lundi 12 septembre 2016

L'impunité des hommes célèbres.

ATTENTION : TW violences conjugales et viol.


















Un nouvel article sur un sujet qui me tenait particulièrement à coeur (si vous me suivez sur Twitter vous m'avez probablement vu pété les plombs quelques fois sur ça), j'ai vraiment pris le temps parce que je voulais faire quelque chose de bien mais aussi parce que c'était pas facile de se farcir tous ces articles plus affreux les uns que les autres par ce qu'ils relataient ou les propos des journalistes qui sont plus prompts que l'éclair à défendre ou diminuer les crimes de ces chers messieurs. URG.
J'espère que c'était ok à lire, désolée il y a beaucoup de textes mais c'est dur de mettre ce sujet là en image, parfois.


Tout un tas de liens sur le sujet :

- La vidéo de Laci Green sur les "fausses" accusations de viol 

- Un très bon article de Brain Magazine sur le sujet et un article de Diglee en réaction. (en français)

- Un autre article sur le même sujet, qui aborde aussi l'affaire Baupin, sur le HuffPost. (en français)

- Depp : un article qui résume la situation et qui parle des défenseurs de Depp + l'affaire est close maintenant (j'ai commencé cette note en juin), elle a divorcé et promis de verser l'argent du divorce à des associations contre la violence conjugale mais bien sûr les journaux la font chier car peut être qu'elle va en garder un peu pour elle non mais vous imaginez elle veut une compensation waouh quelle horrible personne elle va seulement verser 7 millions de dollars hyper égoïste !!!! Sauf que Depp a versé lui-même l'argent directement pour les avantages fiscaux car apparemment il était pas un assez gros naze.

- Allen : un article sur les détails "étranges" de l'affaire et de comment ça a été traité + la lettre ouverte de Dylan Farrow + celle de Ronan Farrow + la retranscription de la décision de la cour lors du procés (en anglais) +

- Polanski : l'article infernal de Télérama qui parle de "calomnies" et de "persécuté" (il faut souligner que Télérama, et l'auteur de cet article qui a écrit plusieurs articles problématiques, sont vraiment complaisants et tout à fait défenseurs d'Allen et de Polanski) + l'article de L'Obs sur Samantha Geimer cité ici + la pétition mené par BHL Finkielkraut qui défend Polanski en disant que la victime n'était plus une "enfant" + un article sur ses propos au Petit Journal + la vidéo du passage au Petit Journal + ses propos à Cannes sur la pilule (tout en français)

- Une liste de mecs célèbres abuseurs (en anglais)

- Deux articles de Buzzfeed : un sur pourquoi le monde français de la mode continue à bosser avec Richardson (en français) et un où ils ont interrogé les marques directement (en anglais)

- Tous les articles du HuffPost sur les violences de Mel Gibson  (en anglais)

- Un article sur Steven Seagal et l'affaire de séquestration (en anglais)

- Un article (un peu trop complaisant à mon avis) de Jezebel sur David Bowie et sa relation avec Lori Maddox (mais où l'affaire de viol est à peine mentionnée) et un autre un peu pareil + un autre qui explique pourquoi il faut en parler (en anglais tous les trois)

- Un article de Jezebel sur la réaction de Jon Stewart quand on lui parle de Louis CK + Roseanne Barr qui parle de CK + la "réponse" de CK (en anglais)

- Un article sur la fille de Klaus Kinski et son témoignage (en anglais)

- Un article sur le suicide de l'ex-femme de Cantat (en français)

- La page wikipédia sur les accusations de viol de Bill Cosby (en anglais)

- Un article sur les propos d'Elijah Wood + ceux de Corey Feldman + un autre ici (en anglais)

- Et quand même l'article de Crêpe Georgette sur la culture du viol.


Comme d'habitude vous pouvez trouver cette note sur le tumblr. Il y a aussi ma page facebook et mon twitter.

Merci à toutes et tous de me lire, et à très vite !


127 commentaires:

bizzetmiel a dit…

Bonjour,
Merci pour cet excellent article. Même si je suis déjà sensibilisée au sujet, j'ai été abasourdie de voir réunie en un endroit cette trop longue liste (même pas exhaustive) de célébrités accusés de violence envers les femmes. Ca ferait un paquet de "victimes" qui "n'auraient rien fait mais dont on voudrait ternir l'image", les pauvres. A croire qu'il faut attester de sa supériorité masculine pour réussir à Hollywood. C'est triste...
J'en profite pour partager deux sources qui m'ont beaucoup fait réfléchir sur ce sujet :
- ce court métrage qui "inverse les rôles", en présentant une société dans laquelle c'est aux hommes à qui on demande comment ils étaient habillés s'ils se font violer :
https://www.youtube.com/watch?v=kpfaza-Mw4I
- le livre les crocodiles, qui m'a fait prendre conscience que les hommes sont nombreux à ne même pas réaliser qu'il y a un problème, à mal agir eux mêmes sans le savoir, même dans nos proches : http://www.bizzetmiel.com/thomas-mathieu-les-crocodiles_30/

melissadevincenzo a dit…

Merci pour cet article, on sent l'effort et le temps passés, c'est impressionnant.

J'ai rien à dire, sinon que c'est abusé, ça rend fou, c'est dégueulasse, je comprends pas COMMENT on peut se dire qu'une femme va MENTIR sur un viol, c'est clair, c'est tellement FUN et SANS CONSEQUENCE d'être stigmatisée comme une "violée', wouhouuuu T______T

Franchement ça nous pend au nez, avec tout cet immobilisme, d'avoir des justiciers qui rendront justice eux-même ! ! Ahhh mais c'est déjà arrivé ! ! Rappelez-vous ce mec qui avait livré le violeur de sa fille saucissonné devant le tribunal ! Lmao tellement drôle ! !

Voilà un autre lien, c'est le film An Open Secret (sur la pédophilie à Hollywood, Mirion en parle brièvement dans la note) http://www.veoh.com/watch/v103376385edFjEbD5
Attention TW bien sûr. Vous allez badder, quand ils vous disent "ah ça ce n'est rien, c'est juste la partie émergée de l'iceberg :) :) :)'

Evidemment ce film a été passé partout (pas du tout) et c'est pour ça que vous en avez entendu parler (pas du tout) et en même temps c'est normal qu'on s'intéresse à ce problème qui touche les plus grands puissants du monde du cinéma (spoiler : ils ne sont pas inquiétés DU TOUT)

Bonne journée à tous

Melissa

Anonyme a dit…

On pourrait également évoquer Michael Jackson et R. Kelly (sur lesquels pèsent de très lourds soupçons de pédophilie, et c'est un euphémisme), ainsi que l'affaire Bertrand Cantat : la mortde Marie Trintignant avait été traitée sous un jour presque romantique", certains médias évoquant un amour "passionnel" et "tumultueux" entre les deux artistes. Désolé, mais imaginer le cadavre tuméfié de l'actrice ne me donne pas envie de relire Roméo et Juliette...

Ceci étant, j'aurais du mal à boycotter l'oeuvre des artistes concernés car j'estime que l'art échappe à tout jugement moral, "extérieur". On peut être un salaud à la ville et un génie à l'écran ou au micro. Je n'ai par exemple jamais cessé d'écouter Noir Désir. C'est à la justice de faire son boulot, point.

Wilt a dit…

Bonjour,

excellent article. Je me permets de commenter aujourd'hui alors que je le fais jamais - pour vous féliciter d'abord sur le travail accomplis (article très bien détaillé - mais surtout en s'attaquant à ce genre de problème épineux, et en prenant un part un les contres argument.
Etant de nature hyper sensible ce genre d'argument se termine souvent en larme car je "sens" que les contre arguments ne sont pas bon (exemple: les fausses accusations, les violences aux hommes qui effacent beaucoup trop facilement les arguments que je propose) et j'éclate juste en sanglot.
Donc merci, de mettre des mots et des explications sur ce malaise.
Pour les choses concrètes : c'est toujours pénible d'allier valeur à la vie de tous les jours, comme décrit par rapport aux film par exemple. C'est dur d'être une personne lambda et de faire poids, encore une fois, il faudrait que la justice fasse son travail.

Jean-no a dit…

Outre l'indulgence envers les hommes, ta liste montre bien une consternante indulgence envers les célébrités. Une jeune femme que je connais me racontait qu'elle avait pris sur Twitter la défense d'une jeune femme qui accusait un youtubeur de l'avoir violée. Elle disait à ceux qui accusaient la jeune femme d'affabuler qu'il fallait en savoir plus, et que si la présomption d'innocence est normale, porter de telles accusations n'est pas anodin et la victime présumée a elle aussi droit à ce qu'on présume de sa bonne foi : à la justice ensuite de tirer les choses au clair... Bref, une position raisonnable et qui est celle du système judiciaire, du moins dans les textes puisque comme tu le dis, ça ne se passe pas toujours comme ça (je n'ai pas de lien vers cette conversation, désolé). Les réponses que lui ont fait les défenseurs du type sont étonnantes : insultes, menaces, et jusqu'à quelque chose comme "on va t'attraper à quatre et te défoncer le c...". J'ai trouvé intéressant et terrifiant que des gens nient na possibilité d'une violence sexuelle en se montrant verbalement ultra-violents et sexistes (le viol qui fait changer d'avis !).
Ouais, on ne vit pas dans un monde idéal ni très civilisé.

Anonyme a dit…

Super article, merci.
Déconstruire les arguments qui minimisent le viol, déresponsabilisent les violeurs et accusent les victimes, ça va vraiment m'être utile au quotidien.

Dans les sources intéressantes, Mona Chollet parle longuement de l'affaire Polanski et de son traitement par les médias dans son essai "Beauté Fatale".

Marie de Monti a dit…

Bonjour Marion, merci pour ton excellent article, ça fait du bien que quelqu'un aie pris le temps de faire ça. C'est précieux, vraiment. Du fond du coeur, MERCI !!!
Je sais que je t'en demande beaucoup là, mais il y aura/existe t'il une version en Anglais ??
Je pense que ton article pourrait être largement plus diffusé si c'était le cas.
Bien à toi ma nouvelle héroïne,
Marie de Monti

Emilose a dit…

Merci pour cet article x1000 !!!

J'ai justement eu un débat là-dessus avec un copain qui ne comprend pas pourquoi das certains cas la victime ne va pas tout simplement dénoncer son agresseur à la police (ben oui hein, c'est si simple de faire ça), mais dur de rester calme et d'avoir des arguments censés dans ce genre de discussions...

Bref, super article, hyper bien référencé et intéressant, comme d'hab. Much love, t'es la meilleure d'entre nous ♥

Anonyme a dit…

N'importe quel commissariat de France reçoit chaque semaine des plaintes pour violences conjugales qui se révèlent fausses quelques jours ou quelques semaines plus tard, de l'aveu même de la personne qui a porté plainte. Je dis bien chaque semaine. Demandez à n'importe quel policier.
C'est souvent pour ces femmes un moyen de faire pression sur leur conjoint ou de leur faire payer une infidélité.
C'est aussi parce qu'il y a des milliers de fausses plaintes que les vraies plaintes sont mises en doute : ça s'appelle la justice, tout simplement. On ne condamne pas les gens sans preuves, c'est quand même la moindre des choses.

Anonyme a dit…

J'ai déposé une plainte un jour, pour violence.
Le type en question n'était pas mon copain, mais une relation. Un jour il a pété un cable et m'a mis trois coups de pied dans la tête. Ma voisine a appelé les flics, qui sont venus chez moi et ont embarqué le type et moi par la même occasion.
J'ai attendu trois heures, seule au commissariat, sans voir de médecin, avec en bruit de fond le type qui hurlait depuis sa cellule qu'il allait me tuer si je portais plainte.
Quand j'ai déposé mon procès verbal, le policier me demande quel genre de relation nous avions, je lui dit la vérité et visiblement le fait d'avoir des relations sexuelles avec l'agresseur légitime la violence.

Je dis ça parce que deux mois plus tard, j'ai reçu un beau papier rose chez moi, me disant que l'affaire était classée pour "manque de preuve". Visiblement, le mot du médecin disant que je ressemblait à elephant man n'a pas suffit...

Depuis, j'ai déménagé car le mec connaissait mon adresse, et j'espère ne jamais le recroiser dans les rues de Bordeaux, jusqu'ici ce n'est pas arrivé.

ADJ a dit…

Superbe article !

Puis je pense, même si a d’extrêmes rares fois il y s'agit de "fausses accusations" ce n'est pas une raison pour laisser l'homme concerné tranquille. Même si il a été accusé a tort, il devrait être forcé a se remettre en question, et a régler les dommages commis. Ce n'est pas innocent d'être accusé de viol !

Anonyme a dit…

Pas le temps là de faire un commentaire construit.
Je suis totalement d'accord avec ce que tu écris.
Par contre je trouve que tu donnes une mauvaise, très mauvaise image de la différence d'âge.
Quand j'avais 15 ans mon ex-copain en avait 25. Ce qui était dur c'était le jugement constant des autres sur moi, déjà par mon père ("Tu sais comment on appelle les filles comme toi ? Des Marie couche toi là !") Et des autres ("Oh oh ton copain = pédophile") (à savoir qu'il a refusé toute relation sexuelle pénétration etc. avant mes 16 ans car je voulais pas, même si la majorité sexuelle c'est 15).

Enfin voilà j'ai une amie de 20 ans qui sort avec un gars de 20ans de plus et ça a l'air d'être bien. 20ans c'est un peu plus chaud c'est vrai. (Mais là je me dis ça pour aller dans ton sens et éviter de passer pour la folle qui trouve ça pas choquant)

Flouch a dit…

A propos de Woody Allen, je recommande très chaudement la lecture de ces deux articles, je pense que leur lecture est tout simplement nécessaire afin de se permettre d'afficher un opinion sur l'affaire. C'est trop facile de se forger une opinion en n'entendant que la défense ou que l'accusation !…

http://www.thedailybeast.com/articles/2014/01/27/the-woody-allen-allegations-not-so-fast.html?via=desktop&source=twitter
http://www.nytimes.com/2014/02/09/opinion/sunday/woody-allen-speaks-out.html?_r=0

Concernant Polanski, je pense que tout se serait déroulé très différemment s'il n'était pas tombé sur le juge Laurence J. Rittenband. Je ne dis pas que Polanski n'est pas coupable ou quoi, je dis qu'on n'en serait pas arrivé là (et notamment à sa fuite des Etats-Unis). J'aimerais beaucoup, à ce propos, voir le film "Roman Polanski : Wanted and Desired" qui en parle en détails et de manière factuelle. Un article du Monde chronique le film en explicitant le problème : http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/12/30/roman-polanski-wanted-and-desired-au-coeur-du-proces-polanski_1136339_3476.html

Je fais ces deux mises au point car les problèmes sont parfois complexes et les simplifier pour faire un point plus général est injuste, même s'il peut y avoir une part de vérité.

Maintenant, mes réflexions concernant l'ensemble de l'article :
On a du mal à croire que des gens dont on admire le travail, et dont on pense donc admirer la personne, fassent de si vilaines choses. Alors qu'on veut bien blâmer de gens dont on ne connaît rien, puisque on n'a pas de jugement préalable sur eux. Mais il est difficile pour tout à chacun de concilier le blâme et l'admiration pour un même individu. La vérité, bien sûr, c'est que les gens inconnus coupables de ce genre de choses ont parfois autant de qualités que les gens connus, car personne n'est tout noir ou tout blanc, et aussi ennuyeux que ça puisse l'être pour nous, les qualités de ces gens n'enlèvent rien à la gravité de leur crime, tandis que la gravité de leurs crimes n'enlèvent rien à la qualité de ces gens.
Le tableau final avec tous ces gens connus est saisissant. Il permet de ne pas simplement trouver chacun de ces individus "méchants", mais de comprendre que le problème, à ce niveau-là, est forcément sociétal. Ce qui bien sûr n'enlève rien à leurs responsabilités individuelles.

Lucie Baratte a dit…

Merci pour ce très bel et très bon article !! Ça fait du bien de voir qu'on est pas seules à trouver ces situations trop banales, absurdes et gerbantes.

