout ça, et que tu ne trouvera pas mon message méprisant ou agressant.

Mais sinon, t'es chouette, bisou.

Hanna a dit…

Bonjour Mirion,

Tout d'abord chapeau pour ton travail que j'ai découvert tout à fait par hasard en librairie (et que je me suis empressée d'acheter). Me voilà donc sur ton blog et oh ! que vois-je ? Un article sur Harry Potter ! Mon chéri, celui qui m'a fait grandir et m'a donné le goût de la lecture !
Saperlipopette, je m'empresse de le lire et je dois dire que je rejoins globalement ton sentiment. Tout cela est d'autant plus frais que je viens de re(re)lire toute l'histoire, peu après avoir re(re)regardé les films. J'ai beau adorer Harry POtter, il y a quelques petits points décavant.
Voici donc mes remarques (qui mélangent films et livres j'en conviens et sortent un peu du cadre) :

- Hermione bien qu'elle soit brillante, ait la tête sur les épaules (contrairement à ses deux potes) est en effet sous estimée et utilisée parfois comme objet de motivation masculine, notamment dans le dernier tome : c'est elle qui est torturée par Bellatrix et Ron court partout en devenant zinzin. Concernant sa quête de justice pour les elfes de maison (surtout dans les livres donc) elle est constamment ridiculisée, même par Harry, ce qui m'avait étonnée alors que lui même a libéré un elfe de maison de son maitre...
- Tout à fait d'accord avec toi : sa relation avec ron est malsaine au début ! Franchement il se comporte comme un connard pendant un bon moment et elle mériterait ses plus plates excuses, qui ne viennent... jamais il me semble.
- Echange d'acteurs : c'est moi qui ait la berlue ou dans le 6/7e film crabbe -ou goyle?) n'est plus le même acteur, remplacé par un noir ? Peut -être pour contrebalancer l'actrice devenue blanche :p
- Plus globalement, l'histoire de HP est une histoire de mec. Les "grands" personnages, au coeur de l'histoire (bons et méchants) sont des hommes : Voldemort, Dumbledore, Harry Potter. Sa filiation est avant-tout masculine : c'est les amis de son père (des hommes eux aussi) qui sont sur le devant de la scène. On ne connait rien de sa mère finalement, sauf les dursley (super!)et la couleur de ses yeux et qu'elle était brillante en potion. Elle même est une pièce rapportée. Bon, est-ce grave docteur ? Ca me saute aux yeux aujourd'hui, mais bon, enfant/ado, non, et les personnages feminins ont un rôle à jouer aussi. Tu n'as pas évoqué Tonks, je pense qu'elle est aussi un personnage intéressant, qui n'hésite pas à se marier avec un loup garou et décide de joindre la bataille finale en laissant son enfant en arrière.
-Concernant le débat sur les atouts "traditionnels" féminins mis du côté négatif, je pense que les commentaires de l'internaute anonyme sont intéressants. Oui les horribles femmes sont détestées de part leur action plus que par leur physique. Cependant la notion vestimentaire est importante : elle montre quelque part le fossé entre ce que devraient représenter les petits chatons de Dolores Ombrage et qui elle est vraiment. N'est-ce pas justement un jeu sur les apparences ?
Je le rejoins sur la "punition" de Harry dans le 5 qui par manque d'assiduité se laisse duper et pousse la mort de son parrain.

HP c'est un vrai roman d'apprentissage où les personnages font des erreurs, se comportent mal, et en subissent les conséquences.

BReeeef, je pourrais disserter encore et encore sur le sujet, franchement c'est sans fin. Désolée pour ce long commentaire.

Michelly a dit…

OMG! Lovely illustration! How can I find it in English? As a Portuguese native speaker I can get some words, but not the context. :( I'm really curious!
All the best

Maud a dit…

Salut ! Alors déjà super travail, j'adore ton blog et tous tes articles !

Je suis en train de relire les livres en ce moment (ce qu'en vrai j'avais pas fait depuis mon adolescence à cause des films), et la relation Ron/Hermione est ultra choquante je trouve ! Pour ne pas dire qu'elle me met en rogne. Pas parce que Ron est un sombre relou qui mérite des baffes, mais dans le traitement qui en est fait.

Ron se souviens que, oh mon Dieu, Hermione est sorti avec Krum il y a 3 ans, (il la traitait comme un caca à l'époque), du coup il se permet tranquille de lui faire la gueule pendant des semaines, l'exclure oklm. Quand Hermione en a marre et commence à prendre ses distance, puis les prends carrément avec Lavander Brown, là soudainement Harry, qui n'avait rien dit jusque là , lui demande de faire des efforts et de passer outre. Cette vieille idée que c'est aux femmes de faire des efforts et de pacifier les relations... Et le tout fait passer Hermione pour une amoureuse quasi hystérique, alors qu'en fait c'est Ron qui a ce comportement.

De manière générale, les réactions des mecs face à la "sexualité" et vie amoureuse des meufs est incroyable. Que ce soient les frères jumeaux et Ron qui reprochent à Ginny d'avoir eu un copain (soi disant 5), puis d'en changer, puis de l'embrasser, le tout en appuyant sur "qu'est-ce qu'on va dire de toi et qu'est-ce qu'on va penser de moi si ma soeur est une p*** ?", c'est vraiment choquant quand on le relis. Et même Harry se dit que s'il est jaloux, c'est parce qu'il a un sentiment "fraternel" envers elle.