Samy Khanchouche a dit…

Parce que l'article parle aussi d'une organisation de la pédophilie à Hollywood et dans les médias et des dangers de la dénonciation, il y a l'exemple flagrant de l'interview de John Lydon (alias Johnny Rotten) en 1978, où il balançait Jimmy Saville (présentateur à l'époque de Top of the Pop et chouchou de la BBC) sur ces actes douteux, et des rumeurs de viols supposément connus mais passés sous silence.

L'interview s'est retrouvée censurée (elle est aujourd'hui disponible sur Youtube), et la BBC a tout fait pour tirer la carrière de Lydon et son groupe PIL vers le bas en appuyant les mensonges médiathiques sur son passé dans les Sex Pistols et les clichés du punk afin de trouver des arguments pour décrédibiliser le bonhomme.

Jimmy Saville est décédé en toute impunité jusqu'à ce que des témoignages ne fassent surface quelques années après sa mort.

Une affaire de plus parmi celles énoncées plus haut, mais qui prouvent à quel point les tout-puissants sont parfois malheureusment intouchables.

Unknown a dit…

Pouvez-vous m'expliquer pourquoi Gainsbourg est dans votre liste ? il n'a pas été violent, il a eu une relation mutuellement consentante avec une personne ayant la majorité sexuelle (Constance Meyer) et avec accord des parents de cette dernière... Prônez-vous une normalité dans le couple ? Vous accusez les média d'être biphobique et vous mettez un couple avec un grand écart d'âge dans le même groupes que des violeurs et des pédophiles. Accuser quelqu'un est très grave. Le minimum est de vérifier ses sources avant. Le reste du message par contre est important. Il faut croire les victimes. Même si je ne suis pas d'accord sur le passage du "privilège masculin"...

Kemical/Catoune a dit…

Merci Marion pour cet article qui souligne bien le fait que les victimes ont plus à perdre en parlant que les agresseurs, et ça on l'oublie toujours quand il s'agit de prendre position.
Il y a un épisode de Bojack Horseman (S2e7) où il dénonce bien l'impunité des agresseurs médiatisés. Si ce n'est pas déjà fait, je recommande chaudement!

Anonyme a dit…

Bonjour, je voulais juste vous dire que je suis 100% d'accord avec vous et que cette note était nécessaire. Je boycotte Polanski, Louis C.K et Allen depuis que je suis au courant de leurs affaires et je ferais de même pour ceux dont j'ai appris les accusations aujourd'hui. Juste je ne suis pas sûr de la pertinence d'inclure Chaplin et Gainsbourg,étant donné que vous ne parlez pas de relations abusives, viols ou agression, mais juste de relations avec des personnes très jeunes (mais ayant plus de 15 ans). Je trouve ces relations très limites moralement, mais si ces filles étaient consentantes, ça reste pour moi différent d'un viol ou d'une agression.

Anonyme a dit…

Bonjour,
félicitations pour cet article, très pertinent.
Deux points évoqués sur lesquels j'aimerais revenir : d'abord je renchérie sur un commentaire précédent à propos de la différence d'âge. Quand j'avais 20 ans je sortais avec un homme de 40, ça a duré presque deux ans et c'était très bien, une étape de ma vie que je ne renie pas. Il m'est déjà aussi arrivé de coucher avec des hommes de 50, 60 voire 70 ans, sur l'occasion, pour l'expérience. J'ai rencontré tous types d'individus, certains avaient des expériences multiples et joyeuses à 15 ans... Voilà, Tout n'est pas aussi simple que ça.

Par ailleurs je défends farouchement la séparation de l'humain et de l'oeuvre. Je souhaite une société où les individus seront toujours jugés et punis pour leurs crimes, et toujours libres de créer. Je pense que l'idée selon laquelle l'art devrait appartenir exclusivement à des "gens bien" est contraire à la nature même de l'art, dans toute son ambiguïté et sa fonction de sublimation. Vous avez parlé de Céline, on pourrait aussi évoquer la misogynie de Robert Crumb ou de Picasso, le sadisme de Lautréamont, de Sade, la brutalité de Caravage ou de Rimbaud, j'en passe et des meilleurs.
J'aimerais m'attarder sur l'exemple précis de Lovecraft, dont j'ai appris récemment qu'il était très profondément raciste. Or c'est précisément cet homme qui a jeté les bases du concept de "l'Alien", cet étranger qui suscite aussi bien l'effroi et la répulsion que la fascination, et parfois une forme particulièrement trouble d'empathie. Rien n'est simple ou univoque chez Lovecraft, mais il est très vraisemblable que sa haine et sa peur des autres ont joué un rôle essentiel dans son génie créatif.
L'art ne se nourrie pas exclusivement de ce qu'il y a de bon en nous, bien au contraire, et c'est là toute son ambiguïté fondamentale.
Et c'est peut-être là aussi le seul moyen, pour certains êtres rongés par la folie, la haine ou la perversité, de nous offrir quelque chose de réellement beau.

Anonyme a dit…

Le commentaire anonyme de 12h06 a visiblement oublié de lire l'article avant de commenter. Qu'il lise le commentaire qui suit dans la liste (celui de 12h13), je pense que cela suffit pour s'apercevoir de son erreur.

Anonyme a dit…

Tu penses qu'il doit se remettre en question s'il a été accusé a tort ? Pourquoi devrait il payer pour quelque chose qu'il n'a pas fait ?

Anonyme a dit…

C'est vraiment une problématique délicate. Attention aussi que le cas des hommes célèbres est un peu différent mais dans le cadre familial, professionnel ou amical, la peur du dépôt de plainte est vraiment énorme, peut-être plus encore que dans le show-biz. Parce que quand un dépôt de plainte démolit la réputation de papa ou de tonton voire l'envoie en prison, c'est moralement compliqué.
Ironiquement, oui une victime à peur mais elle est même encore capable d'empathie envers son bourreau et de faire la balance entre ce qu'elle ressent et les conséquences pour son ou ses bourreaux sans compter les dégâts collatéraux. J'ai un jour une copine qui m'a raconté avoir été abusée par deux de ses oncles et quand elle en a parlé du premier, sa famille lui a demandé d'être gentille avec lui et le second s'est rajouté. Bon, inutile de dire que psychologiquement, ça ne s'est pas bien fini, elle a complètement disjoncté et vidé les caisses de l'entreprise familiale. Il n'y a même pas une justice au bout parce qu'elle ne s'en remettra jamais même si elle s'est éclatée un grand coup.

Cependant, j'ai eu l'occasion de subir une accusation de harcèlement sexuel pour une bête histoire de CDI, stupidement en plus parce que mon accusatrice ne remplissait même pas les conditions pour ce CDI mais elle s'en est servi pour terroriser le reste du service après mon renvoi. Ca n'a pas été à la police parce qu'à l'époque, c'était fort la mode ces accusations et je suivais les recommandations de ne jamais être seul dans une pièce avec une ou plusieurs femmes. Après, quand elle est venue avec ses accusations, elle n'a pu donner aucune période de temps sans au moins 2 à 3 autres témoins. Elle avait même pris sa collègue dans le coup mais la direction ne l'a pas soutenue car incapable de fournir une description et un horaire cohérent. Tout le problème dans une accusation quand on est innocent, c'est d'abord la surprise qui assomme puis l'incapacité de se défendre puisque n'ayant rien fait, on est totalement incapable de démontrer quoi que ce soit, on est condamné à attendre les accusations pour les démonter et comme on n'a rien prévu (je n'avais même pas d'agenda à l'époque), on en est à péniblement essayer de se remémorer les journées incriminées, on a surtout un grand ouf quand dans les dates des accusations, il y a des jours de congés à vous. Mais je me suis quand même retrouvé viré "par sécurité".
La seconde, fut une accusation de racisme par un de mes consultants qui avait merdé la préparation d'une opération engendrant de lourdes conséquences pour la société (on était passé dans la presse entre autre).
Bon, là, la hiérarchie me connaissait mieux et quand un black accuse un blanc marié avec une black et avec enfants, ça perturbe un tantinet la plainte (il ignorait ce point au moment de ses accusations) mais bon des racistes mariés avec des gens de couleur, ça existe aussi.

Je trouve l'article assez bon et l'énumération intéressante. Les fausses accusations existent cependant plus mais comme moyen de chantage ou de nuisances mais l'impression que j'ai est que les fausses accusations avec plaintes officielles doivent être rares. De mon expérience, c'est plus de l'informel ou par des rumeurs que dans le circuit officiel. J'ai donc l'impression que dans le show-biz, les fausses accusations se font plus par la presse poubelle qu'au bureau de police et par des sous-entendus.

Cela dit, je peux vous assurer qu'être soudainement accusé de harcèlement et attouchement, surtout quand on est poire au point d'avoir laissé passer la majorité des opportunités féminines par correction ou peur d'abuser de la situation, ça fait bizarre. Je suppose que quelque part, ça doit se rapprocher de se sentiment de salissure dont parlent les victimes de viols et qu'on n'arrive pas à nettoyer.

Anonyme a dit…

Le truc quand même dans les violences et le viol, c'est que la majorité, ce n'est pas de le strass et les paillettes mais bien dans une glauque "cellule" intime. Surtout envers des personnes qui n'ont pas spécialement les moyens de claquer la porte pour s'en aller et qui se retrouvent prisonnières entre le risque de la misère et un bourreau.

Je trouve l'article très bon mais j'ai peut-être pas tant senti l'empathie pour les victimes.
Il manquait aussi un point essentiel, ce sont des mondes spéciaux et certains abus étaient des "deals", c'est parfois difficile à déterminer ce qui avait été accepté à l'origine puis refusé avec le temps. Il y a aussi des relations qui ne sont pas saines d'origine (comme Steven Seagal qui est un adepte du SM dur) ou encore des personnes qui n'étaient pas bien et s'embarquent dans des relations destructices et ne savent plus comment en sortir.

Cela dit, soyons francs et lucides, si l'abuseur n'est pas dingue, il sait très bien qu'il s'en sortira avec un gros chèque donc la majorité des cas décrits dans l'article sont des gens assez dangereux en fait.

J'ai été élevé dans la non-violence essentiellement, j'aurais pu devenir moine à la limite mais le Zen m'a quand même enseigné une grande sagesse: être pacifique est nettement plus efficace et facile quand on peut casser son adversaire en deux.

Je discute avec mes filles et mon garçon de tous les sujets, je parle de situations limites ou dangereuses, je leur casse les pieds à ce qu'ils sachent un minimum se défendre quitte à faire parfois des jeux de rôle. Le monde est dangereux à cause de ceux qui laissent faire mais aussi parce que nous-mêmes négligeons souvent la précaution de savoir résister que ce soit oralement, mentalement ou physiquement.

Stanislas Gros a dit…

Bonjour, juste une suggestion : est-ce que tu pourrais faire une version courte de l'article avec uniquement la liste de personnalités (quitte à mettre l'article entier en lien)? Je pense qu'elle serait plus facile à partager.

lk_c a dit…

Très bon article et très interessant.

Malgré tout y a un truc qui me laisse sur ma réserve, c'est ce problème envers les gens qui descident de ne pas s'impliquer. Je suis un peu débile, alors je crois en la justice, donc, à part si c'est une personne en qui j'ai confiance qui me dit "j'ai été violé" je vais pas boire ses paroles directements et attendre que la justice apporte les faits, car je ne suis pas juge et je ne suis pas témoin.
Je m'explique: il y a quelques années, il y a eu ces deux filles qui ont accusé un de leur professeur de viol. L'affaire à été assez violente et le partit des filles à été prit tout de suite. Jusque là pas de problèmes. Le truc, c'est que le soit disant agresseur (le prof) à été mit à mal, exclu, il a perdu son job et à été harcelé de la plus sale des façons -le tout sans que la justice ait eu le temps de faire son job- par des personnes qui se sont permises de juger.
Et voila comment ça a fini : ce professeur s'est suicidé. Il s'est suicidé car il ne supportait pas l'idée que les gens s'étaient fait de lui, de l'horrible acte dont il été accusé et de la pression. Et surprise, à ce moment là, les deux filles ont tout de suite retourné leur veste et avoué qu'elles avaient menti et qu'elles s'attendaient pas à ce que ça aille si loin...

Voila pourquoi je suis qu'en partie d'accord avec cet article. Je suis pour la dénonciation, le soutient de la victime, mais je suis pas pour que la victime soit mise sur un pied d'estale. Je ne suis ni temoin, ni juge, qui dit la vérité, qui ment, je ne saurait pas le dire et je ne pointerai du doigt personne. Car choisir qui on soutient c'est aussi choisir qui on accuse et les conséquences. Même si ce n'est pas toi qui va le faire, ce sera d'autres personnes plus violentes qui s'en prendront au "coupable" désigné par le plus grand nombre, de la même manière que les medias s'en prénnent aux victimes dans les exemple de cet article et cela peu être destructeur dans les deux sens.

Alors j'ai peut être ma médaile de grosse nase, mais choisir qui on soutient ce n'est pas anodin et quand je juge que je ne sais rien, je préfère me tenir en retrait et n'être persécutrice d'aucun.

Anonyme a dit…

Il est normal de vérifier les faits exposés par la victime. En pratique, l'énoncé des faits est bien pris en compte par le juge, mais il faut qu'il ne soit pas entaché de contradictions et qu'il soit suffisamment précis pour permettre des recoupements. Ce n'est pas toujours le cas.

De manière plus générale, tenter de se faire une idée sur une personne à partir des mentions dans la presse d'un dossier judiciaire que l'on pas lu, est très aléatoire : il y a une très grande différence entre ce qu'on lit dans la presse et ce que l'on voit dans les pièces écrites.

Anonyme a dit…

C'est surtout préférer son petit confort de spectateur devant sa téloche (hihi moi ça me concerne pas, je regarde ce qui se passe et pis c'est tout) et se donner bonne conscience.

Comme l'article le dit, et comme tu le découvras (youpi) en allant regarder de plus près sur internet les chiffres de viol, très rares sont les fausses accusations.

Se mettre du côté de la "présumée victime" (pour reprendre votre point de vue), c'est du simple bon sens. Parce qu'en tant que victime, on est trop souvent ignorée, pas cru, voire attaquée.

Se planquer derrière la neutralité, c'est pitoyable. Dans des histoires pareilles, la neutralité n'existe pas.

Anonyme a dit…

http://dailycaller.com/2016/09/09/the-tortured-logic-of-the-nevertrumpers/

lk_c a dit…

Mais c'est quoi ce délire, bien sur que si la neutralité existe!
Si ces personnent n'étaient pas célèbres, je saurait même pas ce qui leur ai arrivée. Je les connais pas personnellement, je connais pas leur vie, je sais juste qu'ils sont connus pour leurs oeuvres ou actes et NON je ne suis pas en position de juger une personne que je connais pas, sachant que je ne fait en aucun cas partit de l'affaire ni du parti juridique.
Va demander à ma grand mère de prendre position sur cette affaire, elle va te dire quoi ? Elle en sait rien, elle les connais pas, elle va me regarder bizarrement et me demander pourquoi je lui demande ça. Parce qu'elle est pas impliquée, parce qu'elle a pas son mot à dire sur une affaire dont elle n'est pas un acteur principal.
Et je pense qu'on oublie un peu trop ça, nous ne sommes personne aux yeux de ces victimes et agresseurs, nous n'avons pas la capacitée de dire qui dit la vérité qui ne la dit pas et désolée de croire que mon avis ou pas sur ces affaires ne changera rien, car c'est vrai.
C'est pas mon avis depuis mon siege en culotte et t-shirt après mettre levé à 15h qui va descidé de la culpabilité ou non d'une personne. Donc OUI je suis neutre, oui ça existe et ça veut pas dire que j'ai pas d'empatie pour les victimes de viol ou que je ne réagirait pas si je voyait un abus se passer devant mes yeux.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Très bon article, je trouve toujours à vomir quand des types célèbres s'en sortent parce qu'ils sont célèbres...

Néanmoins, une petite chose me chagrine, je me demande si Chaplin mérite réellement sa place au coté des autres dans votre liste ?

N'étant pas très au courant de sa biographie, je suis allé me renseigner un peu et voici ce qu'on trouve sur ses 4 épouses et la 5ème femme:

Mildred Harris (17 ans) a apparemment simulé une fausse grossesse pour le forcer à l'épouser. Elle a ensuite eu une vraie grossesse, mais l'enfant était mal formé et est mort quelques jours après sa naissance. Puis divorce.

Lita Grey (16 ans) est tombée enceinte (pour de vrai cette fois) alors qu'elle était mineure. Bien que cela était illégal, il n'est pas ici question de viol ou de violence. Pour éviter le scandale, il l'épouse. Le couple vit mal, Chaplin a des moeurs assez débridée et perd donc un des plus grands procès en divorce de l'époque.

Paulette Godard (21 ans): A priori aucun drame ici, ils ont été heureux au début puis se éloignés jusqu'à divorcer.

Joan Barry: Elle l'a attaqué en justice pour reconnaissance de paternité et a gagné, mais toutes les sources indiquent que le jugement a été rendu à l'encontre de toute preuve médicale (comme des groupes sanguins rendant cette paternité impossible), le FBI lui-même alimentant à charge bon nombre de procès contre Chaplin qui avait des opinions politiques assez mal vues à l'époque.

Oona O'Neil: Elle était certes très jeune (18 ans), mais cela n'est pas interdit, et ils ont vécu heureux jusqu'à sa mort.

J'ai l'impression que Chaplin a eu une vie sentimentale (très) mouvementée, et qu'en effet, il aimait les femmes bien plus jeunes que lui, mais de là à le mettre entre Brown et Snipes, ça me semble exagéré.

Anonyme a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=skKlOYXU2NQ

Anonyme a dit…

malgré la pertinence de cet article je trouve que la liste des hommes célèbres + de leur carrière est de trop. En effet, il faut distinguer les œuvres des artistes et après qu'ils aient purgé leur peine il n'y a aucune raison ni aucune loi qui les empêche de continuer leur travail.

Molly a dit…

Coucou,
bravo Mirion pour cette note,
très intéressante. Je trouve juste ça manque d'infos sur les Français.
Parce que à part DSK y'a de sacrés violents que je boycotte personnellement.
Notamment Michael Youn, Mustapha El Atrassi, Thomas Langman.
Il faut croire les victimes.

Universe a dit…

Super article, très juste mais aussi très dur.

Pour Woody Allen perso ça été la monté de l'horeur tout d'abord j'ai appris sa relation plutôt glauque avec la fille adoptive de son ex et ensuite les accusations de viol à son encontre. J'ai décidé de boycotter imédiatement ses films tout simplement (même si j'ai clairement envie de voir midinight je sais plus quoi bref avec Emma Stone) j'ai beau être parfois un partisan de dissocier l'auteur de l'oeuvre là c'est juste plus possible quand on connait le personnage ça rend juste ses films ignobles et puants (en plus d'être très sexiste et ça même avant de connaitre les accusations contre Allen je trouvais ça très limite).

Sinon pour le reste j'aimerais être surpris mais je le suis même plus. Notamment pour la pédophilie dans le milieu si ''splendide'' d'hollywood ou de l'art en général (ou même dans les sphère spolitiques ou mêmes privés parfois on découvre des choses à s'évanouir). Le pire étant que c'est plus au moins acceptés sous l'excuse du tabou (ne remuons pas la merde voyons) ou sur le fait que les artistes sont tellement particuliers et dans un autre monde (ben voyons...). Après t'as le fatalisme les gens baissent les bras avant même de combattre... Je parle même pas des victimes qui ont, elles, bien des raisons vu la pression médiatique et judiciaire mais des gens normaux qui sous couvert d'être loin de tout ça ne s'insurge même pas (on est pas obligé d'aller dans la rue manifester mais être au moins révoltés c'est la moindre des choses à mon sens).

Perso' je prends toujours parti pour la victime de viol car contrairement à la croyance populaire (largement propagé par les films) on peut se remettre d'une fausse accusation ça peut être difficile mais c'est loin d'être impossible. Je m'en voudrais toute ma vie de pas avoir crut quelqu'un sous couvert de préjugé car être victime de viol et ne jamais être réparé au moins judiciarement c'est clairement plus impossible de s'en remettre.

Après je suis comme toutle monde (ou plutôt je l'étais) je peux très bien si je réfléchis pas plus d'une seconde aux faits je peux très bien me faire avoir par les médias ou dans le cas des affaires sur DSK et Nabilla être complètement soulés à point que je vuex même plus entendre parler( pour cette dernière c'était le comble les médias ont tourner une affaire criminel au banal fait divers de télé réalité à se demander où étaient les vrais journalistes car pour moi ils étaient clairement absent).

Et pour finir j'ai déjà eu affaire à des filles qui avaient ''mentit'' sur un prétendu viol mais avant de les traiter de menteuse j'ai cherché à comprendre pourquoi elles avaient dit ça et généralement on apprend qu'il a pas de fumée sans feu et que si il a pas eut viol il a eut tout aussi pire (bah oui on crie pas au viol si tout va bien généralement, si j'avais envie de manipuler mon monde je choisirais certainement pas ça comme astuce... Bref les mythes populaires ont la dent bien dure).

Encore bravo pour ton article ! C'est vital de nos jours je dirais on a la chance de pouvoir être informer alors il faut en profiter.

André Zapata a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Je rejoint l'avis de lk_c, me dire que je dois choisir un camp ça me vend moyen du rêve, surtout des situation que je connais pas.

Et décrédibiliser l’absence de prise de position avec l'argument que les fausses plaintes c'est rare ça me pose problème aussi.

Il s'agit déjà de plaintes pour viol (pas actes de violence, ni juste attouchements sexuels hein, viol avec pénétration), et plaintes enregistrées (donc démarche engageante, éventuellement sous serment). Et dans ces conditions là le chiffre serait de 2% à 8% (ce qui est loin d'être rare). On a donc aucune idée du vrai chiffre de fausse accusation et donc il serait bon d'arrêter de ressortir ce rapport du fbi à tort et à travers.

Alors là je sens venir l'argument "ah mais tu essaies de discréditer un argument féministe donc t'es un méchant et tu fais partie du problème". Je dirais juste "Non.".

grogneux a dit…

"ADJ : Puis je pense, même si a d’extrêmes rares fois il y s'agit de "fausses accusations" ce n'est pas une raison pour laisser l'homme concerné tranquille. Même si il a été accusé a tort, il devrait être forcé a se remettre en question, et a régler les dommages commis. Ce n'est pas innocent d'être accusé de viol ! "

Sérieusement ? Tu te rends compte qu'en retournant ton raisonnement, en retrouve exactement ce que tu critiques ?
"Oh elle a été violée, c'est vraie, mais elle est pas innocente, elle devrait remettre en question son comportement/sa tenue cette aguicheuse".

Non, je regrette, cette vision est aussi débile que son pendant machiste et ce n'est pas l'Etat de droit.

Pour le post en tant que tel, je suis d'accord avec le constat, mais alors absolument pas avec l'avis sur la neutralité : Évidemment que la neutralité est la meilleure manière d'agir ! Une neutralité qui passe par la demande que l'enquête soit menée de manière objective et poussée, sans avantage donné à aucune des 2 parties. Comment ensuite s'opposer aux arguments des partisans des violeurs, si c'est pour réutiliser leur méthodes de prise de partie sans rien savoir !?

Bref, votre indignation est parfaitement justifiée, mais votre sens de la justice est vraiment moyen. Que faites vous des 2 à 8 % des mecs qui n'ont en effet rien fait ? Ils doivent crever pour la cause ? La présomption d'innocence n'est pas un principe vide, il a un sens.

Et s'il vous plaît, que personne ne me fasse passer pour un violeur derrière, je suis physiquement incapable de faire du mal à quelqu'un et je suis tout aussi sensibilisé au féminisme que vous, mais ça ne justifie pas de laisser parler son cerveau reptilien.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Deux erreurs dans la première partie :
- en France, le viol étant un crime, même si la victime retire la plainte il y aura instruction des faits (s'ils semblent crédibles) par les forces de l'ordre.
- 2% des violeurs sont en prison, aussi parce qu'ils ressortent à la fin de leur peine... Il serait mieux d'avoir le % de condamnations (comparé au nombre de viols).
Bonne journée,

Anonyme a dit…

Omg cet article m'a vraiment bouleverser! ET cette liste! Je ne savais pas qu'autant de célébrités étaient des agresseurs sexuels! Merci beaucoup! C'est vrai que c'est dur de boycotter les oeuvres d'un artiste lorsqu'on les aime bien! J'adore Gaisbourg et Bowie et savoir ça d'eux me rend triste mais je pense que l'on peut aimer en sachant qui l'homme est/etait, il suffit d'en avoir conscience sans le défendre juste pour son talent ou sa notoriété lorsqu'il est accusé de viols ou d'agressions sexuelles.

La boite à concept a dit…

Bonjour, J ai arreter apres la 64 eme mention de " la culture du viol " dommage ca partais bien .

Anonyme a dit…

Contre exemple : James Deen. Accusé sur Twitter de violences par son ex compagne, sa carrière est foutue...

caroline a dit…

Super article!
Et Woody Allen dans tout ça?
Il est quand même marié avec sa fille!!

cbh a dit…

Bonjour !

Je me demandais : serait-il possible de traduire cet article ?

J'habite aux Etats Unis et le cas de Nate Parker fait pas mal de bruit (j'ai pas vu énormément d'articles français à son sujet, son film Birth of a Nation fait la tournée des festivals en ce moment et son viol sur une jeune fille il y a 17 ans - qui a fini par se suicider - a "ressurgi". La question de soutenir le film ou non, de la possibilité de séparer l'oeuvre de la personne est posée, il a répondu publiquement aux questions disant qu'après tout il avait été "acquitté"...) et je trouvais que ce strip était le bienvenu dans le débat (et bien sur, en général) :) Je trouve son cas similaire à celui de Roman Polanski, car une partie de l'opinion pense que comme son film Birth of a Nation parle de racisme et que c'est un sujet important, ça serait dommage de gâcher la portée possible de l'histoire avec "sa vie personnelle".

En bref (et pour ne pas parler plus longuement de cas de Nate Parker comme je serais capable de le faire), je n'ai pas spécialement de moyen pour diffuser votre article mais si jamais l'idée vous plait je suis en mesure de le traduire ! Ca ferait un peu de bien de rappeler certains faits.

Bonne journée !

Unknown a dit…

Je suis tout à fait d'accord sur l'ensemble de l'article sauf sur un point, il ne faut pas confondre un artiste et son oeuvre. Des types comme Bowie ou Polanski sont peut-être des connards mais ce n'est pas pour ça que tout ce qu'ils ont créés doit être rejeté.

Ipiu a dit…

On peut ajoute Johnny Haliday à la liste, qui a épousé la fille de son ami qu'il connaissait depuis sa petite enfance, et qui l'a d'ailleur accusé de l'avoir abusé enfant.

Stéphanie a dit…

Merci pour cette BD ! c'est important. Pour ma part, j'ai envie de savoir qui sont ces agresseurs afin de ne pas payer pour leurs œuvres (au pire : je télécharge gratuitement pour ne pas leur donner du fric).

Le réalisateur de X-men, Bryan Singer, a aussi été accusé d'agressions sexuels/viols.

Pour des références sur la culture du viol, je recommande plutôt le blog Antisexisme.net que CG : mieux référencé, plus rigoureux, et surtout la seconde ne se gêne pas pour copier la première à l'occasion !
https://antisexisme.net/category/culture-du-viol/
https://antisexisme.net/category/mythes-sur-le-viol-2/

Distrujet a dit…

Cet article a le courage d'aller à contre sens des vérités établies. Il est clair que selon qu'on est puissant et célèbre ou prof et anonyme, la "Justice" se comportera très différemment... Imagine-t-on deux profs relaxés au bénéfice du doute, comme Benzéma et Ribéry, après avoir couché avec 1 prostituée mineure? Ils seraient condamnés, inscrits au Fijais et révoqués... A Nice,quatre policiers accusés de viol par une prostituée en 2010 ont été acquittés au bénéfice du doute. A Rennes, un policier qui avait des antécédents de ce type a été accusé en 2010 aussi de main dans la culotte par une gamine de 9 ans et de pelotage aux seins par une de 16 ans. Leurs expertises et contre-expertises étaient cohérentes: relaxé au bénéfice du doute.Récemment, les deux policiers du Quai des orfèvres accusés de viol par une touriste canadienne qui avait leur sperme dans son vagin ont bénéficié d'un non-lieu au motif que les propos de la plaignante étaient incohérents...
Que dire de Matzneff, le plus célèbre pédophile de France, qui revendique quantité de victimes en Thaïlande et aux Philippines? Jamais inquiété, pas au Fijais. La Justice française, qui a compétence universelle pour juger des crimes commis en-dehors de son territoire ,aurait pu poursuivre DSK pour l'affaire N. Diallo (mais il a par contre été envoyé en correctionnelle par un juge d'instruction qui "voulait se faire plaisir", dans l'affaire du Carlton ,où il n'y avait pas lieu de le poursuivre, malgré la hideur de son irrespect pour le "matériel" à partouzes du Carlton et d'ailleurs).
L'affaire Polanski est sordide, car il a drogué, alcoolisé Samantha avant de l'entraîner ds un jacuzzi pour lui infliger un 1er viol bucco-génital. Puis il lui a demandé si elle avait déjà eu ses règles. Terrorisée malgré l'alcool & les cachets, elle a répondu que oui. Il l'a alors priée de se retourner et l'a sodomisée "par compassion, pour ne pas la mettre enceinte"! Il y avait un autre moyen... Néanmois, Bruno Icher, dans Télérama (du 11 au 17 juin, p.14) le défendait encore récemment au motif qu'il s'agissait d’une "vieille relation sexuelle"... Il s'agit d'un vieux viol sur mineur de moins de 15 ans avec circonstances aggravantes de relation d'autorité (sa mère l'avait confiée à P) et de victime affaiblie par les cachets & le champagne. Finkielkraut défendait Polanski au motif que Samantha "n'était même pas vierge" !! Admirable: on peut violer qqn au motif qu'il n'est pas vierge! Sous-entendu: elle avait déjà couché à 13 ans, donc c'était une salope... et c'est ce que la pauvre a entendu, sa mère devenant une mère maquerelle qui offre sa fille aux stars! Qu'il soit fils de déporté et victime de Manson ne légitime pas son viol (il a couché aussi avec Nastassia Kinski, âgée de 15 ans, mais c'était légal), comme vous le dites.
Irina Ionesco a tourné des films érotique et fait des photos montrant sa fille Eve nue de ses 5 ans à ses 12 ans... Un de ces fils est passé sur F3 vers 1976: il a été depuis classé pédo-pornographique.Elle été condamnée mais pas pour pédophilie. A voir, son film "My little princess",même si c'est atroce. Et que dire des photos d'Hamilton, de Larry Clark?

Par contre faut ptê pas exagérer: j'ai entendu ce matin qu'une femme se plaignait que D. Beaupain lui a "proposé des rel° sexuelles" en 2002... Même fait avec concupiscence ou mépris, est-ce un délit? Peut-on porter plainte contre qqn qui propose cela à une femme? dans ce cas, y en aurait bcp depuis que le monde est monde: "l'homme propose et la femme dispose". Dans "Le Télégramme", une femme se plaignait que Beaupain lui avait fait une "caresse appuyée sur le cou"... N'est- ce pas caricatural? Il y a des faits + graves ,j'en ai cité, et Beaupain semble un bouc émissaire facile.

Lunjei Teohmacl a dit…

Merci pour cette longue bd, je ne me suis pourtant pas attardé sur tous les sujets, car certains je pense déjà la même chose.
Merci notamment pour la fameuse liste de personnalité, c'est bien de rappeler que c'est gens ne sont pas des anges vierge de tout défaut.

Je fais peut être un peu de parano mais j'ai une phrase qui était tiré des X-files à sa grande époque "Thrust no one" "Ne fait confiance à personne"

Et qu'est-ce que je fais bien d'appliquer cette règle au quotidien. Car le nombre de gens qui (se) mentent pour se glorifier, se mettre en avant etc... je penses à des hommes principalement, C'est fatiguant, honteux etc...

Alors les personnalités médiatique... c'est média=égo²
Toutes les stats de leur personnalité mise au carré, les bons comme les mauvais.

kismyder a dit…

J'ai beaucoup appris, je connaissais pas grand chose de ce sujet et des histoires autour de ces gens mais ça fait vraiment froid dans le dos et mal au coeur, c'est très bien expliqué !
Le message est bien passé ! Bravo et merci !