Je ne sais pas s'il n'y a que moi qui ressent ça (je n'ai rien vu là-dessus dans les autres commentaires) mais c'est quand même hyper problématique comme façon de voir les relations homme/femme...

Elissa a dit…

Je les ai relus récemment, notamment le 4, et ce qui m'a le plus choqué, c'est quand même le sort des elfes de maison et le message ambigüe que Rowling fait passer. Leur traitement est quand même identique à ceux des esclaves (j'ai pensé surtout aux Noirs aux US, mais ça peut s'appliquer partout), mais Rowling ne prend absolument pas une position anti-esclavagiste. Hermione apparaît un peu comme une hystérique lourdingue puisque tout le monde (même les personnes bienveillantes, comme Hagrid) lui répètent que les elfes étaient heureux de servir. Je trouve qu'elle aurait être beaucoup plus claire, parce que le message final est tout de même assez naze, surtout pour des enfants.
A part ça, le fait que Harry n'ait pas vraiment de "role model" féminin me dérange un peu. Hermione est une excellente incarnation de la soeur qu'il n'a jamais eue (RIP le couple Harry/Hermione, mon coeur de fangirl est brisé), mais ses héros et ses mentors sont quand même son père, Sirius, Lupin, Dumbledore... Mrs Weasley et Lily ne sont présentes que pour faire office de "maman". Il y a bien McGonagall, excellentissime personnage, mais elle est loin de provoquer l'affection et l'admiration de Harry pour Lupin, par exemple.

Emilie a dit…

Je pense que c'est la meilleure analyse d'HP que j'aie jamais lue. Pourquoi? Parce que j'ai l'impression d'avoir ENFIN compris *pourquoi* je trouvais certains points cool, et *pourquoi* d'autres, je trouvais qu'ils craignaient du cul. ça m'a fait une sorte de révélation genre BON SANG MAIS C'EST BIEN SUR!
Non, vraiment, je pourrais en rajouter des lignes et des lignes mais t'as déjà tellement tout dit <3

2goldfish a dit…

Tu soulèves plein de bons points dans ta BD, merci à toi. Mais, peut-être parce que je suis moins fan, je trouve que tu passes à côté du truc le plus problématique d'Harry Potter, le fondement de toute l'histoire: Harry est un être exceptionnel depuis sa naissance, comme tous les autres sorciers, et l'histoire l'amène dans une école privée d'élite où il va apprendre à vivre complètement couple de la médiocrité du peuple ordinaire. Le parallèle avec le système éducatif ultra-inégalitaire au royaume uni est assez frappant. Bien sûr c'est mal vu de dire du mal du peuple (les moldus) et d'assumer sa supériorité, mais dans les faits ce ne sont que de belles paroles et l'exclusion est totale. L'intégration d'une poignée de boursiers (les sorciers nés de moldus, je ne sais plus comment on appelle ça dans les ivres) fait surtout qu'on les coupe de leurs racines. Le peuple moldu est vu au mieux avec condescendance. Harry Potter c'est avant tout un fantasme bourgeois.

Anonyme a dit…

Salut,

Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse.

Par contre, ton commentaire sur Hermione qui est souvent réduite à la passivité (notamment dans le tome 2) et le dessin m'ont interpellée.

Elle est certes sous-exploitée et dans le tome 2, est immobilisée à l'infirmerie pendant que Ron et Harry découvrent la Chambre des Secrets et sauvent les meubles, mais dans le tome 3, c'est l'inverse : Ron reste à l'infirmerie tandis qu'Harry et Hermione vont sauver Sirius et Buck.

Pour mon moi de 7-8 ans de l'époque, le traitement était équitable : c'était chacun son tour de briller.

Sinon, continue, tu fais du super boulot !

A. Vakarian a dit…

pareil que le commentaire precedent, c'est Ron qui est blessé dans le 1, c'est Ron qui est en danger et enlevé, c'est Ron qui est HS pendant la moitié du film comme elle dans le 2, c'est Ron qui quitte harry et hermione a la fin pour revenir plus tard.

Donc t'as pris ce que tu voulais pour prouver ton point de vue

+autre bail qui n'a pas lieu detre comme la grossophobie, c'est des collegiens hein, ça vole pas haut c'est realiste, apres oui dans un monde utopiste et pas realiste bien sur.

Apres la vision de ombrage et Rita, alors pour Ombrage, super ton analyse "rose" olala sexisme, portrait de chat, vieille fille olala, mais tout le monde a vu je pense. Meme ma petite soeur de 9 ans a trouvé ça ridicule. Tant que ça a une utilité et que c'est coherent avec le personnage, il n'y a pas a accusé de sexisme ou quoi. C'est caricatural, on l'avait tous compris,c'est pas pertinent ton point.

Apres oui, ya 2 3 petite facilité, mais c'est plus lié a une question de public, de contexte ou d'adaptation qu'autre chose.