Sceptique a dit…

Deux remarque quand même sur le chiffre "2% à 8%" et l'incitation à la présomption de culpabilité.

1) Très peu d'études concernant le taux de fausses accusations, et la plupart sont plutôt à 8%. Toutes ne considèrent comme fausse accusation que les cas certains de mensonge. Par exemple, certaines ne considèrent comme "fausse accusation" que les cas ou la "victime" a reconnu plus tard avoir menti... Il y a pas mal de biais qui peuvent faire varier l'estimation à la hausse ou à la baisse voir l'article wikipedia :
https://en.wikipedia.org/wiki/False_accusation_of_rape

2) Depuis 1989, le taux d'hommes accusés de viols et innocentés par le FBI grâce à l'ADN est de l'ordre de 25% ("Every year since 1989, in about 25 percent of the sexual assault cases referred to the FBI where results could be obtained (primarily by State and local law enforcement), the primary suspect has been excluded by forensic DNA testing." : https://www.ncjrs.gov/txtfiles/dnaevid.txt)

Bien sur, ça veut pas dire que dans 25% des cas la victime n'a pas été violée. Mais dans 25% des cas au moins, la personne accusée n'est pas le coupable (Et oui, alcools, drogues, masques et autres outils permettent au violeur d'agir sans que sa victime soit en mesure de le reconnaître avec certitude).

La présomption de culpabilité pour un crime aussi grave que le viol n'est pas acceptable, même si les chiffres étaient fiables et faibles, et ils ne sont ni fiables, ni faibles.






Unknown a dit…

Juste un petit mot, parce qu'un détail me chiffonne. L'article est pas mal, même si un peu trop brouillon à mon goût (tu sautes un peu le coq et l'âne, si tu veux mon avis). Cependant, tu sembles trouver scandaleux qu'après être condamnés (jamais pour viol, ça on a bien compris, tu prends quand même un peu tes lecteurs pour des buses en te répétant autant, après peut être que tu as un public de niche) ils continuent de bosser. Tu cites à un moment Manson (Charles, pas Marilyn), qui a sorti une paire de bouquins alors même qu'il était derrière les barreaux. Pire, il s'y est même marié avec une petite jeune. Le fait que ces personnes n'aient pas réglé leur compte envers la société, mais surtout leurs victimes est détestable, mais tu pensais tout de même pas que ce genre de personnes allaient finir leurs jours en position foetale dans un coin de leur baraque en suçant leur pouce, si? Même si ils faisaient un vrai temps de prison, un truc qui correspondraient à leur crime (20 ans de tôle pour du cannabis contre 3 mois pour viol, c'est sûr que si tu te bases sur l'injustice caractéristique des USA, tu vas nous faire un caca nerveux ^^), ils seraient encore capable de pondre un bouquin, de faire des trucs. Et ça marcherait sans doute. Regarde Cohn-Bendit, toujours en poste malgré ses propos dégueulasses, qui présagent d'actes passés plus qu'odieux... Et puis, je place, juste pour la parité, le cas contraire, qui montre bien que la célébrité dispense de justice: en France on crucifie Sauvage, mais on réhabilite Nabilla...

Anonyme a dit…

Sous-entendu : tant pis s'il s'est suicidé, c'est sans doute qu'il avait quelque chose à se reprocher ?

Anonyme a dit…

Je suis presque entièrement d'accord avec cet article (a part la diabolisation de la différence d'âge qui m'énerve mais bon ...) D'ailleurs autre chose qui me vient à l'esprit et qui m'enerve .. c'est que ces gens, ces artistes, bien qu'ils soient coupables, et ben ils ont du talent .. et je crois que le probleme est là c'est que les gens ne fassent pas de séparation entre talent et personnalité entière ... "mais comment qqun de si talentueux et qui incarne un si bon, beau .. etc peut-il etre "mauvais" ?!!" bah si ça se peut et c'est très enervant et très dur de faire cette séparation. Mais pareil que Mirion, j'essaye de ne plus payer pour les oeuvres (films, musique ...) de ces gens là mais des fois je ne peux m'empecher de penser en regardant un film d'Allen "bon sang ce que ça envoie du pâté ..." grumpf !
Et ce qui me tue, c'est que les peines pour les stars masculines ... simple exemple : simple vol en magasin pour Winona Ryder = fin de sa carrière ; viols prouvés par A+B pour Woody Allen = sa femme est juste jalouse, vous êtes tous jaloux = carrière qui continue plus que bien ........... bref ces constats m'enervent et me désolent

Cheaib Hana a dit…

1 faute : dans la liste Klaus kinski, il avoue aimer et pas aimé.
Du reste bravo c'est très parlant. Merci pour toutes les victimes

Anonyme a dit…

j'ai pas lu tous les commentaires, mais je vois que la plupart commencent par "super article", donc je me dit que peut-être, je dis bien peut être, apporter un point de vue différent ne ferait pas de mal.

bref, je suis un mec.

effectivement je comprends bien le désarroi dans lequel peut se trouver une femme a qui on demanderait de prouver ses accusations.

Mais.

en toute honnêteté, on a tous en têtes des histoires de couples qui se séparent et dont la nana (en temps que mec, c'est ce coté qui m'intéresse, j’espère que ça se comprends) part complètement en couille dans une rage destructrice. genre balancer / bruler toutes les affaires, ou que sais-je (que Mr. ait véritablement été un goujat est une autre histoire).

Par exemple le livre de Valérie Trierweiler ça vous dit quelque chose ?
je sais pas ce que vous en pensez, mais il faut une sacrée dédication pour écrire un livre juste pour le plaisir de nuire a son ex (et se faire quelques sous dans la filée, mais bref).

Donc de mon point de vue de mec, est-ce qu'une fausse accusation de viol c'est vraiment plus improbable ? en toute honnêteté, pas vraiment, ça me semble une façon efficace de nuire a quelqu'un même.

Par contre, a en lire cet article, ce que vous souhaitez, c'est qu'une femme qui se dise violée / battue soit crue sur parole, toujours, tout le temps. pas besoin de preuves, pas besoin de poser de questions, hop ! en tôle direct, on brûle votre œuvre et on force les gens qui vous aiment a vous détester. (ne me demandez pas comment).

c'est ça que vous voulez ?
- meu noooon...holala~
- ben en fait si, c'est très exactement ça que vous voulez, c'est même écrit noir sur blanc, et je cite :

"Si vous ne croyez pas les victimes, vous créez activement le sexisme" - croire sur parole ✔
Jian Ghomeshi "au final, il a juste été viré" - en prison, et que ça saute ✔
La liste des célébrités et tout l'article en fait - on brule votre œuvre etc... ✔

alors oui, vous allez me dire que les fausses accusations sont rarissimes, ce qui est vrai, certes, mais est-ce que ça ne serait pas le cas justement parce qu'on ne vous croit pas sur parole ?

admettons que je sois roi du monde (et viscéralement féministe), je claque des doigts, et hop ! Ma parole fait loi : toute femme qui se dit victime de viol ou de violences conjugales doit être crue sur parole.

vous croyez que la suite des évènements ça sera quoi ? qu'est-ce qui me dit qu'une nana ne va pas m'accuser de viol pour se venger de l'avoir repoussée/larguée/trompée ou je ne sais quelle foutaise ?

ça vous semble complètement con ? c'est sans doute le cas, mais si vous me le permettez, battre sa nana aussi ça me semble complètement con. mais les hommes ont cette peur -peut etre irrationnelle- de se faire accuser de ce genre de saloperies alors qu'ils n'ont rien fait, c'est d'autant plus vrai si on s'imagine comme quelqu'un de célèbre. donc non, on ne vous croit pas sur parole.

donc pour résumer ma pensée : oui le viol et les violences conjugales sont quelque chose d’inacceptable, mais de la même façon que pour Polansky, avoir vécu des trucs horribles ne lui donne pas le droit d’être un criminel, avoir été victime de viol ne donne pas a une femme le droit de s'affranchir du fonctionnement de la justice.

pour finir il faut pas oublier deux choses : la justice américaine est un peu bancale, et les stars en tout genre sont elles aussi un peu bancales en fait la célébrité ça a tendance a monter a la tete...




Ps: quand a Gainsbourg, tant que tout le monde est consentant je ne vois pas qui est en droit de se plaindre.

Ju a dit…

Alors déjà je suis complètement d'accord sur le FOND, mais tu prends beaucoup de tes chiffres de la vidéo de cette youtubeuse, qui s'est faite critiquer concernant ses sources et ses façons de raisonner, notamment dans cette video : https://www.youtube.com/watch?v=-zvnB-BTNbU où les sources sont citées et analysées de façon assez complète.
Alors je n'ai pas vérifié les sources moi même et je suis d'accord sur le fond de ton article, mais c'est dommage de citer des chiffres qui n'ont pour source quasiment qu'une video de youtube et qui sont mis en avant dans le but de choquer, parce que ça fait perdre de la crédibilité à ton propos, qui s'en sortirait très bien sans cette histoire de 2 à 8 % de fausses allégations.

Anonyme a dit…

Vous avez parfaitement raison.
De plus, sous la forme de dessins et de textes, c'est plus lisible pour beaucoup de monde.
Je suis un homme et j'avoue que parfois je mets en doute la parole des victimes féminines de viols ou de violences par parti pris, parce que l'auteur est une personne connue que j'aime bien. Il faut que je change ça.
Par contre, lorsque le viol ou la violence se passe dans un milieu non connu, là je crois toujours la victime. Parce que ma frangine a vécu ça et qu'une bonne partie de la famille ne l'a pas crue. Moi je l'ai toujours soutenue, bien sûr, ma frangine. C'est insupportable de ne pas être crue. Et c'est insupportable d'entendre les mots qui sont utilisés.
Pour en revenir aux peoples coupables, il faut ternir leur image, casser leur aura, car ils sont souvent des exemples notamment pour les jeunes.

Anonyme a dit…

Très bon article, tout en image! Tout ceci ne fait que contribuer à cet état d'esprit "global" qui fait que de plus en plus de jeunes filles n'osent même pas aller porter plainte ou tout simplement en parler à leurs proches lorsqu'elles sont victimes de telles violences.

Je vois beaucoup de personnes dans les commentaires sortirent l'excuse de "la majorité sexuelle" (15 ans en France) qui en réalité est là pour protéger les mineur(e)s ayant des relations avec.... des mineur(e)s!

Il est indispensable à mon avis de "lié" l’œuvre et l'artiste car c'est derrière leur célébrité (en tant qu'artiste) que ces ordures se cachent et c'est en utilisant l'argent qu'ils se font quand NOUS allons voir leur film/achetons leur CDs/DVDs/etc qu'ils peuvent échapper à la justice.

Anonyme a dit…

Coucou !

Je venais te remercier pour ce grand travail, c'est super bien documenté et argumenté, et je souscris à à la démonstration de l'impunité des hommes célèbres.

Par contre y a une vignette qui a été dure à lire pour moi, je te le dis sachant que je suis bombardée de remarques antisémites depuis quelques jours donc je suis peut-être à fleur de peau, mais je pense qu'il y a un vrai truc qui me gêne dedans. C'est celle où tu dessines une étoile de David pour illustrer l'idée qu'on pardonne volontiers à Polanski à cause de ce qu'il a vécu au début de sa vie. Je passe déjà sur le fait que c'est bizarre de dessiner comme ça une étoile de David abîmée (est-ce dans l'esprit la fameuse "étoile jaune" ? Si oui, elle est en plus contextuellement fausse) ; si non, ça reste un symbole grave et important et pour illustrer un réquisitoire (justifié) contre les hommes célèbres je le trouve un peu HS, voire assez inapproprié.

Mais surtout, ce qui me dérange, c'est que même si tu ne le formules pas comme ça, et même si je suis certaine que tu ne l'as pas du tout fait en ce sens, ce genre d'argument vient d'un fonds antisémite récurrent. C'est un lieu commun dans la rhétorique antisémite de dire qu'on pardonnerait aux juifs/juives à cause de ce qu'ils ont subi pendant l'Holocauste, ou que "oh là là on ne peut même plus critiquer les juifs/juives à cause de l'Holocauste", voire même que les juifs/juives utiliseraient l'Holocauste pour susciter la pitié et ainsi faire accepter des actes criminels. Sachant qu'en vrai, l'empathie pour le fait que nos familles se soient fait éliminées est très restreinte dans la vie réelle (c'est un fantasme qu'ont pas mal de non-juifs/juives).

Du coup je sais bien que ce que tu voulais montrer, c'est qu'on avait tendance à trouver des excuses à Polanski. Mais je me demande si le fait de toucher du doigt, même involontairement, un fonds antisémite très puissant n'est pas dangereux. Je sais que tu as fait beaucoup de travail pour cette BD et que tu ne peux pas contrôler à fond chaque vignette, et pour le coup mon commentaire n'est pas un blâme. Mais parler de Polanskyi "transformé en martyr" avec une étoile de David dessous, bon, ça peut produire un effet qui n'est pas celui que tu escomptais...

Je me demande si ça mériterait pas une reformulation, si ça te semble pertinent et si un jour tu as le temps, autour de l'idée que pour excuser un violeur on est prêt à aller puiser des faits complètement hors-sujet avec le viol dans sa biographie - faits dont les médias se désintéressent le reste du temps -, en insistant sur l'opportunisme d'une telle rhétorique(qui ne répond à aucune sollicitude réelle). Mais désolée, je ne sais pas résumer comme toi :-s

Bon courage pour la suite et vaille que vaille !

Anonyme a dit…

(Re ! pour te montrer que je ne fabule pas, j'ai fait une recherche Google de 2 secondes pour trouver quantité d'articles expliquant que si Polanski n'a pas été condamné, c'est parce qu'on avait pitié de lui à cause de l'Holocauste : ce sont tous des sites comme Egal*teetreconc*l*ation, des sites négationnistes. Cela concerne aussi les commentaires sous les articles des journaux mainstream (LePo*nt, etc). Je ne mets pas les liens pour ne pas susciter de trafic mais tu pourra les retrouver aisément.)

Anonyme a dit…

"Se cacher derrière la neutralité est pitoyable", et qui êtes vous pour vous permettre ce genre de jugement ? Quand on ne connaît aucun des protagonistes, qu'on a pas les éléments du dossier, qu'on est complètement hors d'une affaire, et bien autant la laisser aux juges plutôt que d'y aller de son commentaire. Par neutralité il s'agit de ne pas remettre en doute la parole de la victime mais de ne pas aller traîner dans la boue l'accusé. C'est une façon d'apprehender les choses assez logiques quand on a été confrontée à un suicide. Je suis d'accord avec l'article mais l'aspect moralisateur de votre commentaire. sous le prétexte de chiffres "qui montrent que", m'horripile. Un suicide ce n'est pas une erreur négligeable qui s'efface après le passage des statistiques.

Anonyme a dit…

Comme d'habitude l'intention est bonne mais tout le long, le texte truffé (infesté) de raccourcis, de rumeurs nauséabondes, de jugements à la va-vite et d'insinuations pestilentielles.

Continuez comme ça et vous finirez aigries et pas grand monde ne se ralliera à cette cause noble qu'est la lutte contre les discriminsations faites aux femmes.

C'est incroyable un tel manque de méthode sur une question d'actualité et on ne peut plus pertinente. Je comprendrais si la colonne vertébrale de cette BD était les 'personnes connues' ayant été condamnées mais vous mettez (à dessein je le soupçonne, tout le monde dans le même sac). Dans quel monde vivez-vous pour ignorer que les accusations farfelues ou ayant uniquement pour but de salir l'agresseur présumé, sa famille, ou son couple ça existe?

Je suis désolé mais les violences sexuelles c'est comme toutes les autres infractions, si on est poursuivi, puis condamné (ayant fait appel ou pas), on sert sa 'peine' et on paye sa dette à la société. Et voilà! Vous n'êtes pas content(e)s, créez votre monde où votre police et justice éternelle fera foi... En attendant, trouvez autre chose.

Il y a énormément de problèmes avec la façon dont les cas de violences sexuelles et sexistes sont traitées (fussent-ils de 'célébrités' ou de personnes lambda) mais les raccourcis que vous empruntez tout au long de votre BD n'aident en rien la cause, quant au 'boycott', je me garderais de traduire en mot ce que cette idée a provoqué à mon système digestif.

Le nombre de fois où les termes 'accuser' accusations' 'allégations' sont utilisés traduit à suffisance l'objectif de l'auteur de cette B.D. Le but n'est pas de provoquer un changement dans la façon dont nous appréhendons cette question complexe que sont les violences sexuelles et sexistes mais bel bien:"Un homme,q u'il soit artiste ou pas, accusé de ce type d'infractions, doit voir sa carrière brisée. Personne ne doit l'aimer, lui pardonner, 'put things in perspective'... ce qu'il a fait est tellement grave qu'il ne mérite pas de deuxième chance ou même de soutien (quand il conteste les accusations proférées contre lui)'.

Cette angle d'attaque dessert depuis la nuit des temps la cause des femmes car, de cette façon, elles sont toujours placées en victimes (de la société, des hommes, du système judiciaire, des média) au lieu de poser les vraies questions, d'être rigoureux dans le raisonnement, les chiffres, être nuancé... Bref étant un homme africain noir ayant vécu aux USA et en Europe, je me sens proche des difficultés que les femmes rencontrent MAIS cette stratégie hystérique (que je perçois dans cette B.D.) est et restera longtemps encore, à mon avis, contre productive.

Bon courage.

Anonyme a dit…

Je fais également partie de ces personnes qui, bien que trouvant votre indignation justifiée par rapport à cette thématique, ait failli arrêter de lire au moment où vous avez remis en cause le principe de neutralité.

La justice est ce qu'elle est. Elle n'est pas parfaite. Mais ce n'est pas en la rendant favorable aux accusateurs qu'on l'améliorera, bien au contraire. Pour être meilleure, la justice doit être plus neutre, plus équitable. Retourner la charge de la preuve à l'accusé et non pas à l'accusateur est immensément dangereux pour des raisons qui paraissent évidentes.

Dans votre article, vous vous mettez à la place de la victime pour qui vous éprouvez visiblement plus d'empathie. C'est ce que les gens ont tendance à faire car, de par notre nature humaine, altruiste, on ne supporte pas la souffrance des autres. Seulement, il faut aller au delà. Se mettre également à la place de l'accusé. Et si vous avez du mal à vous mettre dans la peau d'un type accusé, à tort ou à raison, d'un viol, imaginez que vous soyez son frère ou sa mère. Qu'il soit coupable ou non, vous attendriez de la justice qu'elle laisse votre frère/fils se défendre j'imagine ?
Et bien la justice doit prendre en compte ces deux points de vue pour devenir une tierce partie. Mon père a été juré lors d'un tribunal et l'une des choses qu'on lui a dit là bas, c'est qu'un bon jugement est un jugement accepté par la victime ET le coupable.

Ne colportez pas non plus cette idée selon lesquels les juges, en se levant le matin, se demandent quels coupables ils vont libérer aujourd'hui. Ce sont des hommes et des femmes dans toute leur imperfection humaine. Ils font des erreurs mais le système a de ça de bien fichu qu'il est prévu qu'ils doivent motiver leur jugement par des faits. Un juge ne peut décemment pas motiver la libération d'un accusé par un "j'aime bien ses films alors il ne peut pas être coupable".

Bref, c'est dommage. Votre indignation est justifiée et votre cause est bonne mais vos moyens proposés sont franchement critiquables.

Kaori a dit…

Merci pour cet article !

Par contre j'en rejoins plusieurs sur Gainsbourg !

Constance a raconté son histoire, et c'était une belle histoire !

Elle avait 17 ans au premier rapport sexuel entre eux et était consentante.

J'ai une fille (qui pour le moment n'a que 5 ans et demi) et j'ai essayé de m'imaginer cette situation quand elle aura 17 ans.

Et bien honnêtement, je crois que ça ne me choquerait pas plus qu'elle ait une histoire avec un homme de plus de 50 ans mais doux et attentionné qu'une histoire avec un gamin de son âge qui lui demande des fellations dans les toilettes du lycée...

Bref, pour moi Gainsbourg n'a pas sa place ici...

C'était juste mon bémol...

Anonyme a dit…

À l'époque, justement, le passé de déporté de Polanski a été abondamment utilisé comme circonstances atténuantes et pas mal de gens l'ont soutenu par pure solidarité communautaire.
Si on ne veut pas continuer à retuer indéfiniment les victimes de la Shoah, justement, dénonçons quand leur mort sert de caution morale pour exonérer des crimes.

Anonyme a dit…

J'ai été lire tes twittes sur la différence d'âge et j'ai pleuré.

Donc mon copain de 26 ans quand j'avais 16 ans et qui me respectait comme pas possible était un gros pédophile.

Donc mon copain de quand j'avais 18 ans, qui avait mon âge, qui me traitait super mal, est un mec normal.

Donc mon copain actuel, qui a 42 ans et moi qui en est 22 (je l'ai rencontré à 19ans) qui n'a même pas vraiment de libido est un gros connard avec des problèmes psy qui méritent de crever.

C'est déchirant de voir des personnes qu'on aime traitées comme ça. Et je pense qu'il pleurerait aussi si je lui montrais tout ce que tu dis, car purée, c'est horrible et super culpabilisant. (Et je suis sûre que tu dirais "Olalah pauvre chou de 1000ans qui pleure car il est taré de sortir avec une nana de moins de 20ans)

J'ai pas envie de t'insulter car je suis pas comme ça et que j'aime tes autres notes mais merci pour la crise de larmes et l'insomnie et la culpabilité que j'ai par apport à mon choix d'être avec. Merci beaucoup d'essayer de le faire passer pour un gros pervers aux yeux des gens et au miens, comme si c'était pas déjà assez difficile de supporter le regard des autres

Anonyme a dit…

Qui en aie* mérite* aux*.
J'écris depuis mon téléphone.

Mirion a dit…

Merci pour tous les commentaires, j'y répondrais bien sûr (souvent j'attends quelques jours pour pouvoir regrouper les remarques et y répondre plus efficacement).

Je vais juste répondre à la dernière Anonyme pour l'instant.
Premièrement, je ne juge pas les personnes plus jeunes qui sortent avec des personnes plus vieilles et tu remarqueras que je ne me suis pas exprimée dessus.
Ensuite je ne veux pas faire de la psychologie de comptoir, mais j'ai plus tendance à croire à une relation saine pour une personne de plus de 20ans (car pour moi c'est l'entrée dans l'âge adulte). Enfin "tendance à croire" dans le sens que c'est pas aussi simple que des relations adultes-enfants/ado. Je pense qu'à ce moment là, on a deux personnes adultes. Là où je critiquais c'est quand c'est systématique : si un gars de 40 ans ne recherche que des relations avec des femmes de 20 ans, oui c'est problématique car ça repose sur un système sexiste et que ça veut dire quelque chose sur la recherche de pouvoir du gars (mais c'est pas la même chose).
J'arrive pas à croire que je doive me justifier de trouver problématique qu'un adulte fantasme et/ou ai des relations avec des gens de 16ans. Je veux pas parler de tes expériences, si jamais elles ont été positives c'est cool, vraiment, mais tu fais aussi ce que tu as l'air de me reprocher (généralité). Sauf que dans l'autre sens ça repose pas que sur sain ou pas, ça repose sur un système qui sexualise les corps des jeunes filles aux yeux des hommes adultes, qui entretient des fantasmes qui lient pouvoir et romantisme, et où tous les rapports sociaux sont en faveurs des adultes dans ces cas là (surtout si ils sont hommes, même si l'inverse existe aussi, même si moins systémique).
Une personne de 16 ans c'est pas un adulte, je ne veux pas nier leur maturité, leur intelligence, leur capacité de réflexion, la plupart des ado de 16 ans sont merveilleux.ses et bien plus malins que beaucoup de gens plus vieux, mais je sais pas, on peut pas nier que sur un plan relationnel et sexuel ce ne sont pas des adultes !!!
Et encore une fois, des adultes qui recherchent ou fantasment sur ces relations, oui, pour moi c'est grave. 16 ans (ou 18 ans) mais je sais pas, on est des bébés à ce moment là !! D'ailleurs, il n'y a pas chez les femmes adultes la création de ce fantasme du jeune garçon adolescent (même si ces relations existent et reposent sur d'autre rapports de forces), au contraire, le sexy chez l'homme c'est le vieux.
Je sais pas, il faut sortir du cas par cas et réfléchir au système en général et aux rapport de force qui le régissent.

Bon il est trois heures du matin ici alors je suis peut être pas très claire mais en gros : je suis sincèrement désolée de t'avoir angoissée, je pense que ton cas est différent mais je suis désolée, je reste sur mes propos pour les ado et j'avoue que je trouve ça incroyable de devoir me justifier sur ça. Et désolée si j'ai un ton un peu dur, je suis vraiment peinée de t'avoir causé du trouble, c'est juste que là je suis fatiguée + répondre à un commentaire avec à la fois mes émotions et ma logique c'est pas le top à cette heure là. Bref, j'espère que j'ai quand même un peu mieux posé mon point de vue.

Anonyme a dit…

La Blogosphère et la culture du lynchage

Je suis consterné mais guère étonné par ce que je lis (aussi bien dans la charge de Madame Malle que dans les commentaires).
Madame Malle utilise les mêmes armes que ses adversaires: glissements intellectuels, délation, "justice" émotionnelle.

1- le premier glissement, et le plus grave, est de d'escamoter la notion d'accusateur/accusé pour celui d'agresseur/victime. Du coup, vous n'avez plus le choix, vois êtes obligé de soutenir les victimes puisque sinon vous êtes un salaud. Heureusement que la Justice ne fonctionne pas comme ça (en tout cas théoriquement). La Justice n'est pas là pour CROIRE les victimes mais pour PRENDRE en compte la DÉPOSITION des accusateurs avec le plus grand soin. Mais avec Madame Malle, le bûcher est déjà prêt.

2- Deuxième glissement. Les chiffres. La statistique n'est pas la justice. Si 1% des accusations sont fausses, on ne doit pas déroger au principe qu'un accusé est à la présomption d'innocence. c'est la seule manière d'empêche d'enfermer un innocent. D'autre part, je note que ce chiffre est issue d'une "excellente vidéo". Bravo pour la rigueur intellectuelle, mais nous y viendrons plus tard.

3_Madame Malle a une tendance au flou artistique concernant les "gens". Avec cette idée qui dénote un certain mépris:le public, les gens, "mon coco". Elle a tout compris et la plèbe si bête. Mais qui sont ces gens? quelle proportion de la population? quelle crédit donnent-ils à ce phénomène?

4-Très grave aussi, les sources. Donc une "vidéo excellente", "Google est là". Mais c'est là l'avenir de l'opinion: bloggeurs, agitateurs médiatiques, etc, qui ne font pas de travail de terrain. Je ne demande pas à un bloggeur de faire ce travail (on n'y croit guère), mais au moins peut-il étayer ses propos à partir de travaux de sociologues, d'enquêtes, bref, de gens qui n'ont pas construit leur réflexion sur des articles GOOGLE.

5-le déflationniste. Merveilleux, on met des listes. quel courage. Dans le même sac: des gens condamnés, des non-condamnés, des blanchis etc… sûrement une liste chopée sur Google.


LA CONCLUSION: la question de l'amateurisme se pose. Les nouvelles technologies donnent une empileur inédite à des propos mal étayés, paresseux, dénués de tout travail rigoureux. Doit-on faire tourner des propos de comptoirs et en faire aujourd'hui notre support pour façonner nos opinions et nos idée? Je pense que malheureusement il n'y a pas grand chose à faire, la société de la transparence te de la médiocrité est en marche et rien ne pourra l'arrêter.

Gal a dit…

Coucou,

Je suis tombée sur ton article via la page Facebook du Meufisme. Je l'ai dévoré et j'ai totalement adoré.

C'est vraiment une cause qui me tient à cœur. J'essaye de me battre tant bien que mal pour que les femmes aient les mêmes droits que les hommes et ne soient plus vues comme de vulgaires objets.

Certes, je ne le fais pas à grande échelle. J'ai 18 ans et je viens tout juste de sortir du secondaire. Mais je m'implique quand même pas mal pour ce que je crois et ce dont je suis sûre est juste.

Bref, pour en revenir à ce pourquoi je t'écris ce commentaire, je tiens un site web où je parle de ma vie étudiante et de comment je fais pour m'en sortir en tant que telle dans une grande ville. Je parle d'autres sujets qui me passionnent comme voyager.

Mais j'aimerais pouvoir parler des droits de la femme. Je me demandais donc, vu que mon site est en anglais et que j'ai particulièrement adoré ton article, si tu voulais bien que je traduise ta BD en anglais et que je la poste sur mon site en mentionnant bien évidemment qu'elle vient de toi.

Ce serait vraiment génial. Et je ne voudrais pas utiliser ton contenu sans ta permission. Donc si tu refuses, je comprendrais totalement.

Merci d'avance et bonne continuation,
Gal de 2 Feet On Earth :)

Natayolie a dit…

Ouah les résistances à l'analyse des mécanismes que tu décris Mirion sont violentes.

Moi non plus je ne comprends pas que tu aies à te justifier sur le fait que NON UN ADULTE QUI SE TAPE DES FILLES DE 16 ANS C'EST PAS SAIN.

C'est quand même dingue, la pauvre Anonyme qui vient te mettre sa crise de larmes sur les épaules parce que #notallmen, mais on est où? Tu te vois Anonyme à ton âge aujourd'hui adulte sortir avec un mec de 16 ans?

Ca n'a rien à voir avec être un connard ou pas, c'est un autre problème en fait. Une personne à 16 ans n'est pas du tout matûre du point de vue sexuel et relationnel par rapport à un adulte, et pourtant les filles sont amenées à croire que si. Elles croient que c'est de leur âge parce que les meufs du porno chic affichées pour vendre du sac à main ou du parfum elles ont leur âge ou la morphologie de leur âge, et puis parce qu'elles se sont senties désirées, se sont faites harcelées, suivre, matées par des adultes depuis qu'elles ont 11 ou 12 ans, alors elles mêmes croient que tout est normal. Et dans ce bain là les hommes aussi croient que c'est normal. Mais non, c'est intrinséquement abusif.
Accepter une relation aussi déséquilibrée, c'est quelque chose qui va dans le sens de ce que nous vend le patriarcat, l'homme rassurant, qui prends des décisions, qui sait mieux que la femme... Et quoi de plus naturel dans un rapport avec une telle différence d'âge?

Moi aussi en tant que nana j'ai eu à 18 ans une relation avec un mec de 15 ans de plus et sur le coup je l'ai bien vécu, mais aujourd'hui je me demande bien quel respect il pouvait avoir de moi, spoiler : pas tellement.
Il avait un tel ascendant du fait de son âge que même en étant gentil il avait toujours le "pouvoir", concrètement j'étais facilement manipulable, et il en a profité indirectement avec les meilleures intention du monde.
Et avec le recul, je me rend compte qu'il était comme un coq en pâte avec sa petite nana qui fait pas chier! C'est mon histoire, sans doute pas la tienne, mais les mécanismes sont intrinsèques et je ne vois pas en quoi tu aurais pu y échapper. Attends d'avoir l'âge de tes partenaires et regarde les personnes qui ont l'âge que tu avais au moment ou tu as eu ces relations, ça te sautera aux yeux.

Natayolie a dit…

Et pour Gainsbourg, en plus de cette relation problématique il était alcoolique et violent il l'a reconnu lui même, c'est connu :

« Jane est partie par ma faute, je faisais trop d’abus. Je rentrais complètement pété, je lui tapais dessus. Quand elle m'engueulait ça me plaisait pas, 2sec de trop et paf... elle en a subi avec moi, mais ensuite c'est devenu une affection éternelle ».

Ok, on peut faire mieux comme marques d'affection.

Anonyme a dit…

« Et encore une fois, des adultes qui recherchent ou fantasment sur ces relations, oui, pour moi c'est grave. 16 ans (ou 18 ans) mais je sais pas, on est des bébés à ce moment là !! »

Des bébés… qui couchent ensemble (âge moyen du premier rapport : 17ans et quelques). Donc entre eux c'est un consentement éclairé, mais pas avec des partenaires plus vieux ?

« D'ailleurs, il n'y a pas chez les femmes adultes la création de ce fantasme du jeune garçon adolescent (même si ces relations existent et reposent sur d'autre rapports de forces), »

Je tape "dalida" dans youtube, première proposition. Il y aurait bien d'autres exemples (pour ce qui me vient, le film Perfect Mothers d'Anne Fontaine, Julien Sorel et Mme de Rênal, etc.).

Faut-il mettre tout cela à l'index ?

« au contraire, le sexy chez l'homme c'est le vieux. »

Je ne vois pas bien l'opposition avec ce qui précède, si vous sous-endendez que les adolescents sont insensibles au charme des femmes mûres, vous vous plantez complètement. Est-il bon qu'elles y répondent ? C'est dans l'absolu une question… de curé. (Et dans tous les cas, si en France la majorité sexuelle est fixée à 15 ans, il existe le délit de détournement de mineur quand les responsables du mineur estiment que l'emprise de l'adulte est délétère).

« Je sais pas, il faut sortir du cas par cas et réfléchir au système en général et aux rapport de force qui le régissent. »

Bon courage déjà pour définir ce qu'est une relation amoureuse normale et l'être humain normal. L'amour (je dis bien l'amour, pas le couple) n'est pas un marché où chacun vient trouver un deal équitable. Au contraire, ici tout le monde ne réclame qu'à abuser et être abusé, et s'il est des natures faites pour tout donner d'autres le sont pour tout prendre.

XZ.

de passage a dit…

Merci pour ce superbe article, Mirion.

Une chose qui me laisse rêveuse, c'est qu'on peut voir beaucoup de films avec de pauvres hommes injustement accusés et dont la vie est pourrie tandis que les films mettant en scène une femme qui se reconstruit après un viol et dont le parcours et la reconstruction sont présentés de façon crédible... eh bien, à part "une histoire banale", je ne vois pas. Pourquoi? Parce que les hommes qui souffrent, ça fait vendre et les femmes qui souffrent, ça n'intéresse personne?

Bonne journée

Anonyme a dit…

Croire de façon unilatérale et absolue à une version plutôt qu'à une autre, c'est de fait déclarer coupable une personne sans jugement. C'est le concept du lynchage de masse en place publique et la raison pour laquelle la justice existe dans nos sociétés civiles. Que cette dernière puisse être faillible et défectueuse ne cautionne pas, à mon sens, un retour aux fourches et au nœud coulant.
Par ailleurs, je trouve étrange de minimiser la destruction psychologique des faussement accusés, dont on réfute le déni sans preuves ni arguments, tout en insistant sur l'horreur éprouvée par les victimes lorsqu'on refuse de les croire. Et que les faussement accusés soient rares ne justifie pas d'en faire les victimes expiatoires d'une revanche à l'encontre d'une situation qui serait à leur avantage. La justice ne juge pas des chiffres, des pourcentages ou une situation globale, mais des individus.
D'autre part, j'estime que partir de l'impunité des personnes célèbres pour produire une réflexion globale est spécieux. Il existe autour de ces gens un phénomène psychosocial de mise sur piédestal, d'élévation au rang de "héros" qui contribue grandement à leur accès à l'impunité sociale et judiciaire. Et ce phénomène a beau être injuste et odieux, il est, à mon sens, problématique d'appliquer l'indignation justifiée qu'il produit à la globalité des situations qui sont similaires dans les faits mais pas dans les circonstances psychosociales les entourant.

Bref, voilà quelques points qui m'ont gênée à la lecture de cet article dont je partage pourtant l'opinion à plusieurs endroits. Et si mes réticences et mes interrogations font de moi "une partie du problème", j'accepte ma cocarde de "grosse naze" sans honte.

Et une dernière chose (qui est plus un "détail") : la carrière de Cantat est finie, dire le contraire, qu'on apprécie son œuvre ou non, est malhonnête. Son ancien groupe a éclaté, le nouveau est pour le moins confidentiel et hors du rayonnement de tous projecteurs, la plupart de ses projets capotent, et quelques featurings avec des amis ou des fans ne constituent pas une carrière.
En fait, la situation de cet homme soulève une question plus large que son cas particulier, celle de la rémission. Quelles sont les formes de réintégration permises à un condamné qui a purgé sa peine et qui est donc censé avoir payé ses torts à la société ? L'article me semble se faire l'avocat d'une position "pas de rémission possible" et déplore des condamnations trop légères (ce qui est très souvent vrai) que le peuple devrait compenser et "corriger" par une répudiation et une exclusion sociales systématiques. Ce qui revient encore une fois à substituer un lynchage de masse à la justice et ça, ça me pose définitivement problème.

Anonyme a dit…

Le titre de la page est une indication pour en évaluer le niveau.

jcfrog a dit…

bravo!

Anonyme a dit…

Euuuh... Dans la liste des personnalités dont les accusations de violences/abus/viols n'ont pas impacté la carrière, Bertrand Cantat, sérieusement? ^^'
L'opinion publique s'est déchaînée sur le personnage, et sa carrière est tout bonnement morte. Noir Désir est fini et ses nouveaux projets ne travaillent pas exactement dans la lumière.
Quant à la présentation de l'affaire, pas grand chose à voir avec d'autres comme celles de Heard... Clairement, l'opinion publique et les médias n'étaient pas contre Trintignant. C'est un peu malhonnête de présenter les choses autrement...

Quand aux accusations de "machin se faisait une jeunette", je comprends difficilement... C'est glauque, mais ce n'est pas illégal, ce n'est ni du viol, ni de l'abus, ni des violences, alors qu'est-ce que ça vient faire ici?

Aussi, PARFOIS (je ne réponds pas en cela au fait que oui, rageusement, la carrière des hommes accusés d'immondices en sont rarement freinées) il faut comprendre qu'on distingue l'œuvre de l'artiste ; Picasso et Einstein étaient, à ce qu'il paraît, de terribles parents, Dali était franquistes, Maupassant a fini fou, etc.
Ça ne retire rien à l'œuvre, ça retire au personnage.

Excellent article, du reste!

krystelle a dit…

moi un mec me frappe je me barre,et je ne demande pas d'argent,j'ai déjà sauvé ma peau c'est pas mal(surtout s'il n'y a pas d'enfants)on me reproche souvent d’être matérialiste alors que je sais que je veux un cheri qui gagne pas trop mal sa vie pour pouvoir donner juste un securité a mon futur enfant(en venant d'un milieu hyper modeste que je veux pas qu'il ai mes angoisses)j'ai horreur des gens qui s'invente des violences hommes comme femmes car cela discrédite l'acte,pour celui accusé c'est tellement malsain.............

Sylvester Staline a dit…

je souscris totalement à ce qu'à dit Anonyme qui commence par:
"Croire de façon unilatérale et…"
Notamment sur la rémission. Il y a cette idée étrange qu'un artiste devrait arrêter de faire des films ou des chansons ou que sais-je une fois sa dette payée à la société. Doit-on empêcher aussi les autres sortis de prison de continuer leur activité passée? On les condamne à jamais? Selon mois la seule exception concerne les hommes/femmes politiques et uniquement si leurs délits/crimes concernent les biens publics.
La seule critique valable dans cette BD/blog est celle du traitement médiatique qui est partiale et misogyne en bien des points. Critique qui peut s'étendre à bien d'autres sphères (voir le traitement des femmes sportives/politiques/ etc)
Mais je sens poindre une sorte de nouveau catéchisme dans la réflexion de Malle comme de certains commentaires: la punition éternelle, les jugements sur les différences d'âge, etc…

Sylvester Staline
(anciennement Anonyme La Blogosphère et la culture du lynchage)

Simon a dit…

Super article, beau travail de documentation. Pour Polanski et Gainsbourg cela m'a toujours sidéré, je ne comprends pas ce schéma du grand public qui se voile la face. Merci pour les victimes !

Anonyme a dit…

Bonjour,

En lisant j'ai découvert le plus clair de ces saloperies que je ne connaissais pas. Il faut dire que je ferme les oreilles et les yeux dès que je vois le mot "célébrité". Ce qui fait que je ne connais même pas le nom du plus clair des gens cités. En lecture de la presse de dentiste et coiffeur j'ai des lacunes sérieuses...

Voici un excellent travail fait dans un excellent esprit. Croire la victime est en effet la chose la plus importante.

Croire la victime. En lisant je songeais en permanence aux enfants battus. À la détresse du gosse battu ajouter le sentiment de solitude et d'incompréhension pour l'isoler encore un peu plus. Pauvres connards qui disent que le gosse raconte des salades "pour se rendre intéressant".

Je songe à un gosse mort alors que j'avais, comme tout le voisinage, fait une brouette de signalements. Eh bien la gendarmerie n'a même pas jugé utile de demander une autopsie... Lors de mon premier signalement on m'a même reproché l'emploi d'un mot pour m'envoyer promener. La personne ne savait pas que le verbe "brailler" a, parmi ses acceptions, la signification de "pleurer bruyamment".

Croire la victime. C'est qu'on ne croit pas plus celui qui se soucie de la victime et qu'il faut être très méticuleux dans sa déclaration.

Merci de tout cœur pour ce beau travail !


Anonyme a dit…

bravo pour votre article, c'est dense mais la mise en page est réussie

Ariane a dit…

Super article, comme d'hab ! Mais pour la première fois il y a un truc qui me gène : tu passes d'un coup de viol et de pédophilie à une relation avec une différence d'âge importante, et tu mets ça au même niveau. Je trouve que ce n'est pas du tout la même chose !
Je ne connais pas ces histoires bien sûr, mais le fait d'avoir une grande différence d'âge ne suffit pas à faire du + âgé un agresseur.
Surtout que Gainsbourg ou Bowie par exemple ont été des icônes de leur vivant, et donc je suppose que plein de jeunes filles rêvaient de coucher avec eux. Ce que je veux dire, c'est que c'était peut-être des ordures avec les femmes, mais mettre la phrase "a couchée avec une ado de 17 ans" à côté de "a violé qq", c'est bizarre, ou alors il faut en dire plus. En l'occurrence je ne sais pas si elles étaient consentantes, mais si elles l'étaient, c'est ok, non ?

Certes, c'est très souvent dans le même sens parce que c'est des schémas qu'on apprend dès l'enfance, mais ça veut pas dire qu'il faut s'empêcher de le faire (et là je parle du point de vue des ado).
Alors oui, c'est pas forcément très sain, mais je trouve que le mettre au même niveau qu'un viol, c'est beaucoup trop fort.
Perso, je suis sortie plusieurs fois avec des personnes beaucoup + âgées et notre relation était équilibrée, je n'étais ni manipulée ni soumise. Et pour avoir également subi un viol, ça ne me viendrait pas à l'idée de rapprocher ces deux choses.

Voilà, je ne dis pas qu'il n'y a pas de lien mais je pense qu'il aurait fallu plus l'expliciter et préciser qu'une forte différence d'âge n'est pas forcément malsaine !

Ragarù Senseï a dit…

Avez vous des statistiques prouvant les milliers de fausses accusations et leurs proportions dans le nombre de plaintes?
Parce qu'en lisant cet article comportant moults sources, il apparait que les fausses accusations sont extrêmement rares...
http://www.crepegeorgette.com/2014/10/13/fausses-allegations-viol/
Et si on ne condamne pas les gens sans preuves, on ne juge pas non plus les accusations comme fausses sans preuves et sources.
Et visiblement vous n'avez pas pris la peine de lire/regarder les sources données à la fin de la note.

Anonyme a dit…

Qu'un violeur ou un agresseur écope d'une lourde peine de prison pour son crime, c'est une revendication on ne peut plus légitime. Qu'il existe un incroyable système d'impunité à l'égard des hommes riches et puissants, c'est un constat réel et accablant qu'il est nécessaire de reconnaître et de dénoncer. Que les victimes d'abus et de violence rencontrent toujours de terribles difficultés à être entendues, c'est également vrai, et intolérable.

En revanche, affirmer qu'un coupable (je dis bien un coupable, il n'est absolument pas question de nier les faits ou leur gravité) devrait subir la destruction pure et simple de sa carrière, doublé d'un lynchage public et d'un marquage à vie, c'est défendre une conception de la justice parfaitement abjecte.

Quand une personne, ou une institution judiciaire se donne le droit de condamner quelqu'un, elle a le devoir d'endosser en même temps la responsabilité de s'assurer que le coupable aura les moyens de se relever de cette condamnation, une fois celle-ci purgée.
Ne serait-ce que pour le bien-être de la société toute entière. La non-réinsertion des prisonniers en fin de peine est une véritable catastrophe actuellement, notamment en France, où grossi de plus en plus une population de parias sociaux, incapable de gagner la confiance d'un employeur, de reprendre leur activité, voire de réintégrer leur entourage familial et amical. Leur crime et leur passé carcéral devient peu à peu leur unique identité. Alors ils commettent d'autres délits, souvent mineurs, avec l'espoir de retourner en prison, le seul endroit où ils pourraient s'assurer une certaine forme de sécurité et, paradoxalement, d'intégration sociale.

La réintégration des anciens condamnés à la société est une nécessité absolue. D'abord parce que la population croissante d'exclus que je viens de décrire n'est jamais saine pour la société.
Mais surtout parce que c'est là un point essentiel de la conception que nous devons avoir de la justice. Faire justice à quelqu'un, ce n'est pas lui imposer une condamnation éternelle et lui coller une étiquette indélébile, c'est au contraire lui imposer une sanction estimée avec justesse, s'assurer qu'il la purge, et enfin lever la condamnation, et s'assurer qu'il puisse sainement réintégrer la cité.
C'est entre autre ce que s'efforcent de faire certains gouvernements scandinaves, où les peines des détenus se terminent toujours par des travaux d'intérêts généraux en cohabitation avec la population.

Or vous, Mirion Malle, prônez exactement l'inverse : en exigeant expressément la fin de la carrière des coupables, leur lynchage public et leur étiquetage perpétuel à titre de sanction juridique.
Et c'est de votre part une faute grave.

Mirion a dit…

Bon je vais répondre à ça avant de faire un edit à la fin du post pour répondre à toutes les questions/critiques, parce que ça m'enerve un peu : à AUCUN moment je dis qu'il ne faut pas réintégrer les criminels. AUCUN.
Ce que je dis, c'est que ces hommes bénéficient de peines réduites ou carrément de zéro peine car hommes, riches et puissants. Que leur carrière n'en pâti pas ou très peu (la plupart de ceux qui ont eu des chutes de carrière c'est souvent davantage lié à la drogue, par exemple). Du coup, c'est ça que je veux souligner, que leur carrière s'en porte très bien.
Et pour ceux qui ont des peines, elles ne sont pas justes. Le système judiciaire est sexiste et du coup on peut se poser la question : est ce que ces peines sont suffisantes ? Et oui, dans cette note, j'essaye de démontrer que non.

Mais merci d'arrêter de me faire dire que je prône l'exclusion des gens qui ont fait de la prison ou qui ont été condamné, surtout en généralisant à l'infini, ce n'est pas très honnête.

Miyu a dit…

Sur le fond de l'article rien à dire. Qui pourrait nier que les hommes de pouvoir s'en tirent quasiment toujours ? Que le traitement d'Amber Heard n'a pas été abject ? Que les gens sont prompts à penser qu'unetelle ment alors qu'ils n'ont aucun moyen de savoir la vérité ?

Mais quand je lis que 1 à 8% des accusations de viol sont fausses et que c'est donc une raison suffisante pour prendre immédiatement parti pour la victime,j'ai envie de dire qu'heureusement que la justice ne prend pas ce genre de raccourcis pour faire son travail. Certes le pourcentage d'innocents là-dedans doit être ridiculement faible et la quasi-totalité est très certainement coupable, mais derrière ce chiffre négligeable il reste des personnes innocentes. C'est une chose de faire son maximum pour lutter contre la culture du viol qui pousse à accuser les victimes, de dénoncer l'impunité des hommes de pouvoir, c'en est une toute autre d'ériger comme règle universelle que tout homme accusé d'abus par toute femme est automatiquement coupable.

Mieux encore : vous affirmez qu'en ne prenant pas parti dans une affaire qui concerne deux personnes que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam et dont je ne connais absolument pas le contenu du dossier, je prends le parti du violeur ; je note qu'il n'y a aucun argument pour étayer cette énormité balancée comme une vérité générale. Merci pour ceux qui préfèrent rester à l'écart des tribunaux populaires et s'en remettent à l'avis des gens dont c'est le vrai travail de prendre parti.

Sylvester Staline a dit…

Merci Miyu pour son commentaire limpide.
à Mirion: à Aucun moment vous ne dites que qu'il ne faut pas réintégrer les victimes? TOUT dans votre BD dit qu'il ne devrait pas continuer leur carrière.
C'est le problème général de votre post, vous enjamber toutes les étapes d'une argumentation construite. Pour en arriver à des aberrations. Par exemple :
Pour Chaplin, vous mentionnez ses crimes
et vous ajoutez "reconnu internationalisent comme une légende du cinéma"
Vous induisez donc que, étant donné ce qu'il a commis, il ne devrait pas être reconnu comme une légende du cinéma.
Si ce n'est pas le cas, ll faut que vous expliquiez le rapport entre ces deux affirmations.
Révélation: On peut être un salaud dans sa vie intime et un génie du cinéma. Eh oui. Et c'est le cas pour Chaplin.
Toutes vos argumentations sont (mal) construites de la sorte. Il n'est pas étonnant que l'on pense autre chose que ce que vous êtes sensée dire.

Anonyme a dit…

Anonyme : "pas mal de gens ont soutenu [Polanski] par pure solidarité communautaire"

--> Merci pour cette remarque antisémite (la "pure solidarité communautaire"), elle illustre à merveille ce que j'essayais de démontrer.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Faut éclairer ma lanterne deux secondes : en quoi parler de soutien communautaire est antisémite ?

Wouhou en tout cas cet article fait réagir et soulève des questions, c'est bien, très instructif de lire et cette note et les commentaires.

Au sujet des victimes de viol et de les croire ou non moi je n'ai pas compris ce que disait Mirion comme étant " Tous pour la victime, on descend le suspect !! "..
Je pense que c'est plus subtil que ça, c'est une question de soutien impératif, ce n'est de toute façon pas à nous de juger qui est coupable..
Ouais bon, je ne sais pas comment l'exprimer mais je vois que ce passage a soulevé les foules alors qu'il ne m'avait pas interloquée :)

Anonyme a dit…

didn't read lol

Anonyme a dit…

Je parle en consequences de choses, les femmes sont trop Reines dans l'art de la manipulation pour que ce soit crédible (je parle de ce cas précis) Surtout quand on imagine la fortune personnelle de Johnny Depp, partir avec la moitié de ses biens c'est mieux que l'Euro million!

Anonyme a dit…

Michael Jackson a été innocenté de 14 chefs d'inculpation dont agression sexuelle dans un procès historique par sa médiatisation, en 2005. Dommage que vous étiez dans votre grotte à ce moment là. Sachant cela, j'espère que vous accorderez plus d'importance à un jugement établi suite à un vrai procès - pour une fois qu'il y en a un - succédant à une enquête de 70 agents du FBI, plutôt qu'à des soupçons fussent ils tres lourds.

Anonyme a dit…

Bon, je ne pensais que "Voici" ou "France Dimanche" étaient devenus des sources d'informations valables. On a le droit ici à des raccourcis, des pentes glissantes... et une absence de recherche sérieuse. Comme pour les autres articles c'est de l'analyse par-dessus la jambe, sans méthode avec une bonne couche de moraline désagréable.

Si l'intention est louable la méthode est maladroite (je ne vais même pas parler du dessin que je qualifierais poliment de "laborieux" - la technique c'est pas fait pour les chiens...) Comme pour les autres, je répèterais que la neutralité est de mise dans ce genre d'affaire, en particulier lorsqu'il s'agit de personnes liées au show biz' ou à la politique et ou tout n'est que masques. S'il y a de l'argent en jeu, il n'y a plus de famille, d'amants, de compagnons. Au delà des clivages genrés, le culte de Mammon emporte tout sur son passage. Il serait bon d'en tenir avant de prendre la pose du professeur sentencieux.

C'est le boulot des juges et des magistrats de trancher. L'immoralité, la veulerie, la manipulation et la saloperie sont hélas répandus avec générosité sur l'ensemble de l'humanité et se moquent bien du genre. Appelez aux lynchages (ou au boycott) sous ces prétextes et ridicules et vous rend à mes yeux tout aussi insupportables que les moyen-âgeux de "La Manif pour Tous" - en tout cas vous manifestez le même comportement intolérant.

Par exemple une simple recherche vous aurait permis de savoir qu'une majeure partie des suspicions concernant Charlie Chaplin (tout de même quelqu'un qui sortait "Le Dictateur" en pleine guerre mondiale, au passage...) émanait du FBI, son chef J.Edgar Hoover suspectant le cinéaste d'accointance communiste. Bon oui, je sais, c'est une peu compliqué, il faut fouiller un peu, se renseigner sur l'histoire... mais quand on traite de pareilles sujets, la prudence et la rigueur sont de mises (ou on la boucle...) avant de balancer des jugements à l'emporte-pièce. Vous n'êtes pas juriste, historienne... Vous n'êtes pas qualifiés pour ce boulot et au mieux les réponses à certaines affaires ne seront rendus publiques que dans une dizaines d'années. Et avec le recul, oui ! Vous pourrez en tirer des conclusions autre qu'hâtives.

Quand aux relations entre des personnes d'âges différents. Si celles-ci sont consenties elles ne vous concernent pas et vous n'avez pas à les psychiatrisés.

Le plus inquiétant étant que vous vous serviez de causes nobles pour alimenter une morale aussi pudibondes - mas inversé, ce qui finalement revient au même - que celles des bicots (et on a déjà du mal à se débarrasser de ceux-là depuis 2000 ans...)

Je ne vous salue pas

Ielle.

Anonyme a dit…

" je ne vais même pas parler du dessin que je qualifierais poliment de "laborieux" - la technique c'est pas fait pour les chiens... "
...
Pardon ??
C'est sérieux ça ?
Noon.. ce doit être de l'humour et j'ai mal compris en fait :)
Autant pour moi :)
Parce que sinon ce serait vraiment une remarque méchante, inutile, et un jugement de valeur dégueulasse, un commentaire un peu débile en fait.

La bise.

Anonyme a dit…

Bonjour, bravo, c'est remarquable. Je me souviens que ce billet m'avait beaucoup éclairée sur l'affaire Polanski :
http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/09/29/Quelques-mots-sur-l-affaire-Polanski

Anonyme a dit…

Merci pour ce bel article qui m'éclaire sur moi. Et pourtant je crois être une "bonne personne" comme quoi certaines forces ....

Anonyme a dit…

Merci pour cet article et toutes les réflexions qu'il a pu susciter.

Je reste NEUTRE et c'est mon droit, car il est grave d'accuser ou prendre parti par simple affinité, admiration, empathie, solidarité communautaire ou amitié... sans avoir la moindre idée de ce qu'il s'est passé entre victime supposée et coupable supposé. Alors, oui, je suis NEUTRE.
A moins d'être témoin des faits, qui peut prendre parti réellement dans ce cas ? Et signer une pétition engage tout autant que déposer témoignage à mon sens. Ce n'est pas une signature d'une pétition pour faire taire le chien du voisin : c'est la vie de deux personnes qui est en cause ! Ca ne se joue pas à la fibre sentimentale, à l'affinité ou à l'admiration, à l'amitié ou à la notoriété ou au talent !
"On peut être un salaud dans sa vie intime et un génie du cinéma", dit un commentateur. C'est tout à fait vrai et il faut l'avoir un peu plus à l'esprit avant de dire : "Mais c'est pas possible ! Il est craquant ! et on a tous adoré son dernier film !". Ben, non....

Naturellement c'est à la victime qui se décide enfin à porter plainte à prouver ce qu'elle avance - je n'ai jamais entendu parler d'un coupable qui va faire sa déposition spontanément dans le cas de viol ! (donc, passer par la case "avez-vous des témoins, des preuves ?" dixit la gendarmerie ou la police (dont certains membres n'épargnent pas les plaignants et manquent de la plus simple cordialité). Et quel témoin viendrait s'avancer dans un couple dans son intimité ? (à moins de faire un ménage à trois ??). Et là c'est la parole de l'un contre la parole de l'autre ! Il y a surtout le syndrome de la victime, la honte, le conjoint battu et parfois depuis des années qui ne peut se décider à accuser. Comment peut-on arriver à faire la démarche parce qu'il y a eu un AVANT (et parfois du bonheur et de l'amour), et il y aura un APRES avec d'autres conséquences (au-delà de la souffrance de l'instant qui fait tout basculer, il y la peur tout court qui paralyse, la peur des menaces, du harcèlement et la rancune encore, et l'appréhension des enfants à tirailler, à voir encaisser d'autres souffrances différentes, des frais insurmontables, des amis qui vous lâchent, un changement de vie catégorique parfois, et la descente aux enfers qui vient parfois aussi avec.. Non, quand on arrive à le faire, il n'est pas facile de pousser la porte d'un commissariat et porter plainte ! (je l'ai vécu).

Je ne m'attarde même pas ici sur la large responsabilité des médias qui s'engraissent salement sur ces sujets et font un tort considérable aux partis sans même que la justice les freinent. (La liberté de presse a ses droits comme ses responsabilité et ses limites). A croire que la Presse peut faire du tort et reste intouchable dans le cadre du Droit Pénal et de la Morale. Chacun peut vivre de son métier, mais chacun ne doit pas faire de son métier une arme dangereuse pour en vivre.
Idem pour nos interventions libres et responsables sur le net...


Dernier point : si la justice était vraiment "juste", les coupables reconnus commenceraient par RESTER en prison pour purger leur peine et sans payer de caution pour l'abréger ! (Exemple de jugements pour emprisonnement ferme : Nabilla n'a fait que de la détention préventive, Bertrand Cantat n'a fait que 3 ans sur 8 ans de prison ! Marie Trintignant, elle, n'aura pas 3 ni 8 ans de plus à vivre : elle est MORTE ! Il est donc si facile de blesser, de tuer, et de rester impuni ? Tant que la Justice ne sera pas Juste, les crimes se perpétront d'autant plus facilement, au détriment des innocents qui hésiteront à faire reconnaître leur traumatisme et commencer à se reconstruire ! et les commentateurs des partis continueront à débattre du pour et du contre....

Anonyme a dit…

Merci pour cet article! C'est dommage de se faire démonter par certains commentaires, mais ce ne sont que des illustrations du fonctionnement social que tu expliques!
Ca fait réfléchir et donne envie de s'engager! Félicitations!

Anonyme a dit…

Pathétique de connerie et de malhonnêteté intellectuelle cette (mauvaise) bande dessinée ! Au fait, au vu du nombre de personnes que vous trainez abusivement dans la boue, savez vous que vous risquez sérieusement d'aller en taule ? La diffamation est punie par la loi !

Noémie Waydelich a dit…

<3 <3 <3

Noémie Waydelich a dit…

MirionMalle mon héroïne de coeur

Anonyme a dit…

Certes. Moi je suis le "gros naze" (naze, nazi, ça sonne bien tout ça). En passant, c'est une rubrique pour seuls occidentaux ? Question polygamie et lapidation, je suis resté sur ma faim... Ça manque aussi un peu de O. J. Simpson. Bref. Comme, effectivement, on ne peut pas vraiment savoir ce qui se passe dans un couple et encore moins dans la tête de l'autre, la seule que je connais c'est mon histoire perso. 9 heures d'interrogatoire sur plainte de Mme pour coups et blessures... provenant d'un accident de voiture (avéré, épave, déclaration d'expertise, déclaration à l'employeur et tout et tout). Mais plusieurs mois après, hein, on sait plus trop bien... Tout ça pour le fric (quand on a vécu aux frais du mari, faut bien aussi partager le fruit de son travail et de son héritage, non ? Rien de plus normal même si on travail aussi et que du coup, on a pu se faire financer un bel appart de standing vu que M. assume tout). Ayant eu l'outrecuidance d'enregistrer la donzelle déclarant : "si tu ne me donnes pas la moitié de ta maison, je dirai que je suis une femme battue. Comme je suis une femme, il suffit que je le dise pour qu'on me croit." (minute d'huissier), je me suis en plus pris... un rappel à la loi. Madame LA procureuse n'a pas apprécié que je démonte son joli dossier (elle a quand même aussi rouvert deux fois le dossier sans éléments nouveaux, mais allez savoir, en grattant jusqu'au sang...) Mais bon, ça m'a évité la taule et les dédommagements au civil. Sauf que dans une ville de province, avec une positon en vue, du rotary à la préfecture, t'es de la baise. Et qu'une petite fille ne voit plus son papa qui ne veut pas prendre le moindre risque. Ah oui ! Parce que comme les coups, ça n'a pas marché, maintenant paraît aussi que je tripotais ma fille... Oui, des fois on dirait qu'on vit dans un monde de...

Anonyme a dit…

Bravo pour cet article. J'ai pris le temps de le lire intégralement, j'ai appris plein de choses, malheureusement graves (Charlie Chaplin.... je l'ignorais par exemple).


Bref, je suis une femme, j'estime avoir des valeurs féministes. Je vais tout de même revenir sur Bertrand Cantat.

Je vous invite à voir l'interview de son frère, Xavier, sur Youtube.
Je pense que vous appelez au sens critique, Bertrand Cantat a été traité comme un monstre. La presse a oublié/transformé des choses.
J'ai du chagrin pour la mort de sa compagne, Marie, mais la faire passer pour une sainte ne lui rend pas hommage ou justice : elle était également violente et, quand elle a été amenée à l'hôpital, elle a été admise en toxicologie, non aux urgences, car sous l'emprise de médicaments (et pas de drogues, les journalistes étrangers se sont amusés avec le mot "drugs").
Bertrand Cantat a été au chevet de sa compagne et, quand il a été poussé dehors pas le famille de Marie, il a tenté de se suicider.

Il a été condamné, chose NORMALE, il n'est clairement pas innocent.

Je pense que multiplier ses sources, se forger son avis avec le maximum d'informations peut permettre de nuancer son discours.

Je suis pour l'évolution d'une société violente, ma soeur a été victime d'abus sexuels et son agresseur (un "ami") ne sera jamais condamné, ma soeur a été littéralement découragé par les policiers, presque à lui faire la morale et à dire "on va appeler votre papa et vos ex" alors qu'elle était âgée de plus de 25ans.
Votre article me touche, il crie au bon sens et est absolument clair.
Mais, si vous voulez parler de Bertrand Cantat, parlez plutôt de sa dernière compagne, qui s'est suicidée. Il a été prouvé qu'elle était battue, son dernier message vocal à ses parents est bouleversant, criant de détresse. Cette fois-ci, Bertrand Cantat incarne le monstre. Il serait intéressant de savoir si c'est la prison, la pression post-prison face à des gens hargneux envers lui ou qu'il ait été un réel salopard qui l'a poussé à recommencer.

Ce commentaire doit être bien décousu, je m'en excuse, pour ma défense, il est tard et il est difficile de nuancer les choses.

Aïssatou a dit…

Bonjour!
Je suis le 106e commentaire mais je tenais à vous remercier pour cet article sans langue de bois, très documenté.
Merci pour toutes ces recherches et ce boulot pharaonique.

Sophie a dit…

Signez la pétition pour la destitution de Polanski au César et faites tourner ! https://t.co/h5IdLfsKv1

Thom Pico a dit…

Excellente note, du très bon boulot.
Bien qu'étant d'accord à 100% avec le message, j'ai tiqué durant la lecture de la liste des célébrités, en tombant Bill Murray. Je me suis dis :"non, pas Bill, quand même, il doit y avoir maldonne, il est trop cool Bill Murray."
Et bim, je suis tombé dans le piège.
D'un coup, je me suis retrouvé dans une posture de défiance.
D'un coup, j'étais prêt à défendre un type que je ne connais pas, sur la simple base de sa représentation dans les médias et productions ciné.
En réalisant ça, je me suis senti comme un connard.
Merci pour cet électro-choc.

Anonyme a dit…

Bonjour,

J'ai pas mal réfléchi sur ton point de vue et j'ai pas mal de réticences dessus, je le trouve qu'il ne prend pas un point de vue assez global. Je m'explique :

- Tu expliques que le système entier est contre les accusations des femmes (je cite "pourquoi dans les accusations faites aux femmes accusé : presemption d'innocence et victime : culpabilité.
Or ce n'est absolument pas réservé aux femmes. En fait c'est la base du droit dans beaucoup de pays, et la France en fait partie, il ne s'agit en aucun cas d'une histoire de sexe derrière cela, et c'est dommage de l'utiliser comme cela (car c'est du sexisme en soit de considérer que les hommes seraient surement traités différemment parce que tu n'as pas de contre exemple).
As-tu déjà entendu un homme aller dans un commissariat parce qu'il se fait frapper ? Ou une célébrité déclarer qu'il se fait battre par sa femme ? Ca arrive, je l'admet, beaucoup, beaucoup moins souvent, mais le traitement est encore pire pour eux.
C'est donc un faux argument de dire que ce pan de la justice et de la médiatisation est contre les femmes, à vrai dire, il est contre tout le monde et a tendance à l'être plus contre les hommes (mais moins souvent, on l'est d'accord).

Résumé de ce point : Ca touche très souvent les femmes, mais ce n'est pas un complot sexiste fait pour toucher ou discriminer les femmes, car cela touche tout le monde et lorsque ça touche les hommes, cela les touche plus.

- Souvent tu utilises l'opinion publique comme argument, les médias etc.. A mon avis ce n'est pas vraiment quelque chose de pertinent à l'époque actuelle car beaucoup beaucoup trop peu fiable. Il n'y a plus aucun intérêt à consulter un média classique à mon sens. Tu iras checker les articles de beaucoup de grands journaux (Libé, Monde, Figaro, Echo ...). Les rares fois où les chiffres proviennent de sources, l'article est souvent contradictoire avec la source ! ( c'est vraiment drôle à remarquer cela dit, quoique un peu triste).
Je ne pense pas que les médias soient particulièrement sexistes par nature, je pense juste qu'ils sont particulièrement dégradant pour l'humain d'une manière générale, et que de côté là, tout le monde prend aussi cher.


Sache cependant que je suis totalement d'accord avec toi sur le fond, mais je pense qu'il devrait y avoir une révision du Droit Civil autour de ces questions. C'est extrêmement compliqué de résoudre ces questions, que j'ai à me poser depuis quelques temps car j'ai appris de sales histoires de la part d'amies... qui n'ont jamais porté plainte, évidemment.
Je pense que la meilleure solution serait de durcir énormément les conditions pour les hommes qui sont accusés de violence sexuelles etc.. mais de durcir encore plus les diffamations.
Quand on y réfléchit, les diffamations empêchent la situation d'avancer en ce qui concerne l'harcèlement de rue, les viols et violences conjugales d'une manière générale. Elles sont donc indirectement plus responsables de de la non-condamnation d'un viol que les violeurs eux-mêmes ( Et c'est ça le vrai problème de fond pour moi).

Ce n'était que mon humble avis, désolé pour les fautes, j'ai écrit ça très (trop) rapidement.

Keep on the good work !

Paul Tardif a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Marcus a dit…

Vous citez le cas de David Bowie où on sait que c'était une affabulatrice, qui avait fait la joie des journaux à scandales. Elle avait même dit que Bowie avait le Sida et c'était vanté de lui avoir refilé, bref, conneries, quoi... C'est dommage parce que ça décrédibilise l'ensemble de votre travail, à mon grand regret d'ailleurs car je suis sûr qu'il y a de vrais cas de salopards dans le lot, mais je vais avoir du mal à vous faire confiance car je ne connais pas l'origine de la plupart de ces potins rapportés...

Anonyme a dit…

Pour répondre à votre question "car un homme se laisserait faire par une fille?", il s'avère qu'au delà de se stéréotype, certain hommes, entièrement capable de se défendre choisissent, par éducation et/ou conviction, d'éviter l'escalade et la confrontation physique quand leur partenaire part en vrille!
Et pour apporter de l'eau à votre moulin, j'ai également une question. Les Guy Georges et Marc Dutroux, ils seraient dehors si ils avaient fait des films?

Stem a dit…

Le problème avec ces solutions, c'est qu'elles sont plus qu'"imparfaites", elles sont carrément dérisoires.

1)Si tu te places du côté de la victime, tu es immédiatement catalogué comme un "social justice warrior à la solde des féminazis". Bref, on sera marginalisés car minoritaires.

2) Boycotter les médias qui font du victim-shaming est impossible autrement qu'en ne surfant plus du tout nulle-part et en ne regardant plus aucun film.

3) La plupart des gens ne se remettent JAMAIS en question. Si quelqu'un est persuadé que la plupart des femmes font des plaintes abusives, on peut lui expliquer et lui montrer les statistiques qu'on veut, ça ne le fera pas changer d'avis, il y verra même des "preuves" qu'il a raison.

à l'heure où j'écris ce commentaire, aucun neurologue n'a trouvé le moindre mécanisme pouvant faire efficacement et durablement changer les mentalités. Donc la seule chose à faire est de regarder les choses d'un oeil impuissant, le résultat est le même et au moins, on ne se fait pas d'illusions.

Unknown a dit…

Merci

Anonyme a dit…

Bonjour, je m'appelle Shay et j'ai 23 ans. Pour ceux qui me connaissent, je suis une jeune artiste belge qui évolue actuellement en France dans le groupe 92i du célèbre

rappeur français Booba. Il y a de cela un temps, malgré tous mes efforts, je n'arrivais pas à atteindre le but que je visait dans la musique.C'est alors que je suis tombé sur

le Grand Prêtre chez qui mon frère m'a amené en Afrique et l'on a passé à des ritule qui me permettront de booster mon talent et d'attirer le grand nombre de personnes

par ma voix à travers la musique que je fais. C'est ainsi que j'ai commencé à conaître du succès et j'ai intégré le groupe de Booba.
Aujourd'hui, je suis la seule fille qui fait le top et le buzz en France. Bon nombres des atristes comme Niska, MHD, Gradur, La Fouine et même mon mentor Booba ont

eu recours aux services de ce grand Prêtre. Même plusieurs artistes et hommes d'affaires américains tels que Young Thug, Swaag Man, Designer, Kanye West, Kid Ink et

autres viennent chez le Grand Maître. Je le sais parce que nous nous retrouvons tous des fois pour des cérémonies et des rituels de fin d'année. Ce n'est pas de la

publicité que je fais mais si je viens en parler ici, c'est parce que cela fait parti de mes engagements envers le Grand Prêtre, en reconnaissance à ce qu'il m'a fait. Alors

vous qui êtes encore dans l'Underground, vous qui voulez devenir célèbre et riche dans n'importe quel domaine où vous vous sentez fort, veuillez contacter le Grand

Maître et vous allez aussi entendre parler de vous désormais partout dans le monde entier.
Les coordonnées du Grand Maître sont :
Adresse électronique : santa.azazel@gmail.com
Contact : Appel et Whatsapp : +22963157976

Anonyme a dit…


Super article, je suis bien content de connaître tous ces agresseurs.
J'évitais déjà les daubes hollywoodienne de part leur racisme et leur propagande pro-usa et pro-guerre, je vais désormais les éviter encore plus: ces acteurs propagent consciemment la culture du viol et en plus en profitent. Et ce ne sont pas des cas isolés, c'est un système, le patriarcat, tout comme le racisme est un système.

Plus je parcours les sites féministes en plus des sites antiracistes (l'intersectionnalité de la lutte des classes me tient à coeur) et plus suis écoeuré, je hais le monde et la société dans laquelle j'évolue, malgré ou plutôt surtout à cause de ma situation injustement privilégiée d'homme occidental. Je n'avais pas conscience de l'ampleur de cette culture du viol, je savais les femmes désavantagées dans la société mais je ne les savais pas autant exposées aux agressions et aux viols impunis, souvent en plus le fait de leur entourage le plus proche. Je lis le site je connais un violeur avec les larmes aux yeux, et je m'inquiète pour mes amies proches.

@Shay: je trouve votre publicité déplacée, n'avez vous donc pas lu l'article ?
Booba fait partie du problème, comme beaucoup de rappeurs, comme par hasard les plus médiatisés, de par leur misogynie. Les insultes, la glorification de la violence à l'encontre des femmes ainsi que la réification des femmes est leur fonds de commerce à ces lâches.

Kevin Caisse a dit…

Je fais parti de ceux qui se base sur la présomption d'innocence dans 90% des cas (j'ai de la difficulté a la présomption avec un recidiviste reconnu par exemple)car je connais des cas de fausse accusation clairement prouvé pret de moi et je connais les dommages incroyable que çca peut faire

Cependant je ne stigmatise pas non plus automatiquement la présumée victime non plus. J'attend d'Avoir des éléments de preuvent, comme dans le cas du début qui est clairment identifiable qu'il y a réel violence conjugale.

J'ai toujours trouvé çca stupide attaquer un ou l'autre honnêtement. Temps que nous n'avons pas les preuvent nécéssaire, ni l'un ni l'autre n'est en droit d'Avoir le jugement du public tant qua moi

Je soutiens toute les victimes, ce n'est pas facile j'en conviens. Ayez du courages!

Savu Sorina a dit…


TÉMOIGNAGE DU RETOUR AFFECTIF DE MON MARI.
Je viens partager ceci avec vous parce que je suis convaincu qu'il y a aussi des sœurs dans des difficultés de divorce.
Il y a de cela 6 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'à ce que mon mari quitte la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une voisine qui m'a donné les coordonnées d'un puissant guérisseur que je me permet d'appeler le nom Esolayé Oba à qui je me suis confiée. Comme j'aime mon mari et je ne voulais pas le perdre, j'ai rapidement contacté ce voyant et il m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des rituels mais je vous jure que 7 jours après mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me faire et on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie car je ne sais pas de quelle magie il est doté. Pour tout vos problèmes sentimentaux, mariage, travail, maladie, et tout autre problèmes auxquels vous êtes confronté...Je vous conseille de faire comme moi et vous aurez la satisfaction.Voici son adresse:
E-mail: voyant.guerisseur1@gmail.com
Numéro: 00 2 29 96 30 98 69

Anonyme a dit…

...sachant que souvent un viol est correctionnalisé et/ou requalifié en agression sexuelle....ce qui doit se faire avec l'accord de la victime logiquement....mais non, on ne lui laisse pas le choix.
- 2 % des violeurs vont en prison....et oui c'est le pourcentage exact de condamnations comparé au nombre de viols....bienvenu dans le monde réel....

Stem a dit…

N'empêhce, quelque chose m'interpelle. L'affaire DSK n'est pas un cas isolé, alors pourquoi elle a fait tellement de bruit alors que toutes les autres affaires similaires sont quasiment passées sous silence ? Est-ce en raison de sa couleur politique, totalement à l'opposé de celle des patrons des grands médias ?

Eric Roig Eric Roig a dit…

Je suis venir sur ce forum pour remercie Madame Chantal PETIT-JEAN pour ces merveilles prêt entre particulier qui ma aider a payer mes dettes , mes factures et préparer la rentre pour mes enfants.C'est une Femme honnête et sérieuse dans ces travail, pour avoir bien nous écouter et exaucer ma demande de prêt de 42000€ qui ma accorder. Tout était compliqué depuis des semaines et voila qu 1 jour après la fin de ma neuvaine j'ai vu un changement de ma vie. Et pour les autres je sais que le chemin est encore long mais avec elle vous aurez vos prêt car je ne fait pas ce témoignage pour embellir les forum ni les site donc je vous laisse son contacte pour vous qui veut avoir plus d'information sur le prêt. Voici son mail: chantal-petit-jean@outlook.fr

Merci merci merci........

Essea Jayk a dit…

Super article je trouve. Tres instructif.

Par contre j'ai vu qu'une des vidéos de Laci Green était conseillée... Peut être que celle qui était conseillée est bien, par contre le reste de ses vidéos est horrible. :(

Anonyme a dit…

Merci pour cet article...

paul tuepolo a dit…




Je me nomme corine âgée de 32 ans j'habite dans le 59139 wattignies .
J'étais en relation avec mon homme il y a de cela 4 ans et tout allait bien entre nous deux puis à cause d'une autre femme il s'est séparé de moi depuis plus de 5 mois . J'avais pris par tout les moyens pour essayer de le récupéré mais hélas ! je n'ai fais que gaspiller mes sous.Mais par la grâce de dieu l'une de mes amies avait eut ce genre de problème et dont elle a eut satisfaction par le biais d'un ... nommé ishaou au premier abord lorsqu'elle m'avait parlé de ce puissant je croyais que c’était encore rien que des gaspillages et pour cela j'avais des doutes et ne savais m'engager ou pas.

Mais au fur des jours vu ma situation elle insiste a ce que j'aille faire au moins la connaissance de ce puissant en question et c'est comme cela que je suis heureuse aujourd'hui en vous parlant.c'est à dire mon homme en question était revenu en une durée de 7jours tout en s'excusant et jusqu'à aujourd'hui et me suggéré a ce qu'on se marie le plus tot possible.je ne me plein même pas et nous nous aimons plus d'avantage. La bonne nouvelle est que actuellement je suis même enceinte de 2 mois. Sincèrement je n'arrive pas a y Croire a mes yeux qu'il existe encore des personnes aussi terrible , sérieux et honnête dans ce monde, et il me la ramené, c'est un miracle. Je ne sais pas de quelle magie il est doté mais tout s'est fait en moins d'une semaines. Vous pouvez le contacter sur:

son adresse émail : maitreishaou@hotmail.com ou appelé le directement sur whatsapp numéro téléphone 00229 97 03 76 69

son site internet: www.grand-maitre-ishaou-13.webself.net

Thierry Lhôte a dit…

Excellent article.
Mais pour le cas de Johnny Depp dont je n'ai que peu entendu parler parce que je ne lis pas la presse magazine féminine.
Si la teneur des articles correspond à un public féminin, comment cela se fait-il que l'on oriente les articles en faveur de Johnny Depp ? et que de pus le public féminin ne voit aucun inconvénient à ce traitement de l'information ?

Il y a aussi le fait que les femmes dans chacune des affaires que ce soit SK ou Weinstein, mettent du temps à parler. Et aussi on a vu dans l'affaire DSK qu'une mère avait couvert l'agression faite sur sa fille par DSK. Dans le cas de Weinstein, beaucoup de femmes parlent bien trop tard et les affaires seront automatiquement éteinte par la justice puisque les faits seront prescrits.

Il y a une indifférence masculine, mais il y a aussi un comportement des femmes qui n'aide pas à la poursuite judiciaires des hommes qui se comportent comme des voyous.

Anonyme a dit…

Salut,
Si tu pouvais enlever Eminem de ta liste ce serait bien. 1) Tu n'as pas de source pertinente puisque celle que tu utilises n'est pas objective, 2) ta traduction porte à confusion parce qu'il n'a pas frappé Kim mais a frapper une poupée gonflable supposé être Kim. Les sources sur le sujet (garde du corps, etc.) s'accordent à dire que sa femme était la personne violente et que Eminem ne faisait que recevoir ses coups, sans les lui rendre. Pour ce qui est de ses paroles, elles ne prouvent en rien que c'est un homme violent envers les femmes.

Tu aurais pu aborder Dr Dre à la place de Dee Barnes, mais Eminem est un bouc émissaire facile parce que forcément il fait ce qu'il dit.

Paul Tardif a dit…

"Paul Tardif a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
19 janvier 2017 à 18:45"

Oh :( j'ai été censuré. Je n'ai pourtant pas pour habitude de poster des propos

1) injurieux/haineux/violents/provocateur
2) terriblement tranchés et qui critiquent à tout va et sans fondements

Aussi, et alors que l'actualité me ramène à votre BD, je suis très déçu de m'apercevoir que ma parole de l'an dernier m'a été ôtée.
C'est très dommage...pour moi tout d'abord. Car je ne sais plus ce que j'avais écrit et j'étais curieux de voir si mon avis de l'an dernier pouvait être nuancé/enrichi. Et puis pour vous ensuite parce que refuser un avis différent vous affaiblie durablement. Je ne manquerai pas de citer ceci en exemple lors de prochaines conversations sur le sujet...comme je n'oublierai pas de rappeler que le comportement de censure existe également dans le camp d'en face. Honnêteté oblige.

Si je m’accommode très bien de vos convictions fortes...je souhaite qu'à l'avenir vous fassiez de même avec ma mesure.